☰ Menu eFinancialCareers

« Zéro bonus » ? Non, pas pour moi, pensent les banquiers français !

I got nothing

I got nothing

Le spectre du « zéro bonus » ne semble pas faire l’objet d’une inquiétude démesurée de la part des banquiers français, si l’on en croît notre dernière étude eFinancialCareers*. En effet, plus de 8 professionnels sur 10 (83%) s’attendent à recevoir un bonus cette année. Alors qu’en cette période de disette et de réduction drastique des coûts, il semble en être de plus en plus question dans les établissements bancaires. À titre d’exemple, un cinquième environ des 500 managing directors des ventes et du trading de Morgan Stanley n’auraient reçu aucun bonus l’an passé, selon DealBook, le blog du New York Times. Ce phénomène serait appelé à s’accentuer cette année, selon le journal.

Qu’importe ! Les banquiers français s’attendent à être récompensés après avoir traversée une nouvelle année sous pression. Parmi ceux qui s’attendent à toucher leur bonus, 4 sur 10 (40%) s’attendent à ce qu’il soit en augmentation par rapport à 2011 et 28 % misent sur un bonus équivalent. “Nous nous attendons à une enveloppe des bonus globalement en baisse dans les banques françaises, anticipe néanmoins Valérie Barthès de Ruyter, Associée en charge de la Practice Finance au sein du cabinet CT Partners. Au mieux, les bonus seront stables pour les professionnels des taux, pour qui les marchés ont pourtant été incroyablement porteurs en 2012“.

Une baisse de 20% des bonus attendus chez Credit Suisse et Deutsche Bank

Plusieurs informations publiées en ce début de semaine vont dans ce sens. Ainsi, selon Bloomberg, Deutsche Bank envisagerait de réduire les bonus dans sa division européenne de banque d’investissement de 20% en moyenne. Même anticipation d’une baisse de 20% des bonus chez Credit Suisse, selon le journal Der Sonntag.

À noter que les Français se montrent plus pessimistes que leurs homologues de la City et de Wall Street, récemment sondés par eFinancialCareers sur le même sujet. En effet, les londoniens étaient 59% à s’attendre à un bonus cette année au moins aussi élevé qu’en 2011, et les New-Yorkais 66%.

Les banquiers français se révèlent particulièrement inquiets en revanche sur le long terme. Ainsi, 42% d’entre eux misent sur une baisse des bonus à l’horizon 2016 et 40% craignent même pour leur emploi.

commentaires (0)

Comments

Votre commentaire est en attente de modération. Il apparaîtra sur le site une fois validé

Réagissez

Pseudo

Adresse e-mail

Consultez notre règlement concernant notre communauté ici