☰ Menu eFinancialCareers

Les “jeunes dip” les mieux payés travaillent (toujours) en finance

money graduate

La Conférence des grandes écoles, qui regroupe plus de 200 grandes écoles en France, a publié cette semaine son étude annuelle sur l’insertion des jeunes diplômés de la promotion 2012. La mauvaise nouvelle est que, sous l’effet de la crise, la rémunération moyenne (hors primes, tous secteurs confondus) à la sortie de l’école a fléchi de 15 % pour les diplômés d’écoles de commerce depuis 2000. La baisse atteint 11% pour les ingénieurs.

40 200 € pour les ingé et 41 800 € pour les diplômés des business school

Les jeunes qui s’orientent vers la finance ont cependant quelques raisons de se réjouir. Puisque le secteur continue d’être le plus rémunérateur pour les jeunes dip. Le premier salaire d’un ingénieur embauché par une institution financière, une banque ou une assurance est évalué à 40 230 € contre une moyenne, tous secteurs confondus, de 35 516 €.

Les auteurs de l’étude tentent une explication : « Dès que la proportion d’hommes approche ou dépasse les 3/4 des emplois d’un secteur, celui-ci offre des rémunérations moyennes supérieures à la moyenne tous secteurs confondus ». C’est le cas du secteur financier qui compte seulement 24% de femmes ingénieurs.

Cette grille de lecture est moins pertinente pour les diplômés d’école de commerce. Il n’empêche, le résultat est le même : la banque-assurance offre une rémunération moyenne de 41 747 € à ses managers débutants (dont 42% sont des femmes) alors que la moyenne s’établit pour cette population à 36 516 €. Comme pour les ingénieurs, c’est dans le secteur banque-assurance que les jeunes diplômés de business school se verront offrir le meilleur salaire en France.

Pour les femmes, le compte n’y est pas !

Reste encore au secteur à faire un petit effort en matière d’égalité salariale, les femmes ingénieurs y perçoivent dès le début de leur carrière 3 900 € de moins que leurs confrères masculins. L’écart moyen est d’environ 3 440 € chez les managers employés par une banque ou un assureur.

Il y a pire. Les jeunes femmes diplômés d’école de commerce sont davantage pénalisées dans le luxe, secteur pourtant très féminisé (4 990 € d’écart de salaire avec les hommes sur un premier poste), et l’industrie des technologies de l’information, pourtant aussi féminisée que le secteur financier (7 180 € de différence salariale !). Les employeurs les moins discriminants se trouvent dans le secteur du tourisme/loisir (290 € d’écart), de la communication/publicité (525 €) et de l’audit/expertise-comptable (790 € « seulement » d’écart salarial).

commentaires (0)

Comments

Votre commentaire est en attente de modération. Il apparaîtra sur le site une fois validé

Réagissez

Pseudo

Adresse e-mail

Consultez notre règlement concernant notre communauté ici