☰ Menu eFinancialCareers

Réussir sa recherche d’emploi en finance après ses études ne s’improvise pas !

Anthony

Comment réussir sa recherche d’emploi à la sortie de l’école ? En voilà une bonne question ?! Si seulement une méthode miracle existait soyez sûrs que nous aurions déjà fait fortune en la distillant ! Il existe autant de méthodes pour chercher un emploi que de candidats. Elles sont toutes différentes, mais apportent chacune son lot d’avantages et d’inconvénients. Néanmoins certaines étapes sont indispensables pour réussir. Qui suis-je, que vais-je faire et où ? Ce sont les trois premières questions et les plus complexes à se poser avant de démarrer sa recherche d’emploi.

Solliciter des avis extérieurs

Dans un premier temps, pour définir qui l’on est, il est recommandé d’avoir un ou plusieurs avis extérieurs de personnes ayant collaborés avec vous de manière plus ou moins approfondie, afin d’avoir une réponse, la plus juste possible.

Dans un second temps il faudra vous déterminer 2 ou 3 postes qui vous paraissent les plus intéressants et qui sont en adéquation avec l’orientation de vos précédents stages (d’où l’importance des stages de fin d’années effectués pendant le cursus scolaire).

Enfin, vous devrez déterminer le périmètre géographique dans lequel vous êtes mobile. Autant dire que si l’on vise les banques d’investissement ou la haute finance, il vaut mieux avoir un profil international, car les banques parisiennes affichent salles combles. De plus une mobilité nationale voire européenne, maximise vos chances d’être repérés.

Rédiger un CV personnalisé en fonction des postes visés

Une fois que vous aurez répondu précisément à ces trois questions, vous pourrez rédiger CV et lettre de motivation de façon plus sereine, en ayant en tête un objectif précis. N’oubliez jamais qu’un CV doit être personnalisé en fonction du poste pour lequel vous candidatez. Vous devrez donc préparer au minimum 2 ou 3 CV qui mettront en lumière certaines missions ou stages particulièrement adéquats avec le poste visé.

A défaut de stage significatif chez Barclays ou Lazard, une expérience dans l’environnement bancaire, même en tant qu’auxiliaire d’été, peut-être mise en valeur. Ce sont souvent les étudiants de facultés (ou de BTS) qui les briguent afin de se familiariser avec le monde de la banque et commencer à développer leur réseau.

Dans une autre configuration, j’ai eu la chance de recruter il y a quelques années, un profil statistique, dans la banque où je travaillais pour l’intégrer en tant que contrôleur de gestion social. Il n’était pas intéressé par les RH, mais avait compris que c’était un bon moyen pour intégrer le circuit bancaire, et à l’issue de son stage, s’est vu proposé d’intégrer le service des risques.

N’oubliez pas la lettre de motivation

Outre le CV, n’oubliez de rédiger soigneusement votre lettre de motivation. Elle devra être adapté au poste, expliquer votre démarche et démontrer votre intérêt. Elle ne doit pas être redondante par rapport à votre CV, mais le complète. Vous pouvez la partager en 3 paragraphes bien distincts. Le premier sera consacré à votre démarche, le second à l’entreprise que vous visez et le troisième se concentrera sur vos réalisations professionnelles en rapport avec le poste. N’oubliez pas les formules de politesses, et utiliser un ton projectif pour rédiger votre corps de lettre.

Pour l’anecdote, beaucoup de candidatures sont envoyées sans lettre de motivation ou la lettre n’a pas été modifiée et le titre du poste ou le nom de l’entreprise indiquée ne correspondent pas. Au mieux le recruteur pensera que c’était une étourderie, au pire il écartera votre candidature car vous aurez fait preuve de dilettante. En tant que recruteur, la lettre de motivation me permet également de jauger le niveau d’expression écrite du candidat, qui peut-être rédhibitoire dans certains cas.

Postuler : quelle stratégie ?

Comme tout bon commercial, vous avez préparé votre produit de démonstration (Votre CV) ainsi que le mode d’emploi (Votre lettre de motivation) et vous allez maintenant démarcher les clients potentiels qui vous intéressent (Les entreprises qui recrutent). Pour s’organiser, mieux vaut établir une stratégie.

  • Commencez par établir la liste des établissements ou des entreprises qui pourraient vous intéresser. Postulez directement via le système de candidature spontanée, afin de vous faire recenser dans leur base de donnée. Si vous les intéressez vous entrerez directement dans leur vivier et aurez une chance d’être rappelé ultérieurement pour d’autres postes. Cette étape, vous donne aussi l’opportunité de contacter les RH directement, afin de vous faire connaître, et vérifier qu’ils ont bien reçus votre CV. Inscrivez vos démarches dans un tableau Excel, qui vous permettra de suivre les différentes sociétés où vous avez postulé et tenir ainsi à jour vos candidatures, puis relancer si besoin.
  • Ensuite, vous pourrez parcourir les nombreux job-boards disponibles sur la toile. Ne vous éparpillez pas et privilégiez les plus connus. N’envoyez pas vos candidatures tous azimuts et concentrez vous sur les postes qui vous correspondent vraiment. Pensez également à bien enregistrer votre profil dans leurs cv-thèque, en choisissant des mots clefs décrivant votre profil et votre parcours. L’astuce supplémentaire étant de remplir votre CV et le profil avec des mots ou expressions fréquemment utilisées par les recruteurs du secteur. Dans le cadre de nos activités coaching nous rencontrons souvent de futurs diplômés qui sont déjà épuisés par leurs recherches, après avoir envoyé 200 ou 300 CV… Ceci n’est pas un ratio normal. C’est à cette étape là, que l’importance d’avoir défini son projet prend toute son importance. Vouloir travailler en banque de détail ou en banque d’investissement, n’implique pas les mêmes compétences et n’attirera pas les mêmes profils.
  • Enfin sur les réseaux professionnels, vous devez bien faire attention à maintenir votre profil à jour, contenant une présentation professionnelle et une photo concordante. Ils peuvent être un appui si votre candidature intéresse le recruteur, mais également un couperet, si il est mal renseigné. Ces derniers outils, représente également une belle opportunité de contacter directement des cabinets de recrutements en s’adressant au consultant tout en motivant correctement votre requête. Ces derniers sont toujours à l’affût de nouveaux profils et apprécieront votre démarche proactive si vous savez y mettre les formes. Par exemple certains cabinets, synchronisent leurs bases de données CV directement avec les profils Linkedin. Cela leur fait gagner du temps, et permet d’avoir une base perpétuellement mise à jour.
  • Pensez à vous googliser, avant d’entamer votre démarche. De nombreux recruteurs adoptent aujourd’hui ce réflexe et il est important que votre e-reputation soit irréprochable. Exit les photos Facebook compromettantes, et autres blogs personnels réalisés lorsque vous étiez ados.

Avec ces premiers conseils de base, votre téléphone devrait bientôt sonner. Préparez-vous. On n’a jamais deux fois l’occasion de faire une première bonne impression !

Anthony Courtin est consultant associé dans le cabinet de conseils en ressources humaines Business & DRH. Avant de créer Business & DRH avec Erwan Davignon, il a effectué des études en école de commerce, puis obtenu un Master Professionnel à SUP DES RH. Il a ensuite eu l’occasion de travailler au sein d’AXA Banque en tant que consultant RH, afin d’y faire ses premières armes dans le recrutement.

commentaires (0)

Comments

Votre commentaire est en attente de modération. Il apparaîtra sur le site une fois validé

Réagissez

Pseudo

Adresse e-mail

Consultez notre règlement concernant notre communauté ici