☰ Menu eFinancialCareers

Julius Baer veut sabrer 1000 emplois dans 12 bureaux (dont Genève, Paris et Londres)

julius baer

En conséquence de son rachat des activités internationales de gestion de fortune (hors Etats-Unis et Japon) de Merrill Lynch, filiale de Bank of America, la banque privée zurichoise Julius Baer a annoncé la suppression d’environ un millier d’emplois.

Les détails n’étaient pas encore dévoilés, mais les coupes étaient attendues. Celles-ci, qui interviendront en 2013, concernent entre 15 et 18% des quelque 5.700 emplois que compte le groupe nouvellement constitué, soit entre 850 et 1.030 emplois, a annoncé l’établissement, qui ne précise pas l’impact des mesures sur sa cinquantaine de sites basés dans près de trente pays.

La Suisse serait relativement épargnée

Si à l’occasion de la publication de ses derniers résultats trimestriels Julius Baer avait annoncé avoir réduit ses effectifs en Suisse de 1,1% pendant qu’elle augmentait sur la même période ceux basés à l’étranger de 4%, cette fois-ci les professionnels basés en Suisse semblent a priori peu touchés. En effet, les nouveaux ajustements devraient avant tout affecter les représentations à l’étranger, a indiqué un porte-parole de la banque.

Tout au plus les effectifs basés en Suisse devront-ils être déplacés de Genève vers Zurich ou regroupés, comme l’avait signalé fin août Boris Collardi, directeur général de Julius Baer dans une interview accordée à l’hebdomadaire alémanique SonntagsZeitung. Ce qui est plutôt rassurant à l’heure où les licenciements se multiplient un peu partout dans la Confédération helvétique, et notamment dans la gestion de fortune.

En Suisse, la banque américaine dispose de deux sites : son siège et ses affaires principales à Genève englobant 220 collaborateurs ainsi qu’un bureau de représentation à Zurich avec 40 employés.

Eviter les doublons, y compris à Paris

Quid des conseillers clientèle, qui représentaient plus de 20% des effectifs de Julius Baer avant le rachat des activités de gestion de fortune de Merrill Lynch (soit 801 personnes sur 3649) ?

Officiellement, les licenciements « toucheront surtout les activités de middle et back-office ainsi que les régions où Merrill Lynch était particulièrement présent comme l’Asie, l’Amérique latine et le Moyen-Orient, résume Jan Vonder Mühll, le porte-parole de la banque privée helvétique, cité par Les Echos. L’Europe représente seulement un tiers de nos actifs sous gestion. Quant à la France, nous refusons de dévoiler le nombre de personnes que Julius Baer et les activités que nous avons reprises emploient sur ce marché mais ce sont des petits bureaux ».

Paris figure bien cependant parmi la liste des 12 bureaux concernés par les doublons et cités par Boris Collardi, directeur général chez Julius Baer (swissinfo.ch).

Les suppressions d’emplois devraient se concrétiser au premier trimestre 2013.

Les coupes claires annoncées sont un peu plus élevées que prévu. Boris Collardi tablait fin août sur la suppression de « plusieurs centaines » d’emplois. C’était sans compter les nombreux doublons au sein de la nouvelle entité : les activités acquises de Merrill Lynch comptent près de 2000 salariés, alors que Julius Baer en possède plus de 3600.

commentaires (0)

Comments

Votre commentaire est en attente de modération. Il apparaîtra sur le site une fois validé

Réagissez

Pseudo

Adresse e-mail

Consultez notre règlement concernant notre communauté ici