☰ Menu eFinancialCareers

Le point sur les news à la mi-journée : Le plus rock de tous les patrons ou comment Carmignac a boosté son image employeur en l’espace d’une soirée

rolling stones

Après deux jours de gros temps – pas seulement sur Wall Street (avec les conséquences que l’on connaît sur les marchés européens) – mais surtout sur l’emploi bancaire suite à l’annonce fracassante des 10.000 suppressions de postes chez UBS, une pause détente s’impose. Histoire de se mettre en condition pour le pont du 1er novembre.

Qui a dit que le métier de banquier n’était pas cool ? Regardez Edouard Carmignac, 65 ans, fringant, qui invite lundi soir ses employés et ses clients à un concert privé des Rolling Stones. En toute simplicité. D’abord, respect pour ce « patron rock » – auquel Le Figaro rend hommage dans son portrait publié ce matin – qui parvient à convaincre le groupe mythique aux 50 ans de carrière de jouer devant un parterre de banquiers et de grandes fortunes. Ce même rock band qui chante « the bankers are wankers » dans « Rain fall down ». Bref, c’était pas gagné… Avec 4 à 5 millions d’euros sur la table – « bien moins de 10 millions » c’est promis – on gagne certainement en force de persuasion.

Le lendemain du concert, à l’issue duquel tout le monde est reparti avec un petit DVD offert par les papys du rock, les équipes Carmignac ont même reçu la permission d’arriver à 10h le lendemain (Gestion de Fortune). Si c’est pas sympa ça de la part du boss…

À tous les jaloux qui nous lisent et que la question “Mais QUOI ? Ils recrutent chez Carmignac ?” brûle les lèvres  (et posée sans détour par une gazouilleuse sur Twitter), voici la réponse, sans détour, de Léonore Fichet, rédactrice Marketing Online chez Carmignac Gestion sur ce même site de miccro-blogging : “Oui, nous recrutons !” avec, en prime, le lien de la page Carrières de l’asset manager.

Certes, peu d’offres y sont publiées. Mais vous vous attendiez à quoi au juste ? You Can’t Always Get What You Want, c’est les Rolling Stones qui le disent. D’ailleurs même les employés de Carmignac can’t Get No Satisfaction ! Certains demanderaient en effet de continuer de travailler pour leur employeur mais à l’étranger, histoire de contourner le durcissement annoncé de la fiscalité en France (Investment Europe)…

Car pendant ce temps..

Déjà 126.000 suppressions de postes annoncées dans le monde depuis fin 2011 (Les Echos)

Plan social chez Rothschild en France : « du dirigeant à la secrétaire », tout le monde est sollicité (L’Agefi)

Barclays et Credit Suisse, grands gagnants après le retrait d’UBS des activités de banque d’investissement (Here is the City)

Menace sur la BFI de Barclays, qui passe dans le rouge au 3e trimestre et cumule les affaires  (L’agefi)

Bruxelles et Paris envisagent une nouvelle recapitalisation pour Dexia de 5 à 7 milliards d’euros (Le Monde)

« Les aides au secteur bancaire représentent annuellement 10 % du PIB européen » (Revue Banque)

Le problème de la compétitivité de la France n’est pas vis-à-vis de la Chine mais de l’Europe, selon Pascal Lamy, directeur de l’OMS (CNBC)

Les banques chinoises préfèrent Luxembourg à Londres (Paperjam)

En Suisse, UBS met à disposition un processus d’accompagnement pour les employés licenciés pendant quatre à huit mois pour les aider à retrouver un emploi. Ces derniers seront indemnisés à la hauteur de 1 à 12 mois de salaires (Le Temps)

« UBS a fait un premier pas dans la bonne direction, que Credit Suisse devrait suivre », selon un analyste (Le Temps)

Les traders de matières premières quittent les banques pour des sociétés commerciales et industrielles (Les Echos)

Kweku Adoboli / UBS : “On nous disait de repousser les limites”, affirme l’ex-trader (News Banques)

« Le verdict du procès Kerviel nuit à la sécurité en salles de marché » (Les Echos)

commentaires (0)

Comments

Votre commentaire est en attente de modération. Il apparaîtra sur le site une fois validé

Réagissez

Pseudo

Adresse e-mail

Consultez notre règlement concernant notre communauté ici