☰ Menu eFinancialCareers

Les prédictions des recruteurs spécialisés dans l’IT Finance pour 2013

Computer monitors

Nous avons recueilli les témoignages de plusieurs recruteurs et professionnels de l’IT Finance afin de savoir quelles seront les grandes tendances de l’emploi dans ce secteur en 2013. Si beaucoup s’attendent à une stagnation de l’activité par rapport à l’année dernière, les recrutements vont néanmoins se poursuivre, grâce notamment au développement de nouvelles activités dans les banques comme le “cloud-computing” permettant de stocker des données sur des serveurs distants. Infrastructure, Cloud et Mobilité seront d’ailleurs des projets phares pour près de la moitié des DSI en 2013.

Et si l’heure est à l’outsourcing comme en témoignent les 400 postes de back-office que la Société Générale se prépare à externaliser dans le cadre de la réorganisation de ses activités de BFI, il se pourrait que l’on assiste parallèlement cette année à des relocalisations d’activités, comme c’est le cas au Royaume-Uni.

Enfin, certaines SSII ont déjà communiqué sur leurs plans de recrutements 2013 à l’instar de Micropole qui prévoit d’effectuer 250 embauches, notamment des experts en élaboration budgétaire et des spécialistes en .Net, SharePoint, Java, ou dans les technologies mobiles pour son activité e-business. De son côté, Solucom qui souhaite réaliser de 200 à 250 embauches en CDI, explique rechercher des jeunes diplômés et des professionnels expérimentés issus des grandes universités ou des grandes écoles d’ingénieurs et de management, précisant que l’expertise sectorielle n’est pas requise à l’embauche, mais constitue un plus pour les profils expérimentés.

Christine Pruvost, Team Leader IT chez Hudson

« Quelques grandes tendances se dégagent sur le marché du recrutement dans l’IT Finance. La première, c’est le renouvellement naturel des départs en retraite qui génère des opportunités d’embauche. La seconde, ce sont les besoins rencontrés dans trois métiers interconnectés que sont la mobilité, la sécurité (cryptage) et le e-commerce (systèmes de paiement, sites de commerce en ligne) où l’on recherche des ingénieurs développements, des ingénieurs systèmes sécurité, des administrateurs de bases de données et des chefs de projets du fait de la nécessité de développer des applications plus performantes et mieux sécurisées ».

« Enfin, le cloud computing sera en 2013 un relais de croissance, du fait d’une sécurisation très importante à mettre en place. A noter pour finir que dans l’IT bancaire, mais aussi dans les assurances, certaines demandes de nos clients concernent des postes avec une maîtrise de technologies plus anciennes (ex : AS/400) ».

« Nous constatons un allongement des process de recrutements du fait que paradoxalement, les exigences des clients sont de plus en plus pointues tandis que les candidats se montrent plus frileux à l’idée de changer de poste ».

Mickael Cambot, Manager de la Division Systèmes d’information (IT) de Robert Walters

« La tendance générale est à la montée en gamme des talents aussi bien au niveau de l’expertise mais aussi des aptitudes fonctionnelles et managériales. Parmi les profils les plus recrutés en middle management, nous retenons les directeurs de projet, les responsables d’équipes fonctionnelles/techniques, les architectes, les urbanistes et les chefs de projet seniors ».

« En top management, le recrutement se focalise sur les postes de directeurs des études, de directeurs de la production et de DSI. Les profils spécialisés en qualité logicielle sont également très en vogue du fait de la mise en place de standards ISO, ITIL ou encore CMMI dans les entreprises. Leader des Progiciels de Gestion Intégrés (PGI), SAP maintient depuis plusieurs années d’importants volumes de recrutement, marqués par une progression des rémunérations et un marché avéré de consultants ».

Julie Scali, Directrice Senior de Page Personnel Informatique

« L’omniprésence de l’informatique et la poussée constante des avancées technologiques dynamisent fortement le marché du recrutement. Après le léger fléchissement dû à la crise en 2008 et 2009, les entreprises ont rapidement recommencé à recruter et si la conjoncture actuelle n’est pas optimale, le marché reste très tonique »

« Les flux de candidats maîtrisant les technologies les plus récentes ne sont pas suffisants pour répondre à la demande. C’est particulièrement vrai pour les développeurs. Ces tensions jouent en faveur des candidats qui n’hésitent pas à changer de poste et à faire monter les enchères. Mais les compétences recherchées évoluent au même rythme que les technologies, c’est-à-dire très rapidement. Plus encore que dans les autres secteurs, les candidats doivent veiller à se former pour rester au niveau et continuer à valoriser leur expérience ».

« Les SSII recrutent massivement sur tous les types de fonctions pour répondre aux besoins générés par les projets qui leur sont confiés. Elles tirent l’ensemble des rémunérations vers le haut. Parmi les profils les plus courus, les ingénieurs études et développement voient leur rémunération grimper, de même que les spécialistes en virtualisation et en sécurité des données ».

Guy Mamou-Mani, président du Syntec Numérique

« Malgré une croissance de l’activité limitée à 0,7% cette année en France, les éditeurs de logiciels et les SSII continuent à embaucher à tour de bras. Les entreprises ont effectué de 30.000 à 35.000 recrutements en 2012, soit de 5000 à 10.000 créations nettes d’emplois ».

« Pour 2013, l’activité de la profession va globalement stagner sur le marché français, avec un retrait de 0,9 % des services informatiques mais une légère croissance pour l’édition de logiciels (+ 1,3%) et le conseil en technologies (+1%). Toutefois, le secteur devrait continuer à recruter de 20.000 à 25.000 personnes. Mais les créations nettes d’emplois seront nulles, car le turnover va reculer. Il faut dire que le contexte économique pèse sur le budget des directions des systèmes d’information ».

« Les difficultés des recruteurs pour trouver des candidats en adéquation aux profils recherchés persistent. Le secteur, favorable pour les jeunes diplômés, offre toujours des conditions d’insertion et d’emploi nettement supérieures aux autres secteurs ».

commentaires (0)

Comments

Votre commentaire est en attente de modération. Il apparaîtra sur le site une fois validé

Réagissez

Pseudo

Adresse e-mail

Consultez notre règlement concernant notre communauté ici