☰ Menu eFinancialCareers

La banque en ligne fait des émules dans l’Hexagone

Le Crédit Agricole vient de lancer sa banque privée en ligne. Baptisée BforBank, elle emploie 80 personnes. Cette annonce intervient quelques semaines seulement après celle du rachat de Monabanq par le Crédit Mutuel.

Autant de nouvelles marques qui viennent concurrencer des pure players déjà présents sur le marché hexagonal comme Boursorama (Société Générale), Cortal Consors (BNP Paribas) ou ING Direct. La banque en ligne représente un secteur important en France. Le pays enregistre d’ailleurs l’un des taux de fréquentation les plus élevés d’Europe, explique Hervé Le Jouan, directeur de la société de recherche en marketing comScore Europe. Vu la conjoncture, les consommateurs recherchent inévitablement une meilleure accessibilité et un contrôle renforcé de leurs finances personnelles, tant d’avantages offerts par le caractère immédiat des sites bancaires sur Internet.


Menaces sur l’emploi ?

La gamme de services proposée par les banques via Internet ne cesse de s’étendre. Désormais, la banque en ligne de LCL, e-LCL, propose l’intégralité des services bancaires en ligne. Outre la gestion de compte sur Internet, ses clients disposent désormais de la possibilité de souscrire en ligne l’intégralité des produits et services proposés par la banque : banque au quotidien, épargne et valeurs mobilières, crédits de consommation et prêts immobiliers, assurance vie et assurance des biens.

Côté usager, les inquiétudes sont bien réelles, à l’image de cet usager qui se demande si, à terme, nous irons vers une disparition des guichets qui ne sont pas rentables, avec la suppression de personnel comprise bien sûr ? . Du côté de la banque verte, on se veut rassurant. Il s’agit d’une banque complémentaire, sans compte courant, ni offre de crédit, ni produits réglementés. Elle s’adresse à des investisseurs qui n’ont pas besoin de conseils… pourvu qu’on leur donne toutes les informations , résume André Coisne, directeur général de BforBank.

commentaires (4)

Comments
  1. Facile de lancer une banque en ligne quand on paye ses conseillers aux smic !

  2. vu le niveau des “conseillers” ca ne pourra pas être pire en terme de service … le métier de banque retail est vraiment le parent pauvre en france, c’est stupide car c’est là que les banques font leur beurre, ce métier devrait être valorisé comme dans les pays anglo saxons

    100% de mes demandes vers mon “conseiller” sont couronnées d’un spectaculaire échec, il ou elle (change souvent) ne fait jamais les choses que je lui demande, c’est impressionnant)

    toutes mes opérations en ligne sont nickel, c’est cette conclusion que credit agricole a du tirer : on est jamais mieux servi que par soit même … et si les gogos sont prêt à payer pour faire eux même le job de nos abrutis de salariés, c’est encore mieux :)

    ceci étant dit, boursorama a une meilleure plate-forme apparemment et ne fait pas l’insulte de s’appeler “banque privée” : )

  3. …oui ou la banque “d’avant” ou la banque des “forbans”. Bravo en tout cas aux équipes marketing de CASA pour cette belle trouvaille!

  4. les conseillers sont d’ancienx des réseaux CRCA et LCL à 90% donc aussi compétents qu’en agence : il y a même des conseillers privés certains d’anciens de sociétés de gestion. Le bémol 9 mois d’existence et pas grand chose au point surtout côté dépots et paiements ou les bourdes s’enchaînent. Sans compter le manque de suivi des dossiers en pièces manquantes, ou le délai monstre d’une ouverture en ligne (15-30 min si le site fonctionne…..) et cela reste un centre de relation clients si vous avez l’opportunité d’avoir un bon en ligne prenez son nom ça peut servir!!!!! Par contre de très bon produits disponibles. Les meilleurs?…..peut-être pas trouvé mieux au global.

Votre commentaire est en attente de modération. Il apparaîtra sur le site une fois validé

Réagissez

Pseudo

Adresse e-mail

Consultez notre règlement concernant notre communauté ici