☰ Menu eFinancialCareers

Pourquoi les spécialistes Infrastructures font beaucoup d’envieux

Le secteur de la dette et du financement infrastructure, c’est un peu l’exception qui confirme la règle. Comprenez : un secteur qui recrute dans un marché de l’emploi sinistré.

Parmi les signes extérieurs d’un marché en pleine forme, figurent l’organisation d’évènements et autres rencontres comme le premier colloque European Infrastructure Day organisé ce jour à Paris par Natixis, l’occasion pour la banque de présenter avec l’EDHEC Risk Institute leur nouvelle chaire de recherche sur la dette infrastructure, ou encore cet autre séminaire organisé dans un mois par L’Agefi sur les investissements en infrastructures.

Un marché de l’emploi « très résilient »

Une fois n’est pas coutume dans le secteur de la banque d’investissement et de financement, où beaucoup de professionnels sont contraints de se tourner les pouces faute de business, les spécialistes « Infra » sont, eux, très occupés par un marché offrant de nouvelles opportunités.

Selon les chiffres de l’Union européenne, les besoins de financement atteignent 1.500 milliards d’euros d’ici à 2030 pour les infrastructures. Appelés en partie à suppléer les banques, moins prêteuses, dans le financement des projets, les fonds de dette en particulier sont en première ligne.

« Le marché de l’emploi de ce secteur se montre très résilient. Les recrutements et les mouvements sont courants et aisés surtout pour les professionnels qui peuvent avoir un impact relationnel et commercial à la fois pour originer le deal et négocier pendant la transaction (VP senior à directeur) », constate Jérôme Hacquard, associé du cabinet de chasse de têtes Singer & Hamilton et associés.

Pour lui, la meilleure illustration réside dans l’exemple des ex-Dexia : « les collaborateurs de cette importante équipe ont quasiment tous réussi à se replacer sur le marché ! »

Ces derniers ont pu retrouver des postes au sein de banques françaises (chez Natixis principalement) ou étrangères (espagnoles ou japonaises notamment) et dans des fonds.

Des initiatives et des recrutements à la clé

De fait, les initiatives de lancement ou de développement de fonds sur le segment Infrastructures se multiplient. Rappelons qu’au début du mois, la Banque Postale AM avait officialisé son activité de gestion de dette infrastructure et immobilier pour laquelle elle avait recruté avant l’été une équipe de 4 experts.

On citera également parmi les fonds actifs en matière de recrutement, le fonds européen ESU (Europe Solar Utility) ou le Dutch infrastructure fund, tous deux basés à Amsterdam avec une présence croissante à Paris, ou encore le fonds infrastructure d’Axa Private Equity.

Enfin, preuve qu’il y a une véritable profondeur de marché (et de la place pour de nouveaux acteurs), le fonds d’investissement en infrastructures Meridiam, après avoir bouclé son fonds infrastructure européen à 935 millions d’euros, vient de réussir un nouveau closing à 805 millions d’euros pour son premier véhicule entièrement dédié à l’Amérique du Nord.

commentaires (0)

Comments

Votre commentaire est en attente de modération. Il apparaîtra sur le site une fois validé

Réagissez

Pseudo

Adresse e-mail

Consultez notre règlement concernant notre communauté ici