☰ Menu eFinancialCareers

Le private equity boude définitivement les femmes

plafond de verre

L’an passé, à l’occasion de la diffusion de la première édition de l’étude sur « La place des femmes dans le Capital Investissement »* mené conjointement par Deloite – Club AFIC avec Elles, nous avions titré Le capital investissement, un monde de machos ? Cette année, nous sommes tentés d’utiliser le même titre, cette fois sans le point d’interrogation.

La seconde édition de cette étude, publiée ce soir, montre en effet que les femmes ont encore un bout de chemin à parcourir avant de se faire une vraie place dans ce secteur. D’autant qu’elles avancent à reculons ! Au sein des équipes d’investissement, la part des femmes a montré une légère détérioration (-1pt par rapport à l’année précédente), à 16,5% de femmes hors stagiaires, notamment aux grades d’Analyste et de Partner, alors qu’elles occupent 70% des fonctions support.

Les recrutements externes n’ont pas permis de corriger ce déséquilibre Hommes/Femmes. La dynamique de recrutement des femmes s’est pourtant améliorée pour les femmes (19% des effectifs sont des recrutements effectués pendant l’année 2011 contre 15% en 2010), en particulier pour les grades de Partner (+4pts à 11%) et d’Analyste (+11pts à 38%).

C’est surtout l’absence de promotions internes qui pèse en défaveur des femmes au sein des équipes d’investissement. Rapportées aux effectifs du grade inférieur de l’année dernière, les promotions en 2011 au sein de la population féminine sont sensiblement inférieures à celles des hommes à tous les niveaux hiérarchiques. Ainsi, quand 13% des femmes Analystes en 2010 ont été promues Directrices de Participation en 2011, le chiffre est de 19% pour les hommes. De même seulement 3% des femmes Directrices de Participation de 2010 sont passées Partners en 2011, contre 9% pour les hommes.

La seule exception réside pour les membres du Directoire/Comité Exécutif, puisque le processus de promotion demeure plus favorable aux femmes (18% pour les femmes contre 3% pour les hommes).

« La mixité dans le capital-investissement est globalement en ligne avec ce qui s’observe dans les métiers de la finance en France et à l’étranger, le nombre de femmes reste faible et notre ambition est d’engager un mouvement vers plus de mixité à tous les niveaux hiérarchiques et pour ce faire, sensibiliser en ce sens l’ensemble des parties prenantes : hommes et femmes, candidates, recruteurs et dirigeants de nos sociétés de gestion », a indiqué Sophie Paturle, Administrateur de l’AFIC, Présidente du Club AFIC avec Elles et Associée de Demeter Partners.

Il reste en la matière beaucoup à faire. Si 46% des répondants indiquent avoir un objectif de mixité, plus de 85% n’engagent aucune action spécifique en faveur des femmes. La mixité au sein des équipes de gestion est paradoxalement très largement perçue comme un facteur impactant positivement l’excellence opérationnelle ainsi qu’une meilleure gestion des crises et des conflits.

*Méthodologie : Le questionnaire support de cette analyse a été administré auprès d’un panel de 260 membres Actifs de l’AFIC. 92 réponses ont été reçues, dont 59 répondants avaient déjà répondu l’année dernière.

commentaires (0)

Comments

Votre commentaire est en attente de modération. Il apparaîtra sur le site une fois validé

Réagissez

Pseudo

Adresse e-mail

Consultez notre règlement concernant notre communauté ici