☰ Menu eFinancialCareers

Panorama des métiers qui résistent le mieux en banque de détail

resistance City

L’heure n’est pas à la fête en banque de détail : Crédit Agricole planifierait plus de 1400 suppressions de postes pendant que BNP Paribas prépare les esprits à une baisse de ses effectifs en France, notamment à travers une réduction du nombre de ses agences. Idem pour la SocGen : son directeur des activités de banque de détail en France a récemment annoncé que le groupe prévoyait de fermer «quelques dizaines» d’agences bancaires dans l’Hexagone.

S’il n’y aura pas de nouveaux plans sociaux, les banques entendent bien ne pas remplacer tous les départs à la retraite, et donc limiter les nouveaux recrutements. Frédéric Hatsadourian, senior manager de la division banque & assurance de Robert Walters, confirme dans L’Agefi « un recul de 20 % à 25 % des embauches dans les réseaux (fonctions commerciales et supports). Les fonctions liées à la réglementation (risques, conformité…) résistent un peu mais, dans l’ensemble, le marché est assez peu dynamique. Le turnover est faible car les personnes ne bougent pas beaucoup ». Les banques n’ayant pas détaillé leurs objectifs de réduction de coûts, il est difficile d’avancer une estimation précise des postes qui pourraient être perdus cette année dans le retail en France, mais au final plusieurs milliers de postes pourraient être amenés à disparaître…

Profils gagnants

Malgré ce contexte de réduction des embauches, les banques comptent bien poursuivre les recrutements, notamment dans les fonctions commerciales et les métiers support. « Les embauches seront orientées vers les métiers en compliance, gestion du risque, et en analyse financière pour faire face au développement de ces activités, mais aussi vers les commerciaux », anticipent ainsi les auteurs de l’Etude de rémunération nationale 2013 publiée par le cabinet de recrutement Hays. Une tendance qui se prolonge donc par rapport à 2012 où « le recrutement est resté soutenu sur les profils commerciaux et sur les fonctions support liées aux risques », rappelle Antoine Morgaut, CEO Europe Continentale & Amérique Latine chez Robert Walters.

Les profils commerciaux  les plus recherchés restent les directeurs d’agence, les conseillers en gestion de patrimoine, les conseillers de clientèle et les chargés d’affaires entreprise. « La demande de profils commerciaux s’étend sur tout l’Hexagone, tant pour les réseaux FBF que pour les établissements mutualistes. Dans un contexte où l’acquisition de clientèle demeure primordiale, le regard du recruteur se portera sur les tempéraments ‘développeurs’ »,  nous confie Frédéric Hatsadourian. « Les banques recherchent des commerciaux qui disposent d’un portefeuille significatif, qu’il soit composé de grands comptes, de clients professionnels ou patrimoniaux », nous précise Vincent Picard, directeur associé du cabinet de recrutement Fed Finance.

Au niveau des fonctions support, les institutions et leurs filiales concentrent leurs recrutements sur les fonctions liées aux risques, et notamment sur les contrôleurs des risques, les responsables conformité, les contrôleurs permanents et les experts normes IFRS. Enfin, « on recrute également des auditeurs, des comptables et, à moindre volume, dans les fonctions supports : marketing, communication… », relève pour sa part Vincent Picard. Avec parfois des besoins bien particuliers. « Nous anticipons en particulier un renforcement des fonctions marketing, où de vrais nouveaux besoins se dessinent notamment sur le marketing digital », rappelle dans nos colonnes Béatrice Arras, Associée du cabinet Lincoln Associates, en charge du pôle Finance, Banque & Assurance.

Cap sur le multicanal et la banque en ligne

Trois ans après le lancement de BforBank du Crédit Agricole, BNP Paribas pourrait lancer sa banque en ligne en juin prochain avec pour objectif…  500.000 clients ! Preuve que le secteur bancaire est en constante évolution et de nouvelles opportunités d’emploi – voire de nouveaux métiers – apparaissent. « Les banques en ligne poursuivent leur développement et recherchent notamment des conseillers clientèle à distance », poursuit Vincent Picard. « Bien qu’affectées par la conjoncture au même titre que les autres, les banques en ligne ont parfois su tirer leur épingle du jeu. Pensons à certains poids lourds de la banque en ligne chez qui le crédit immobilier a explosé ou qui ont su se positionner sur des offres d’épargne attractives. L’afflux de nouveaux clients généré par leurs campagnes promotionnelles a développé une forte demande de conseiller de clientèle particuliers », commente Marie-Hélène Agard, directrice divisions Banque & Assurance chez Page Personnel.

Les professionnels de l’IT Finance eux aussi sont sollicités par les banques en ligne, notamment pour tout ce qui concerne les aspects de mobilité et de sécurité (cryptage). « On recherche des ingénieurs développements, des ingénieurs systèmes sécurité, des administrateurs de bases de données et des chefs de projets du fait de la nécessité de développer des applications plus performantes et mieux sécurisées », relève Christine Pruvost, Team Leader IT chez Hudson. Comme quoi le spectre des métiers susceptibles d’intéresser les banques de détail est plutôt large…

commentaires (0)

Comments

Votre commentaire est en attente de modération. Il apparaîtra sur le site une fois validé

Réagissez

Pseudo

Adresse e-mail

Consultez notre règlement concernant notre communauté ici