☰ Menu eFinancialCareers

La crise vue de l’intérieur

Il ne fait pas bon travailler dans le milieu bancaire en ce moment. Depuis juillet 2007, au mieux nous nous sommes trouvés sur une mauvaise pente, jusqu’à nous demander, plus récemment, si nous faisons face à un abysse ou si, en réalité, nous sommes en train d’y plonger, impuissants. Ce n’est pas ce qu’on appelle un environnement positif ou relaxant. Je ne suis pas psychologue, mais c’est néanmoins une expérience intéressante de vivre cette période historique au sein d’une banque d’investissement. Pas seulement à cause des évènements sans précédents qui se sont enchaînés à un rythme rapide ces derniers temps, mais aussi à cause des réactions humaines qu’ils ont provoquées dans les étages des banques d’investissement (eh oui, les banquiers sont en fait humains).

On a assisté à trois types de réactions :

Le répit Pour ceux qui ont acquis une stabilité financière, il s’agit tout simplement de s’arrêter pour une période prolongée. Je ne connais pas les statistiques, mais le nombre de personnes parties en congés sabbatiques au cours de l’année qui vient de s’écouler a dû connaître une forte augmentation. Le salaire annuel des cadres hauts placés était tel que le manque à gagner généré par un congé était tout simplement trop important. Dans la mesure où le salaire annuel a fortement diminué, ce manque à gagner s’est trouvé réduit et a poussé certains à partir. Étonnamment, je n’ai pas vu, ni entendu parler d’employés du bas de l’échelle quitter le secteur pour poursuivre d’autres carrières. Ils ne peuvent certes pas prendre leur retraire, mais ils auraient pu chercher un emploi différent. Peut-être que partir dans le contexte actuel serait perçu sur un CV comme un licenciement. Peu croiront que vous êtes parti de votre propre chef.

La dépression Contrairement à ce que la presse grand public insinue, la plupart de ceux qui travaillent à La City ne sont pas en mesure de partir à la retraite dans l’immédiat. Beaucoup d’entre eux assument les mêmes charges financières que le reste du pays, mais à une plus grande échelle – s’ils vivent dans une plus grande maison, le remboursement de l’emprunt, soyez en sûrs, est à la hauteur… Ils vivent grâce aux bonus qu’ils touchent à La City et cette année, ils sont peu nombreux à pouvoir espérer toucher la même chose que l’an dernier. À partir du second trimestre, il fut clair que 2008 ne s’annonçait guère comme une année prometteuse. Nous en sommes arrivés au point où les gens s’inquiètent également pour leurs bonus 2009, et se demandent même s’ils auront toujours un boulot dans un mois. Il leur a fallu trouver d’autres moyens de se remonter le moral – les groupes de personnes qui sortent fumer se sont considérablement agrandis.

La modestie Le mot n’est certes pas souvent associé aux banquiers, mais l’ampleur des événements auxquels nous avons assisté et l’impuissance absolue de ceux qu’on pensait parmi les plus intelligents du monde des affaires d’aujourd’hui ont été telles que les gens erraient, l’air estomaqué. Ces individus qui se voyaient comme générant d’importants revenus pour leur banque – notamment dans le secteur des transactions – se sentent beaucoup moins sûrs de leurs capacités. Étant donné les pics de volatilité et les fluctuations des marchés, comme on a pu l’observer de plus en plus souvent, la chance compte beaucoup quand il s’agit de prendre des risques. Nombre de ces individus qui étaient employés dans des entreprises de placements de premier ordre, et pour qui le lieu de travail, tout comme le poste qu’ils occupaient étaient synonymes de prestige, travaillent maintenant pour des organismes où on pourrait les confondre avec des caissiers.

