☰ Menu eFinancialCareers

« CFA France a 700 membres et le nombre de candidats à l’examen est en progression constante »

Philippe Maupas, Président CFA France

Philippe Maupas, Président CFA France

Ce soir, 75 professionnels de l’investissement se verront remettre la prestigieuse certification CFA après avoir réussi les 3 niveaux d’examen lors d’une cérémonie dans les locaux de NYSE Euronext autour notamment du président de CFA France, Philippe Maupas. Nous avons profité de l’occasion pour lui poser quelques questions.

eFC : Le CFA a 50 ans, mais s’est développé en France que très récemment, avec un certain succès. Comment l’expliquez-vous ?

Philippe Maupas : L’association CFA France a été créée il y a déjà 14 ans, en août 1998.  La certification CFA s’est d’abord développée aux Etats-Unis, puis au Canada, avant de débuter une expansion internationale qui en fait aujourd’hui la référence parmi les professionnels de la finance dans le monde entier.

Une partie du succès du programme CFA en France est dû à la politique active menée depuis des années auprès des universités et grandes écoles françaises. Huit d’entre elles sont partenaires du programme CFA (« CFA Program Partners »), dont elles ont intégré une partie importante dans leur curriculum. Il s’agit de l’EDHEC, d’ESCP-Europe, de l’ESSEC, d’HEC, de l’INSEAD, de Reims Management School, de Dauphine, de l’Université Université Paris 1 Panthéon Sorbonne et de l’Université  Paris IX Dauphine. Une autre grande école française, Rouen Business School, vient d’intégrer le « University Recognition Program », un autre programme de CFA Institute.

Pouvez-vous nous résumer le CFA en France et dans le monde en quelques chiffres ?

CFA France a aujourd’hui près de 700 membres (600 détenteurs de la certification et près de 100 candidats membres). Le nombre des candidats inscrits pour passer l’examen à Paris est en progression constante (près de 2.900 inscrits au total aux différents examens de 2012, dont environ 2.000 à la session de Juin et environ 900 à celle de Décembre).

Ce soir, nous aurons le plaisir d’accueillir 75 nouveaux détenteurs de la certification ayant réussi le troisième niveau du programme et disposant de l’expérience professionnelle nécessaire. 62 candidats ont en outre réussi ce troisième niveau mais ne disposent pas encore des 4 ans d’expérience professionnelle requise.

À l’échelle mondiale, CFA Institute compte plus de  111.000 membres présents dans 130 pays, dont plus de 103.000 détenteurs de la certification CFA. Il existe 138 associations locales comme CFA France réparties dans 60 pays. Chaque année, 150.000 candidats s’inscrivent à l’examen pour passer l’un des trois niveaux du programme CFA.

Quels types de professionnels encourageriez-vous à passer le CFA ?

Toute personne intéressée par les métiers de la gestion d’actifs, de la gestion privée, de la banque d’investissement ou de la finance d’entreprise trouvera dans le programme CFA une richesse et une profondeur que peu de diplômes ou formations égalent.

À quels investissements – financier et en temps – les financiers doivent-il se préparer s’ils veulent passer le CFA ?

Le coût d’inscription à chaque niveau de l’examen est aujourd’hui de 680 USD en cas d’inscription à l’avance. Pour une première inscription en niveau I, il faut s’acquitter en plus de la somme de 440 USD.

Le temps de préparation recommandé est au minimum de 300 heures par niveau.

L’examen du niveau I du programme CFA est organisé 2 fois par an : en décembre (la dernière session a eu lieu le 1er décembre 2012) et en juin, les deux autres examens (pour les niveaux II et III) étant exclusivement proposés à la session de juin (la prochaine session aura lieu début juin 2013).

Quelle différence le CFA fait-il dans la carrière des professionnels en Finance ?

La qualité du programme CFA, la variété des sujets traités, l’importance donnée à l’éthique à chaque niveau du programme et durant toute la vie professionnelle des détenteurs de la certification (qui doivent renouveler tous les ans leur engagement à respecter le code d’éthique et de conduite professionnelle très rigoureux de CFA Institute) font de la certification CFA un sésame auprès des recruteurs dans les institutions financières du monde entier.

Alors que certains diplômes universitaires ou de grandes écoles françaises ne sont pas nécessairement connus des institutions financières globales, la certification CFA, devenue la référence incontestable (nous parlons de « Gold Standard », d’étalon-or),  améliore considérablement l’employabilité de ses détenteurs.

Concrètement, comment s’en sortent les CFA charterholders dans le contexte du marché de l’emploi actuel ? Avez-vous un suivi de ces derniers après l’obtention de leur certification ?

Nous n’avons pas de suivi précis à ce sujet. CFA France organise régulièrement des conférences liées aux problématiques de carrière (formation, mobilité) qui rencontrent un vif succès auprès de nos membres. Ces derniers ont clairement des attentes élevées en matière d’aide à la gestion de leur carrière. C’est pourquoi nous les aidons également à se former tout au long de leur carrière (« lifelong learning ») en organisant régulièrement des conférences avec des intervenants de haut niveau sur différents sujets d’actualité.

