☰ Menu eFinancialCareers

Le rapport Lagarde est-il vraiment utile ?

Bercy avait-il à intervenir sur le sujet ? Les mesures proposées par Christine Lagarde sont-elles satisfaisantes ?

La ministre de l’Économie, Christine Lagarde, a remis hier au Premier ministre François Fillon son rapport sur la perte de trading de 4,9 milliards d’euros de Société Générale. Après avoir mis en exergue les principaux manquements de la banque en matière de vérification des opérations de trading de ses employés, la ministre suggère des pistes de réflexion pour renforcer les contrôles :

– Mieux identifier la lutte contre la fraude interne comme un élément à part entière du contrôle interne.

– Renforcer les dispositifs internes de contrôle des établissements de crédit (respect de la muraille de Chine entre front- et back-office, sécurité des systèmes informatiques…).

– Impliquer pleinement la direction des établissements, notamment par la création de comités au sein des organes sociaux dédiés à la surveillance du contrôle des risques et au contrôle interne.

– Renforcer les contraintes qui pèsent sur les établissements de crédit en matière de suivi du risque opérationnel.

– Augmenter le montant des sanctions que la Commission bancaire peut infliger.

Si certains louent le volontarisme de la ministre, d’autres jugent cet interventionnisme inacceptable . L’affaire SG a frappé l’opinion et l’État se sent obligé de réagir, critique Patrice Daudier de Cassini, président du Club des Déontologues. Par ailleurs, alourdir la régulation et les sanctions financières est inefficace, rendre les gens plus responsables fait plus de sens. Pour ce spécialiste de la compliance, le contrôle doit être surtout renforcé à l’échelle des individus (i. e. vérifier les positions de chaque trader plutôt que les positions globales).

commentaires (7)

Comments
  1. Ce qui est écrit dans le rapport est discutable mais au moins ça va obliger les banques à ne plus agir dans le secret et mettre des moyens visibles pour faire face au problème!

  2. Je pense que le rapport ne changera absolument rien. La tendance aujourd’hui est de laisser faire les opérateurs de salles de marché. La compétition, la recherche du profit est telle entre les BFIs qu’il me semble improbable que l’on puisse éviter ce type de catastrophe.

    Rappelons que les équipes de contrôleurs dans les principales banques françaises sont incapables de mesurer précisément les risques encourus par les positions des traders. Et cela est le souhait des responsable de la salle pour éviter précisément des contrôles efficaces synonymes de ralentissement du business.

  3. franchement osez vouloir prendre des mesures est completement incomprehensif sur le marches des derives ou de celui des futures dans la mesure ou le gain est avant tout du a la securite des operations realisees hors dans le temps a part vendre des put sur indice et des call et put sur action couverte soit par des oat ou des actions est la seule et unique chose remuneratrice au minimum de 10 a 20 % par an, le reste est beaucoup trop risque etant donne que lorsqu’il y a avis de tempete les pertes sur l’achat de futur ou de l’achat de call fait vite d’enormes degats.

    dire que mr kerviel a perdu 4.9 milliards d’€ est une evidence meme des risques encourus mais a l’oppose ces positions perdantes ont donne a d’autre des positions gagnantes peut etre bien la bnp ou caylon ou d’autre

  4. Pas d’accord. Les plus grands perdants sont les traders FRONT qui ont travaille et seront moins payes. Dire que les Boss encouragent la fraude est donc une heresie!
    Par contre l’organisation fordienne des fonctions annexes n’est pas adaptee pour Flairer les problemes. Il faut + d’incitation financiere : si un back/ middle alerte sur des presomptions d’operations irregulieres dans bien des cas il aura plus de travail et pas plus d’argent (même si les fait sont averes).
    Pourquoi ne pas donner une prime en % du montant de la fraude decouverte quand quelqu’un souleve des elements qui aboutissent à decouvrir une fraude? c est ce que fait le Fisc pour les redressements et ca marche plutot bien non ?

  5. Je suis absolument d’accord avec F. Il faut mieux motiver les fonctions de contrôles en décuplant leurs bonus. Reste cependant à trouver une indexation juste et équitable. Ce n’est pas gagné.

    Pour en revenir au rapport de Christine L., j’ai l’impression qu’on s’égare. Primo, il faut rappeler qu’il s’agit avant tout d’une fraude et que J.K. à clairement chercher pendant 2 ans à éviter lesdits contrôles, avec la complexité tacite de son management ou non…
    De plus c’est un contrôleur qui a découvert le pot aux roses ( mieux vaut tard que jamais ), ne tirons donc pas sur l’ambulance !!!
    Deusio, je trouve le rapport écrit en trompe l’oeil. En effet, la véritable information se trouve entre les lignes. Elle consiste à responsabiliser la SG autant que JK sur la culpabilité, ce qui donc l’empêcherait de déduire ces 4.9 mlds des bénéfices imposables. Voilà le vrai message du ministère des finances: Eviter le cadeau fiscal.
    Tout le reste est un bel écran de fumée car les banques ne sont plus sous la tutelle de l’Etat et elles n’ont pas attendu les conclusions de ce rapport pour mettre les bouchées doubles en matière de contrôle.

  6. Erratum !!! Au lieu de “complexité tacite”, il faut lire “complicité tacite”.. Merci

  7. La prime sur la découverte de fraude aurait plus d’effets pervers que benefiques… Si on faisait simple: passer de l’approche “centre de coûts” où échouent les universitaires et autres sous-potentiels, plafonnés à 30-35 K€… vers une conception plus valorisante des opérations, capable de retenir quelques talents. Quel antagonisme, mais nous sommes dans une période exceptionnelle d’initiatives tous azimuts pour débusquer le prochain JK. C’est donc le moment de rêver… Que pèse donc la masse salariale des opérations d’une BFI par rapport à son risque opérationnel ?

Votre commentaire est en attente de modération. Il apparaîtra sur le site une fois validé

Réagissez

Pseudo

Adresse e-mail

Consultez notre règlement concernant notre communauté ici