☰ Menu eFinancialCareers

Coup de projecteur sur les quatre sociétés de gestion parisiennes les plus prometteuses

rising stars

TOBAM, FINALTIS, EIFFEL Investment Group, KEYQUANT. Retenez bien ces noms, ils constituent la fine fleur des sociétés de gestion entrepreneuriales françaises. Leurs dirigeants ont accompagné en début de semaine à New-York la délégation du Forum financier annuel organisé par l’association Paris Europlace, conjointement avec la Banque de France, et NYSE Euronext.

« Nous pensons qu’ils sont les champions européens de demain – les futurs “Carmignac”. Nous voulions montrer aux Américains qu’il n’y a pas que des entreprises déprimées en France, mais que notre pays est extrêmement dynamique en matière de sociétés indépendantes entrepreneuriales, bref que les Français ont la niaque !», affirme Alain Leclair, l’un des représentants de la délégation et président d’Emergence, le premier fonds d’incubation du secteur lancé à Paris l’an dernier. Cet incubateur de jeunes pousses, parmi lesquels figurent EIFFEL IG et KEYQUANT, a été chargé de détecter les jeunes sociétés de gestion les plus prometteuses et de leur confier des capitaux à gérer. Au total, 150 millions de “seed money” ont depuis été levés par une dizaine d’investisseurs institutionnels pour ce premier compartiment “Performance absolue” et confiés à seulement 5 jeunes sociétés (sur 120 candidats !).

«  La nouvelle génération des gérants d’actifs est à Paris ! »

Ce n’est donc pas un hasard si les 4 sociétés présentés aux investisseurs newyorkais affichent toutes un profil de gestion quantitative. « Il y a clairement un savoir-faire quantitatif français que Paris souhaite mettre en avant à l’étranger », nous confie  Raphaël Gelrubin, co-fondateur et associé-gérant de KEYQUANT, la plus jeune des quatre sociétés.

L’expertise reconnue des français se mesure d’ailleurs à l’aune de la « diaspora des Français, nombreux dans les salles de marché de Londres, Chicago, Boston, Shanghai ou au Moyen-Orient », relève Alain Leclair. Cet ancien directeur de l’Association française de gestion (AFG) et de la European Federation of Asset Management (EFAMA), insiste à ce sujet sur « l’excellence reconnue » des Grandes Ecoles de commerce et d’ingénieurs françaises (Polytechnique, Ponts et Chaussés, HEC…).

Les fondateurs de KEYQUANT – Raphaël Gelrubin et Robert Baguenault de Viéville – sont issus de ce système éducatif. Ces deux anciens collaborateurs de ManFidex (filiale de Man Group spécialisée dans la gestion de futures) ont créé leur société fin 2009. KEYQUANT a d’ailleurs très vite été repéré par l’équipe d’Emergence, et intégré dans l’incubateur il y a seulement quelques semaines.

Et pour cause, cette jeune société talentueuse a déjà récolté des Prix, impressionnant par ses performances. Depuis son lancement en janvier 2010, la stratégie a surperformé 95% de ses compétiteurs menant l’encours sous gestion à 155 millions de dollars.

Potentiel de croissance et la volonté de développement

TOBAM, elle n’a pas eu besoin du coup de pouce d’Emergence. Fondé en 2006 par Yves Choueifaty et ses collègues du Quantitative Asset Management Group au sein de Lehman Brothers, TOBAM a été racheté par ses employés en 2008 suite à la faillite de la banque d’affaires américaine. La société joue déjà dans une autre catégorie puisqu’elle a désormais atteint 4 milliards de dollars sous gestion. « Un des meilleurs représentants de la “haute-couture” de la gestion française », résume Alain Leclair.

Sans surprise, toutes ces jeunes sociétés sont à l’affût de talents. TOBAM, qui compte déjà  18 employés, envisage une dizaine de recrutements (product specialists, portfolio managers-recherche quantitative) sur 2 ans, nous a indiqué Yves Choueifaty.

KEYQUANT cherche également à recruter idéalement 3 personnes d’ici à la fin de l’année (un commercial, un directeur des opérations et un informaticien ingénieur réseau).

De son côté, EIFFEL Investment Group, issu d’un spin-off du Groupe Louis Dreyfus lancé fin 2011, et qui génère depuis de très belles performances (+20% en 2012), se dit « toujours intéressé par de très bons analystes de recherche avec quelques années d’expérience en buy-side ou sell side ». EIFFEL est déjà formée d’une équipe entrepreneuriale d’une quinzaine de personnes à Paris et gère 300 millions d’euros d’actifs.

Enfin, FINALTIS, l’aîné des quatre sociétés, présente une approche différente. « Nous préférons aider des entrepreneurs à créer de belles sociétés indépendantes plutôt que de recruter, même si nous faisons des exceptions lorsque nous rencontrons des profils académiques et des personnalités qui nous font envie », nous confie son fondateur Denis Beaudoin, un ancien de Dexia AM et BNP Paribas. Créée en 2001, cette structure qui compte 10 professionnels dont 3 gestionnaires de fonds, a en effet développé en plus de ses activités de gestion (portefeuille de 210 millions d’euros), une activité de détection et d’accompagnement de jeunes pousses. Dix sociétés ont bénéficié ainsi du support de Finaltis depuis sa création, dont KEYQUANT. Par ailleurs, Finaltis lève actuellement 100 millions d’euros pour créer un “quantative nursery fund”.

Seule ombre à ce tableau pour Paris : le developpement de ces sociétés et leurs recrutements risquent de ne pas avoir lieu en France mais à l’étranger, en raison de la l’arrivée – très crainte – de la Taxe européenne sur les transactions financières (TTF). D’où la prudence de Denis Beaudoin : « Nous évitons de recruter pour le moment car nous ne savons pas si la TTF ne va pas nous nous imposer une délocalisation de toutes les équipes hors de France, ce qui nous attriste et nous inquiète ».

REPÈRES L’industrie de la gestion en France en chiffres 

  • 2.600 milliards sous gestion (+53% en 10 ans) =>  1er premier rang européen et 2e rang mondial, derrière les Etats-Unis.
  • Plus de 600 sociétés de gestion (+50% en 10 ans) => 83.000 emplois
  • 4 sociétés de gestion parmi les 20 premiers acteurs mondiaux => BNP, Amundi, Natixis, AXA. 

(source : Association Française de Gestion)

commentaires (1)

Comments
  1. +20% en 2012? Ouh, impressionnant, même le DAX n’a fait que +30%…

Votre commentaire est en attente de modération. Il apparaîtra sur le site une fois validé

Réagissez

Pseudo

Adresse e-mail

Consultez notre règlement concernant notre communauté ici