☰ Menu eFinancialCareers

CFA versus CAIA

Les programmes CFA (Chartered Financial Analyst) et CAIA (Chartered Alternative Investment Analyst) ont de nombreux points en commun. Et sont considérés comme complémentaires. Aussi, 25% des détenteurs d’un CAIA sont également membres CFA.

Les certifications sont cependant bien distinctes. Entre les deux, souvent le cceur des financiers balance. On vous aide à y voir plus clair. Vos retours d’expérience sont évidemment les bienvenus !

Ce qu’ils ont en commun

· Les deux qualifications visent à établir et garantir des standards en matière de savoirs, pratiques et codes de conduite des professionnels de l’investissement (gestionnaires, analystes, consultants, risk managers, juristes, comptables…).

· Deux cessions d’examens sont organisées chaque année pour le CFA (juin et décembre) comme pour le CAIA (mars et septembre).

· Les deux diplômes comportent plusieurs niveaux d’examens. La seule différence tient au fait que le CFA en comporte trois alors que le CAIA seulement deux.

· Le coût des programmes CAIA et CFA est comparable, autour de 1.000 dollars par an, livres et passage de l’examen inclus (hors coût d’inscription et repassage de l’examen). Il revient théoriquement plus cher d’achever le programme CFA car celui-ci comprend un niveau supplémentaire et enregistre un niveau de réussite moins élevé (voir plus bas).

· Dans les deux cas, il s’agit d’une qualification en anglais, reconnue à l’international. En plus de constituer un passeport pour l’étranger, elles sont toutes deux considérées comme offrant de la visibilité aux candidats certifiés et de nombreuses opportunités de networking. Les membres échangent entre eux, notamment à l’occasion d’événements (conférences, forums, remises de prix…).

Ce qui les différencie

· Le CFA est un diplôme généraliste intéressant un panel très large de professionnels du monde de l’investissement, expérimentés ou non, et d’horizons variés. Il couvre aussi bien les actions, les produits de taux et les marchés obligataires, les dérivés et les investissements alternatifs, et incorpore également des aspects comptables et réglementaires, absents quant à eux du programme CAIA. Ce dernier constitue en revanche un label professionnel dédié spécifiquement aux spécialistes des investissements alternatifs, première et seule certification au monde dans ce secteur. La formation regroupe les domaines des hedge funds, des matières premières, de l’immobilier et du private equity.

· Le CAIA est vu comme plus actuel par certains observateurs. Le programme CAIA est plus dynamique, en ligne avec le développement rapide de l’industrie des fonds alternatifs, alors que le programme CFA est bien plus statique, car il donne la priorité aux fondamentaux, qui par définition ne changent pas beaucoup sur le long terme , résume Richard Wilson sur son hedgefundblogger.com.

· Le CAIA n’a pas (encore ?) la popularité du CFA. Depuis son lancement en 2003, le programme CAIA a enregistré une croissance exponentielle du nombre d’inscrits à chaque examen pour atteindre près de 22.000 personnes à la cession de septembre dernier. Au total, il y a plus de 4.200 membres certifiés dans le monde, soit vingt fois moins que le nombre de personnes détenteurs de la certification CFA (soit 86.700), qui a cependant 47 ans d’histoire. Malgré son vieil âge , le CFA n’en gagne pas moins en popularité chaque année : plus de 140.000 candidats à travers le monde se sont inscrits pour le CFA Exam du 5 juin 2010, ce qui constitue le plus grand nombre d’inscrits à un cycle d’examen depuis sa création.

· Le CFA demande davantage de travail que le CAIA. Chaque niveau du programme CFA requiert 350 heures minimum et beaucoup admettent y passer (beaucoup !) plus de temps. Les candidats aux examens CAIA passent en moyenne entre 150 et 200 heures pour le premier niveau et 200 heures minimum pour le second. En outre, le programme CFA ne peut être réalisé en moins de trois ans (un niveau par an) alors que le programme CAIA peut être complété en un an (un niveau par cession).

· En toute logique, le programme CAIA est plus facile à décrocher. Ce que les chiffres confirment : selon l’association CAIA, le taux de réussite au niveau 2 lors de la dernière cession de mars a atteint 56%. Un chiffre élevé en comparaison avec seulement 46% des candidats parvenant à décrocher le troisième niveau du CFA à la dernière cession de juin. Le taux le plus bas de l’histoire du CFA.

commentaires (2)

Comments
  1. Relevons juste que les 56% de réussite lors de la dernière session II du CAIA peuvent paraitre élevés mais le CFA habituellement ne fait pas seulement 46% de réussite au 3ème niveau.

    Complémentaires mais on peut réussir dans nos secteurs respectifs l’un sans l’autre.

    Le CAIA est clairement plus orienté gestion alternative tandis que le CFA sera plus généraliste.

    Les débouchés ne sont pas les mêmes. On a plus de débouchés avec un CFA car domaines plus larges qu’avec le CAIA.

    Tout dépend dans ce que l’on vise après tout.

Votre commentaire est en attente de modération. Il apparaîtra sur le site une fois validé

Réagissez

Pseudo

Adresse e-mail

Consultez notre règlement concernant notre communauté ici