☰ Menu eFinancialCareers

Dis moi quelle école d’ingénieurs tu as fait et je te parlerai de ta carrière en banque

podium

Tout comme pour les écoles de commerce, les services RH des grandes banques ont leurs écoles d’ingénieurs favorites pour constituer leur vivier de recrutement. C’est particulièrement vrai pour les activités de banque d’investissement où les profils ingénieurs sont particulièrement prisés. « Nous recrutons effectivement à 95% en école d’ingénieurs du type Polytechnique, Mines, Ponts, Ensae pour les postes de trading, qui requièrent une très forte technicité, des compétences mathématiques très approfondies et souvent la maîtrise de plusieurs langues de codes », reconnaît-on au service RH de BNP Paribas CIB.

Certes, les écoles les plus prestigieuses que les recruteurs désignent sous l’appellation d’écoles du groupe A (Ecole Centrale, Ecole des Ponts ParisTech, Supelec, Ecole des Mines ParisTech, Polytechnique, Ensta ParisTech et Telecom ParisTech) intéressent de près les banques d’investissement, mais elles ne sont pas les seules.

Double compétence : un pré-requis ?

Société Générale tisse ainsi de nombreuses relations avec d’autres instituts de formations techniques tels que Ensae, Enpc, Enst, Supaéro, Epf, Ifma, Telecom & Management Sud Paris, Ensam, Ensimag… Parmi les écoles d’ingénieurs cibles de Crédit Agricole CIB figurent notamment Ensta, Telecom ParisTech, Supelec, Ecole Supérieure d’Ingénieurs Léonard de Vinci et Efrei. « Par école cible, nous entendons une école dans laquelle nous recrutons un nombre significatif de stagiaires, ou une école dans laquelle nous participons au moins au forum annuel voire à d’autres actions au cours de l’année », nous précise le responsable recrutement jeunes diplômés de CA CIB.

On le constate, nombreux sont les ingénieurs en finance issus des grandes écoles généralistes, notamment celles comportant une option Finance. Cependant, pour maximiser ses chances d’être recruté, l’idéal est de présenter la double compétence mathématiques/gestion, par exemple en ayant suivi un mastère spécialisé en gestion/finance à la sortie d’un cursus d’ingénieur. Voire, à l’inverse, une spécialisation en ingénierie financière après une école de commerce option finance. « Près d’un jeune ingénieur sur eux peut faire valoir une double compétence, soit parce qu’il a eu une expérience significative à l’étranger, soit parce qu’il a obtenu un double diplôme », relève Julien Roitman, président de la fédération Ingénieurs et Scientifiques de France (IEFS)

Ecoles du groupe A : deux fois plus de chances de décrocher des postes de direction

Dis-moi de quelle école tu sors et je te dirai où tu travailles et à quel salaire…Les ingénieurs des écoles du groupe A qui travaillent dans la finance sont 60% à exercer des métiers de financement, du conseil, des salles de marché ou de gestion d’actifs contre 20% seulement pour les ingénieurs des autres écoles. « Ces derniers se concentrent essentiellement dans des activités de réseau et systèmes d’informations (44% contre 14% pour les ingénieurs des écoles du groupe A), qui n’offrent ni le même prestige, ni le même niveau de revenu », relève Claire Célérier, doctorante à l’Ecole d’Economie de Toulouse, dans le cadre de l’enquête 2012 de la fédération IESF. Même constat en terme d’évolution professionnelle. « La part des diplômés des écoles du groupe A qui accèdent à des fonctions de direction générale est de 30%, contre 16% pour les autres ingénieurs », poursuit-elle.

Les ingénieurs bénéficient, outre d’une insertion rapide, de salaires particulièrement attractifs. C’est particulièrement vrai pour les ingénieurs qui s’orientent vers la finance, où les salaires s’élèvent à 45 000 € bruts (voire plus) pour les  débutants, toujours selon l’enquête IESF. Mais il ne s’agit là que de moyennes. Sur le terrain, les salaires proposés aux débutants varient en fonction de l’école. Un ingénieur issu d’une école « classique » peut espérer gagner aux alentours 30 000 € contre 45 000 € ou plus pour un diplômé d’une très grande école.

commentaires (2)

Comments
  1. Oui effectivement, il vaut mieux être groupe A pour décrocher …. un stage en banque d’investissement. Article peut-être vrai du temps où les banques françaises recrutaient. Un beau pied de nez aux super stars arrogantes des front office…

  2. Il est certain qu’une vraie formation technique dans une bonne ecole d’ingenieur donne des avantages aux candidats souhaitant integrer le secteur de la finance. Attention aux promesses de diplomes pretendus internationaux et a l’association qui les delivre : les contenus sont perimes depuis belles lurettes, les intervenants sont des vieux financiers depasses par les evenements…. Ce que vous allez gagner, c’est une belle facture.

Votre commentaire est en attente de modération. Il apparaîtra sur le site une fois validé

Réagissez

Pseudo

Adresse e-mail

Consultez notre règlement concernant notre communauté ici