☰ Menu eFinancialCareers

Les équipes de CACIB à nouveau sous la menace d’un plan social, les stagiaires à la rescousse

credit_agricole

La banque verte envisagerait de lancer un nouveau plan de suppressions d’effectifs dans sa banque d’investissement, selon Dow Jones, qui s’appuie sur les informations communiquées par « trois personnes proches du dossier ».

Ces suppressions pourraient être annoncées dès début 2013, alors même que le plan social annoncé fin 2011 est toujours en cours. La banque verte avait alors fait une croix sur 2.350 emplois dans le monde toutes activités confondues, et la fermeture de la fermeture de 21 implantations à travers le monde. La BFI avait payé le plus lourd tribut avec la suppression de 1 750 postes, dont 550 en France.

Un syndicaliste interviewé ce matin reste dubitatif : « Nous savons que la baisse des charges est un souci constant de la direction ces derniers temps, à l’image du secteur dans son ensemble, mais je pense qu’il est hâtif de conclure que cela se traduira nécessairement par un nouveau plan social ».

En mauvaise posture

En même temps, Credit agricole est la banque française qui connaît aujourd’hui le plus de difficultés, après avoir posté une lourde perte de 2,85 milliards d’euros au dernier trimestre, largement dû à la cession de sa filiale grecque Emporiki. Avec un profil largement retail et ses 3 marchés domestiques soit en berne (France) soit à hauts risques (Grèce et Italie), la banque se retrouve à nouveau sous pression.

Les analystes de Goldman Sachs ont d’ailleurs dégradé les recommandations à l’égard de la banque cette semaine, jugeant qu’un relativement faible niveau de capital et un endettement élevé la mettent dans une mauvaise posture (Zonebourse). Déjà au lendemain de l’annonce d’UBS de se retirer massivement des activités FICC, les analystes spéculaient sur l’éventualité que CACIB suive le même chemin.

En début d’année, la banque avait déjà annoncé un arrêt complet des activités Global Equity & Commodity Derivatives. Devra-t-elle aller plus loin dans le recentrage des activités et la course aux coûts ?

Et un nouveau défi : les 290 postes supprimés chez Cheuvreux

Une nouvelle épine est venue en outre se planter dans le pied de CACIB, le reclassement des salariés de Cheuvreux, sa filiale de courtage dont la vente à Kepler vient d’être officialisée. L’opération doit déboucher sur 290 suppressions d’emplois, or Credit Agricole s’est engagé au reclassement de ces salariés. Mais comment intégrer 290 personnes en France dans un groupe qui est en train de supprime 550 postes ?

En 2011, la banque continuait encore activement à recruter

Parallèlement, la banque a, semble-t-il, tardé à prendre des mesures d’économies. Courant 2011, les effectifs ont continué à augmenter chez CACIB : 1 388 recrutements avaient été réalisés dont 420 en France, selon le dernier bilan social de la banque. Si l’on soustrait à ce chiffre les départs, il reste 164 emplois équivalents temps plein supplémentaires en un an, pour atteindre un total de 14.800 personnes dans le monde au 31dec. 2011.

La banque pourrait avoir ainsi tardé à prendre les mesures de réductions de coûts, contrainte désormais à devoir accélérer le rythme des mesures d’économies. C’est précisément ce que fait aujourd’hui Natixis, qui mi-novembre annonçait 300 millions d’économies supplémentaires d’ici fin 2014, sans pour autant mentionner de nouvelles suppressions d’emplois.

Recrutement d’une armée de stagiaires pour faire face aux besoins ?

Plan social ou pas, CACIB semble déjà plutôt bien maîtriser l’application de son gel des embauches.  Seules deux offres emplois apparaissaient aujourd’hui sur son espace de recrutement : un CDI (Juriste Marchés de Capitaux Produits de dettes) et un CDD (Analyste Suivi d’Activité – CDD). En revanche, la banque semble davantage s’appuyer sur de plus jeunes recrues avec 3 VIE (à Londres, Francfort et Dubaï) visibles sur le site, et surtout … 35 offres de stages (de longue durée, 6mois environ), tous basés en France.

En 2011, Crédit Agricole CIB a ainsi accueilli près de 950 nouveaux stagiaires dont plus de 600 en France et 80 VIE dans ses filiales à l’international. Ces données apparaissent dans son dernier bilan social sous l’appelation “pré-recrutement”. Si cela pouvait être vrai…

commentaires (0)

Comments

Votre commentaire est en attente de modération. Il apparaîtra sur le site une fois validé

Réagissez

Pseudo

Adresse e-mail

Consultez notre règlement concernant notre communauté ici