☰ Menu eFinancialCareers

Comment préparer une nouvelle génération d’assureurs ?

De la formation à la professionnalisation, il n’y a qu’un pas. Encore faut-il prendre en compte les évolutions des métiers de l’assurance…

Pour cause de départs en retraite, le secteur va beaucoup recruter sur les quinze prochaines années , a expliqué George Asseraf, président de la Commission nationale de la certification professionnelle, à l’occasion des Entretiens de l’assurance 2007, qui se tenaient ces 10 et 11 décembre.

Depuis cinq ans, la part d’attractivité (les nouveaux entrants) du secteur se situe autour de 11 000 personnes, dont 3 000 cadres, souligne le dernier rapport de l’Observatoire sur les métiers et les formations des salariés de l’Assurance, publié début décembre. Le flux des recrutements est important, supérieur depuis 2000 à 7 % des effectifs totaux.

Des métiers plus relationnels

Attirer les jeunes diplômés, les former et les garder constituent des défis majeurs pour les compagnies d’assurance. La banque est un redoutable concurrent. Malgré une forte progression des contrats en alternance, professionnalisation et apprentissage (11,8 %), un handicap continue de peser : l’image des métiers de l’assurance est encore floue et pas très positive , reconnaît Patrick Warin, directeur général du Groupe Ecole nationale d’assurances (ENASS).

L’assurance a pourtant connu de profonds bouleversements en quelques années seulement. La maîtrise de la relation clients et le management sont devenus prépondérants dans ces métiers traditionnellement juridiques et techniques , résume Patrick Warin. Le secteur est passé d’une logique d’offre (de produits) à celle d’une demande (des clients). Il n’est donc pas étonnant de constater que les centres de relations clients (CRC) figurent en tête des départements qui recrutent.

Tous nos appels clients passent désormais par ces plates-formes, explique Blaise Barbance, responsable développement ressources humaines chez Groupama Rhône-Alpes Auvergne. Nous sommes passés de 30 à 130 collaborateurs en un an et avons beaucoup investi sur le management . Le chemin reste encore long pour convaincre les nouveaux entrants. Pour recruter une dizaine de collaborateurs, nous avons dû contacter pas moins de 120 personnes , admet Myriam Saunier, directeur du développement ressources humaines chez Aviva France.

commentaires (1)

Comments
  1. Il faudrait déjà que le secteur commence par être un peu plus reconnaissant envers ceux qui lui apportent leurs compétences depuis quelques années. Le recrutement des seuls commerciaux et actuaires est néfaste à l’image d’un secteur où la compétence s’acquiert davantage par l’expérience. Quant aux centres d’appels et à la relation clients, à moins d’habiter au Maroc, et d’accepter des salaires bien inférieurs au SMIC français, l’avenir ne semble pas si prometteur… malheureusement.

Votre commentaire est en attente de modération. Il apparaîtra sur le site une fois validé

Réagissez

Pseudo

Adresse e-mail

Consultez notre règlement concernant notre communauté ici