☰ Menu eFinancialCareers

Les professionnels des M&A dans les starting-blocks

Les professionnels des M&A se remettent au travail après de longs mois d’une rare tranquillité. Le mois de novembre, pourtant seulement à moitié entamé, figure déjà comme un mois record pour 2009. Les fusions-acquisitions annoncées atteignent 158.4 milliards d’euros dans le mondel, soit +44% par rapport à octobre et +65% par rapport à novembre 2008 (efinancialnews.com).

Côté recrutement ? Ça repart partout, aussi bien du côté des boutiques que des groupes type Leonardo ou Blackstone et aussi des banques françaises qui se développent à l’international à l’instar de Calyon et Société Générale. Et ce, sur tous les secteurs et tous les niveaux de séniorité , commente un chasseur de tete.

Il faut dire que le secteur a dû subir une sévère cure d’amaigrissement avec l’éclatement de la crise. Les effectifs ont ainsi été réduits de 40% en moyenne, selon Diane Segalen, vice-présidente de CT Partners et responsable du bureau parisien . Au cas où cela vous aurez échappé, c’est donc maintenant qu’il faut se vendre sur le marché, avant la distribution des bonus.

Une reprise exceptionnelle

Liquidités disponibles, valorisations d’entreprises attractives, retour à une conjecture économique stable… Les conditions sont réunies pour que la reprise du secteur s’annonce exceptionnelle, selon les analystes de Deutsche Bank, qui s’attendent à un fort rebond du secteur en Europe, pour atteindre un niveau supérieur à une activité moyenne. Concrètement, les “fusacqs” pourraient voir leur activité plus que doubler en 2010 (efinancialnews.com).

La France ne devrait pas être en reste avec de nombreux groupes français perçus comme des prédateurs potentiels (lesechos.fr).

Bien négocier son fixe

Les embauches ont été amorcées en cours d’année. Parmi les plus gros recruteurs, on compte SG avec l’arrivée de Thierry d’Argent de JP Morgan, qui a lancé une quarantaine de recrutements sur la France et l’Europe sur l’équipe large-cap et Barclays qui cherchent plus d’une trentaine de collaborateurs. Beaucoup de ces recrutements se situent sur des niveaux associate et vice-president , constate Henri Bouiller, consultant chez Robert Walters. JP D’autres banques anglo-saxonnes reprendraient également leur recrutement. Sans oublier les corporate, comme Areva et AXA, qui sont actifs sur le marché.

Inutile de mentionner que pour retrouver les niveaux de bonus d’avant crise, il faudra patienter. Mieux vaut donc bien négocier son fixe d’emblée. Selon les recruteurs, Citigroup et Morgan Stanley auraient augmenté leur fixe de 50% à Londres.

commentaires (2)

Comments
  1. si MS et Citi ont augmenté leur Fixe, c’est tout simplement pour réduire l’écart entre le fixe et le variable…

  2. “Beaucoup de ces recrutements se situent sur des niveaux associate et vice-president”

    Je crois que pour les jeunes diplômés tout est dit.

Votre commentaire est en attente de modération. Il apparaîtra sur le site une fois validé

Réagissez

Pseudo

Adresse e-mail

Consultez notre règlement concernant notre communauté ici