☰ Menu eFinancialCareers

Leçons de mobilité en Capital Markets

Il y a des transferts qui étonnent. Prenons le cas de Jacques Beyssade, responsable de la division Capital Markets en Asie, qui vient de quitter son poste pour rejoindre le comité de direction de Natixis, après que trois autres de ses collègues aient été débauchés par la même Natixis pour prendre des responsabilités en Asie (Reuters). A priori anecdotique, l’histoire produit en fait quelques enseignements utiles :

1. Une banque en grande difficulté, telle que Natixis, qui annonce un plan de restructuration (Agefi) est toujours en mesure d’embaucher. Aussi faut-il savoir lire entre les lignes et comprendre ce que signifie une baisse sensible du profil de risque . Tous les métiers de la BFI n’ont pas souffert , a expliqué Dominique Ferrero, directeur général de Natixis lors de la présentation des derniers résultats, indiquant que le groupe se concentrera sur les clients présentant le plus grand potentiel.

2. L’Asie fait figure d’exception. Pour Stéphane Mansaud, associé du cabinet en charge de la practice Capital Markets, partir pour une autre banque (surtout si elle accumule les difficultés !) dans le contexte actuel constitue bien un risque, en tout cas en Europe : Ici, le marché est atone sur tous les métiers du trading, de l’arbitrage ou encore de la structuration tout comme sur le marché primaire (titrisation, origination, syndication…). Cependant, précise-t-il : L’Asie, en particulier Hong Kong et Singapour, présente toujours des opportunités, qu’il ne faut pas hésiter à saisir car elles s’inscrivent dans la durée en raison de marchés porteurs.

3. Bouger seulement quand on a fait ses preuves. Les professionnels de Calyon ont été débauchés par Natixis pour leur savoir-faire et leur connaissance du marché asiatique. Seuls ceux qui ont atteint un certain niveau d’expertise et un track record en matière de business ont raison de tenter aujourd’hui une mobilité, conseille Éric Singer, fondateur du cabinet Singer et Hamilton, et spécialiste du segment Capital Markets. Mais encore faut-il s’assurer d’obtenir les ressources et les limites de risques adéquates pour développer le métier. Enfin, si vous n’êtes pas sur le bon sous-jacent (dérivés actions, change, matières premières, par exemple) et ne couvrez pas une zone géographique pertinente, la mobilité ne pourra se faire bien souvent qu’en interne et à la condition d’être reconnu comme une ressource rare.

Le marché n’est pas sclérosé, les banques cherchent seulement à développer du muscle et enlever le cholestérol ! , résume Éric Singer. À méditer !

commentaires (0)

Comments

Votre commentaire est en attente de modération. Il apparaîtra sur le site une fois validé

Réagissez

Pseudo

Adresse e-mail

Consultez notre règlement concernant notre communauté ici