Ce qui m’a semblé particulièrement intéressant, c’est d’étudier la différence entre le personnel des placements à revenu fixe et celui des actions cotées en Bourse. Les placements avaient connu une longue période de succès et furent le moteur de croissance pour les recettes de la plupart des banques. Le secteur des actions ne s’est toujours pas remis de la perte de vitesse des start-up de l’Internet. Ses employés souffrent aujourd’hui autant que ceux des placements à revenu fixe, mais au moins, ils ont déjà connu la crise par le passé dans leurs propres carrières et la chute est nettement moins grave.

commentaires (8)

Comments
  1. Cet article est d’une arrogance incroyable et le plus invraisemblable est que son auteur ne s’en rend même pas compte…

  2. Je ne vois pas en quoi cet article est arrogant. Je le trouve au contraire plutot factuel…

  3. Et voila un Mr. tout le monde qui parle de la crise en se croyant un pro. S.V.P vous donnez de mauvaises info au gens et c pas très apprécié. savez vous au moins c quoi les raisons de cette crises ou est ce que c juste en buvant une bière que vs vs êtes dis; “tien je vais écrire un article ? ”
    en tout cas pour t’éclairer ce n’est pas les traders qui ont causé la crise c les junked bonds source de méfiance réciproque entre les banques qui a causé cette crise. chaque banque ne connais pas combien de junked bonds l’autre banque a emise sur le marché “les bons pourris” faites une recherche sur google et ptetre que vous allez comprendre un peu plus. et c’est pask’il y’a un manke de liquidité sur les marchés que les echanges de titres se sont diminué et c’est ce qui a fais ke l’offre de titres a depassé la demande.
    si j’étais un trader sur la salle de marché tous ce que j’aurai fais c’est de ne pas vendre les titres mais au contraire les acheter en période de crise car l’état allé intervenir et c’est ce k’il a fais et de ce fait je ne vendrai qu’après 2 ou 3 mois et sache qu’aucune banque française ni allemande ne fera faillite. et de ce fait j’aurai fais gagné des millions a ma banque

  4. abdelaali: ton raisonnement prouve a lui tout seul que tu ne travailles pas en salle des marchés!! Ce que tu viens de décrire est la raison pour laquelle trois traders d’une banque française viennent de perdre 600 millions… S’il s’agissait seulement d’acheter en période de crise et de vendre en période d’euphorie pour être un grand trader et gagner des millions, ça se saurait!

  5. “Beaucoup d’entre eux assument les mêmes charges financières que le reste du pays, mais à une plus grande échelle – s’ils vivent dans une plus grande maison, le remboursement de l’emprunt, soyez en sûrs, est à la hauteur…”

    Pauvres riches dans leurs châteaux, ils ont donc les mêmes problèmes que les pauvres finalement!

  6. abdelaali : comme le dit juniorfx, il est certain que tu n’as jamais travaillé en salle de marchés pour sortir des trucs pareils !

    Revenons à l’article : les 3 visions décrites sont globalement assez vraies. Par contre, je pense que l’auteur parlait plus de l’ambiance à Londres qu’à Paris. Je travaille sur Paris et lorsque je parle avec mes collègues de Londres, je reconnais là les différentes réactions à la crise que décrit l’article (même si on retrouve un peu ça à Paris mais effet RTT et 35h atténue cela : les gens partent plus tôt, prennent leurs RTT, etc… ).

    Je rajoute à cela le fait que cette crise pouvait être prédite (certains l’ont vu) mais les conséquences ont été plus importantes car ceux qui l’avaient vu venir n’ont pas été cru… par les autres.

    Un peu comme si quelqu’un bronze au soleil, commence à avoir une rougeur, est prévenu par un ami mais lui rigole au nez en disant “je n’ai jamais de coup de soleil, moi monsieur” et qui finalement finit à l’hopital avec une brulure au 2ème degré, une insolation et une interdiction de s’exposer au soleil le reste de ses vacances à la mer …
    Cela vous donne une idée de la frustration et de l’amertume.

  7. “si j’étais un trader sur la salle de marché ”
    Ben alors tu fais quoi pour avoir des idées grandioses comme celles là ?
    Je pense que je vais appliquer tes méthodes : “C’est pas cher faut acheter” oubien “Je vous l’avais bien dit”… et je serais meilleur que Warren LOL

  8. Un trader en sdm ne specule pas sur du cash…Ca c’etait en 1920

Votre commentaire est en attente de modération. Il apparaîtra sur le site une fois validé

Réagissez

Pseudo

Adresse e-mail

Consultez notre règlement concernant notre communauté ici