☰ Menu eFinancialCareers

Les stagiaires ont du talent, et les banques entendent bien en tirer profit !

Is that an investment banker? (Photo credit: Wikipedia)

Is that an investment banker? (Photo credit: Wikipedia)

L’époque où les stagiaires en finance se plaignaient d’être réduits à faire le café et les photocopies semble révolue ! A présent, ils sont de plus en plus sollicités par les établissements financiers les accueillant, quitte à outrepasser le cadre formel du stage et leur confier les mêmes responsabilités qu’un junior en CDI. « Par souci d’économies, les banques peuvent être tentées de faire tourner des stagiaires sur de vrais postes et de proposer à de jeunes diplômés de commencer par de longs stages, avant de leur promettre une embauche éventuelle », témoigne un ancien stagiaire dans nos colonnes.

Les voilà maintenant à faire le boulot de la com ! Les 400 stagiaires répartis au sein des équipes d’audit, conseil et expertise comptable du cabinet KPMG à Paris et dans les 217 bureaux français se sont ainsi vu proposer de participer à un concours pour réaliser la nouvelle annonce de recrutement du cabinet, rien de moins ! «  Nos stagiaires ont imaginé le prochain visuel de la campagne KPMG ! Armés de leur plus belle plume ou de leurs logiciels de création graphique, ils ont imaginé le titre et le visuel de la future annonce de recrutement », explique le service recrutement du Big Four. Le sujet : mettre en avant l’une des compétences qu’ils ont développées au cours de leur stage au sein du cabinet dans la ligne de la campagne marque employeur actuelle « Nous allons faire grandir votre talent » imaginée en 2011 par l’agence TBWA.

Postés sur la page Facebook dédiée au recrutement de KPMG, les visuels réalisés par les stagiaires ont été soumis aux votes des plus de 10.000 fans de cette page. Voici les six affiches qui ont été sélectionnées, sachant que c’est celle intitulée « Vous vous ouvrirez un monde d’opportunités » qui a obtenu la faveur des internautes :

Affiches KPMG

Source : KPMG

Une pratique qui fait débat

Plutôt que de parler de sous-traitance pour réaliser des tâches traditionnellement effectuées par l’un de leurs employés, les établissements financiers préfèrent parler de « crowdsourcing ».  Et pour cause : le recours aux stagiaires ne plaît pas à tout le monde, comme en témoigne la réaction de cette internaute : « Au lieu de recruter vraiment des infographistes, vous utilisez vos stagiaires en prenant leur “travail” pour votre prochaine campagne de print, tout ça parce que ça vous permet d’économiser et de ne pas embaucher ? C’est vraiment scandaleux ! ». Réponse du service recrutement de KPMG : « Nous avons mis en place ce concours interne à l’attention de ses stagiaires afin de les intégrer pleinement et les faire participer à la vie du Cabinet. Nous avons reçu près d’une quinzaine de projets, preuve de leur intérêt pour ce jeu. Les 6 projets retenus nous ont par ailleurs impressionnés par leur qualité de rendu, résultant de leur envie de s’investir ! ».

Les stagiaires ne boudent donc pas tous ce genre de sollicitation, loin s’en faut ! « La créativité des jeunes, un talent pas suffisamment exploité ? » était d’ailleurs le thème d’une conférence organisée début avril par le Club Junior-Entreprises (qui réunit aussi bien des juniors entreprises d’écoles de commerce que d’écoles d’ingénieurs) et à laquelle participait notamment Philippe Torres, Directeur du Conseil en Stratégie digitale à l’Atelier BNP Paribas (filiale de veille technologique du groupe BNP Paribas) venu sensibiliser les jeunes diplômés sur ce sujet. Preuve que les banques restent elles aussi ouverte à la créativité en dépit du fait que l’originalité n’est pas véritablement recommandée sur les CV en finance.

Mais si les stagiaires en finance acceptent plutôt volontiers de faire le boulot de la com’ qu’ils jugent plutôt « fun » et « agréable », d’autres, dans certains départements fusions acquisitions de grandes banques d’affaires, font le travail des analystes financiers à part entière, travaillant 18 heures par jours week-end inclus. Il n’ont d’ailleurs pas véritablement le choix. « Se rebeller, serait se faire “griller” sur la place de la finance, car c’est un monde microcosme ou tout se sait et apprendre qu’un stagiaire s’est rebellé lors de son stage pour une histoire d’heure serait se fermer définitivement les portes de son métier », confie le proche d’un étudiant qui a effectué son stage chez Lazard Frères.

De l’autre côté du spectre, il y a les stagiaires à qui l’on ne confie strictement rien ou presque. «  Nous recherchons une attitude volontariste. Ce qui peut se manifester par la volonté de ramener le déjeuner au bureau, servir le café l’après-midi, ou prendre des notes lors d’une conférence importante. Nous voulons des candidats qui nous donnent l’impression qu’aucune tâche ne les rebute et qu’il n’y a rien qui ne soit pas dans leurs cordes. Si vous êtes incapable de ramener le café, je ne vais pas être rassurée pour vous confier des choses plus importantes », reconnaît une banquière qui travaille en finance de marché. Décidément, pas facile de trouver un juste milieu pour les stagiaires en finance !

commentaires (0)

Comments

Votre commentaire est en attente de modération. Il apparaîtra sur le site une fois validé

Réagissez

Pseudo

Adresse e-mail

Consultez notre règlement concernant notre communauté ici