Le CFA Institue a lancé un nouvel examen Claritas Investment Management Certificate. Pouvez-vous nous en dire plus à ce sujet ? Quand sera-t-il disponible en France ?

CFA Institute lancera en mai 2013 le Claritas Investment Certificate, un nouveau programme éducatif visant à donner une connaissance des fondamentaux de l’investissement. Ce programme de certification est destiné aux acteurs du secteur financier désireux d’approfondir leur connaissance du secteur de l’investissement sans être eux-mêmes gérants d’actifs ou en charge de définir une stratégie d’investissement. Il concerne par exemple des responsables du service client, de la conformité, des ressources humaines, de la technologie, des opérations, des ventes, du marketing, de la communication et des juristes.

L’inscription au Claritas Investment Certificate se fera sur le site de CFA Institute. Il s’agit d’un programme en auto-apprentissage, sanctionné par un examen en ligne administré dans un centre d’examen (il y en aura un en France). La durée minimum d’étude devrait être d’environ 100 heures.

commentaires (4)

Comments
  1. Avec un programme de qualité, des modalités adaptées, un système ouvert… et une vraie notoriété internationale, le CFA a de beaux jours devant lui.

    Les partenaires du CFA sont prestigieux et de qualité, il y a une vraie politique et une vraie vision.

    Quand on sait qu’une formation a une “date de péremption” de 7 ans en moyenne, le CFA peut être un relais même pour un financier expérimenté.

    Il n’a pas de vrai concurrent en France. Les cours périmés, enseignés par des membres d’une association d’un autre age, extrêmement chers… c’est fini la vache à lait.

    Avant d’investir dans votre avenir professionnel, regardez les partenaires… si vous voyez les universités de troisième rang, fuyez.

  2. Pour avoir passé le diplôme d’une association française qui se prétend être l’équivalent du CFA et le CFA, je peux vous dire qu’il vaut mieux passer le vrai CFA. Celui dispensé par l’association française, il suffit de payer pour l’obtenir (et cher) alors que le CFA est totalement transparent au niveau tarifaire et le contenu est complet & de qualité. Reconnu au niveau international, toutes les grandes places reconnaissent le CFA, ce n’est pas le cas de l’autre. La plateforme est en évolution permanente, elle utilise les dernières techniques…

    Ils disent que le diplôme est international : contenu en français, les intervenants sont français…. et à l’international, personne ne le connaît.

    Quant à la possibilité de le passer à distance, il faut payer (cher encore une fois) pour accéder à l’ancêtre des plateforme de formation : totalement dépassée.

  3. Totalement d’accord avec Durand. Un contenu complètement dépassé, dispensé par des membres d’une association d’un autre âge…. j’ai regretté d’avoir perdu un peu de mon temps et beaucoup de mon argent pour un diplôme inconnu des professionnels au niveau international.

    Le CFA que je suis depuis plus d’un an offre une vraie communauté, une reconnaissance internationale et des méthodes pédagogiques adaptées à notre époque.

  4. Je ne suis pas d’accord avec vous.

    Je trouve que le CFA est un organisme totalement non transparent avec un certain nombre de défauts:

    1/ On se sait pas s’il s’agit d’un examen ou d’un concours. Philippe Maupas parle d’examen or il n’y a aucune ‘seuil’ clair de passage. (Pourtant cela est très simple à mettre en place avec un QCM…)

    2/ La matière éthique est contestable car :
    – D’après le CFA Institute en cas de résultat à l’examen ‘limite’, cette matière peut permettre de le passer.. (aucune transparence la dessus..)
    – Toutes les mentions liées au fait qu’il ne faut surtout pas parler de l’exam, des questions posées.. servent bien évidemment à entretenir le business mais n’ont rien à voir avec l’éthique de la finance..

    3/ Les résultats ne sont pas transparents. Il n’y a aucune ‘note’ ou classement clair et définitif. Le détail des résultats n’est pas du tout précis !

    4/ Aucune statistique n’est rendue publique concernant les résultats pas pays, zones géo, niveaux… (on sait que le taux de réussite en France est inférieur à la moyenne mondiale mais de combien.. ?)

    5/ Le coût de l’examen est très cher. En rajoutant les bouquins + la caltos (soit le minimum) cela fait plus de 1400USD… Plus les frais annuels pour conserver l’adhésion…

    6/ Que fait le CFA Institute (donc l’association) avec ses centaines de millions de dollars US gagnés par an ?

    Je trouve donc très dommage que le CFA Institute ne soit pas une organisation totalement transparente.. Plus de transparence nuirait-elle au ‘business’ ? :)

Votre commentaire est en attente de modération. Il apparaîtra sur le site une fois validé

Réagissez

Pseudo

Adresse e-mail

Consultez notre règlement concernant notre communauté ici