☰ Menu eFinancialCareers

Entretiens : les sept erreurs les plus fréquentes (et les plus dommageables)

L’entretien est le moment essentiel et décisif dans tout processus de recrutement. Après avoir évalué la qualification du candidat à l’aide de son CV et de son dossier de candidature, c’est sa personnalité, qui sera au centre de l’entretien de recrutement.

L’équipe rédactionnelle du site allemand d’eFinancialCareers a enquêté auprès des experts en recrutement afin de connaître les erreurs les plus couramment commises lors des entretiens. Sur ce point, les recruteurs allemands connaissent visiblement les mêmes égarements que leurs collègues français. Avec ce viatique, vous ne pouvez plus dire que l’on ne vous avait pas prévenu !

1 – Lacunes de préparation

Ne pas se préparer à l’entretien et n’avoir aucune idée des attentes de la personne que l’on rencontre fait plus que mauvais effet , avertit Mirja Linke de la société de conseil Deininger. Bien qu’il s’agisse là d’un classique du genre, c’est une erreur que l’on rencontre encore trop fréquemment.

Le candidat a le devoir de collecter les informations sur la société, sur sa culture et sur l’interlocuteur qui le recevra. Si un candidat néglige ce point, cela passera pour du désintérêt , précise Gunner Belden du cabinet DIS Consulting.

2 – Une présentation pendant l’entretien qui laisse à désirer…

Le fait que les candidats échouent aux entretiens d’embauche est moins lié au CV qu’à leur manière de se présenter, explique Gunner Belden. N’oubliez jamais que vous êtes un invité. Adaptez-vous à l’ambiance de votre hôte . Dans un entretien d’embauche, il s’agit de savoir si le candidat s’intégrera bien à l’équipe. Normalement, à ce stade, sa qualification technique a déjà été constatée à l’aide de son dossier de candidature.
Une solide poignée de main et un regard direct sont un bon début. En revanche, si l’on n’y prend garde, l’entretien peut déjà se décider à ce moment-là , assure Stefanie Stork d’Euro London. Les fumeurs ont tendance à s’accorder une cigarette rapide avant le début de l’entretien, cela peut incommoder un non-fumeur.

Enfin, il semble que l’on ne le rappelle jamais assez : le manque de ponctualité est une erreur hélas toujours d’actualité. Et si déjà l’on est en retard, il faut au minimum s’excuser , rappelle cette consultante. Dans ce cas, les candidats sont particulièrement mal avisés de citer la ponctualité parmi leurs points forts. Elle insiste : Ça ne passe pas du tout ! .

3 – Déblatérer sur le compte d’anciens employeurs ou dévoiler trop d’informations personnelles

Il arrive fréquemment que les candidats s’expriment de manière très critique à l’égard d’anciens employeurs. Les candidats soupçonnent rarement à quel point l’impression produite auprès de l’employeur potentiel est calamiteuse. D’après Stefanie Stork, il est également fréquent de donner trop de renseignements personnels sur les causes qui ont conduit à vouloir changer d’employeur , alors qu’il suffit amplement de faire état de raisons personnelles , sans qu’il soit besoin de s’étendre sur les relations extraconjugales avec la secrétaire.

4 – Ne pas jouer franc jeu

Si l’on n’arrive pas à convaincre son interlocuteur de l’authenticité de sa démarche et de ses propos, l’affaire tournera le plus souvent mal , avance Mirja Linke. Un interviewer chevronné détectera rapidement le candidat bluffeur. Si celui-ci se présente comment étant un négociateur très dur, il lui sera très difficile de jouer ce rôle pendant tout l’entretien, s’il ne l’est pas vraiment. Aussi, mieux vaut s’en tenir à la vérité.

5 – Abuser du jargon technique

Dans la description de l’expérience professionnelle, il ne faut pas abuser d’ECM, de DCM et autres CRM. Si, en cas de demande de précision, le candidat reste sec, l’affaire tourne court très vite , selon Mirja Linke. Il vaut mieux décrire les activités en quelques phrases courtes, qui décrivent simplement la réalité.

Autre cas : la question classique sur les points forts, évitez de répondre à l’aide de quelques éléments purement techniques. Fournir une réponse qui inclut systématiquement des illustrations est essentiel.

6 – Oublier de se vendre

Si l’on veut un job donné, il faut savoir se vendre , rappelle Mirja Linke. Car un entretien d’embauche n’est rien d’autre que la mise sur le marché de ses propres compétences. Certains sont trop sûrs d’eux. Ils pèchent alors par excès de confiance et oublient de se vendre et de mettre en avant leur motivation , témoigne Stefanie Stork.

7 – Ne pas montrer suffisamment son intérêt pour le job

Un candidat ne devrait pas se contenter de répondre aux questions concernant son CV, mais devrait activement montrer son intérêt pour la société et la position proposée par des questions ciblées. D’après Gunner Belden, si un entretien d’embauche tourne à l’interrogatoire, c’est souvent du fait des protagonistes. Un candidat doit se passionner pour le poste auquel il candidate .

Stefanie Stork conseille de préparer des questions, quitte à les rédiger afin de les avoir à sa disposition en cas de besoin. D’après elle, il ne faut pas seulement se demander ce que l’entreprise peut vous apporter, mais également ce que l’on peut apporter à l’entreprise .

commentaires (6)

Comments
  1. En tant que manager aguérrie au recrutement que ce soit alternants ou CDI, j’approuve tous les points mentionnés. Rien de plus énervant que le candidat qui ne s’est pas renseigné sur l’entreprise et ses valeurs, sur le secteur d’activité, sur la fonction, qui ne prend quasiment pas de notes, qui ne pose pas de questions pertinentes. Effectivement éviter de dénigrer son ancien poste, au contraire mettre en exergue tous les aspects positifs, l’argument du départ étant une évolution naturelle ou développer encore plus ses compétences grâce à ce nouveau poste. Quant à la présentation et la ponctualité à un entretien : ESSENTIEL. Tout cela peut paraitre évident …mais dans les faits, que de lacunes de la part des candidats….qui pour la plupart sont très diplômés. Donc on s’attend toujours à ce qu’ils soient hyper préparés par leurs écoles. Donc si vous suivez bien tous les conseils ci dessus, vous mettez toutes les chances de votre côté.

  2. Outre le paradoxe de l’injonction contradictoire consistant à inciter au franc-jeu tout en réclamant de masquer les motivations de départ du poste précédent sous l’anonymat d’une formule convenue, l’on doit feindre de souscrire aux valeurs lénifiantes standardisées d’une doxa de plaquette de marketing d’entreprise aux accents corporate ( http://eco.rue89.com/2011/06/27/metier-passion-ce-que-cache-le-marketing-des-recruteurs-211077) qui nous assomment de leur particularisme de façade exaltant l’excellence, le dynamisme, la proactivité, la rigueur, la capacité d’analyse, le travail en équipe et l’aisance relationnelle dans un contexte évidemment concurrentiel où l’entreprise est bien entendue n°1.
    Et surtout n’hésitez pas à prétendre vous investir avec abnégation dans un poste qui étanchera votre soif inextinguible de production acharnée de rapports Excel, de réunions stériles et vous tiendra à l’écart des insignifiances du salariat tertiaire ordinaire.

    De l’évidence ESSENTIELLE de séminaire de DRH sortant d’école réduisant l’entretien à une aliénation impersonnelle mais fugitive, un jeu de dupes guide de survie d’une Confederacy of Dunces.

  3. Alvin je n’ai strictement rien compris a ton message. C’est d’un pompeux j’ai rarement vu ca. Tu sembles assez remonte contre le monde de l’entreprise en general… Simplifie ta syntaxe et tu verras tes frustrations s’attenueront…

  4. Que de diligence voire d’incontinence à psychanalyser le quidam… Les deux arguments les plus rebattus rencontrés sur le web : la jalousie et la frustration. Réservez vos saillies à votre Skyblog ou votre page FaceBook. Vous n’êtes pas non plus le premier à assimiler la limite de sa compréhension à l’incapacité de son interlocuteur à se mettre à sa portée – risquerait-il la lombalgie – et à en tirer la conclusion qu’un nivellement par le bas s’impose. Vous devez probablement faire partie des 85% de réussite au bac qui s’en enorgueillissent.

    Le raccourci logique de votre conclusion me laisse interdit ; sans doute visiez-vous une conclusion et la prémisse en devenait subalterne… L’absence de complexité semble constituer les soubassements de votre épanouissement personnel (syndrôme de Forrest Gump) ; souffrez que d’aucuns ne se complaisent que modérément dans vos soues indigentes.

    Que vous ayez “rarement vu ca” en révèle bien plus sur vous que sur moi, peut-être devriez-vous étendre vos lectures au-delà d’internet. Mes messages n’ont, à l’instar des vôtres, pour vocation que de s’adresser à ceux qui les comprennent.

  5. Pour repondre à ta question… oui j’ai eu mon bac et suis accessoirement diplome de sciences po paris. Je serais curieux de connaitre ta formation et ton metier… Ecrivain maudit? Prof frustre? Un conseil, concentre-toi sur le fond plutot que sur la forme.

    Sans deconner tu te relis??? “Outre le paradoxe de l’injonction contradictoire consistant à inciter au franc-jeu tout en réclamant de masquer les motivations de départ du poste précédent sous l’anonymat d’une formule convenue, l’on doit feindre de souscrire aux valeurs lénifiantes standardisées d’une doxa de plaquette de marketing d’entreprise aux accents corporate”

    Re-la conjuration des imbeciles (pour ceux qui ne parlent pas anglais), stp epargne-nous le suicide, lui avait du talent… “Quand un vrai génie apparaît en ce bas monde, on le peut reconnaître à ce signe que les imbéciles sont tous ligués contre lui” – citation de Jonathan Swift, ayant inspire le titre du livre. Ca doit etre ton livre de chevet pour justifier de l’incomprehension du monde a ton egard?

    Avoir l’air intelligent, c’est bien, l’etre c’est mieux…

  6. L’imbécile, c’est toujours l’autre, jamais soi, un peu d’humilité GP car les remarques d’Alvin sont justifiées : toute cette hypocrisie et cette mascarade est affigeante, je sais de quoi je parle…

Votre commentaire est en attente de modération. Il apparaîtra sur le site une fois validé

Réagissez

Pseudo

Adresse e-mail

Consultez notre règlement concernant notre communauté ici