☰ Menu eFinancialCareers

Le contre-argument qui tue lorsque vous êtes le méchant banquier lors des dîners

Et vous, qu’est-ce que vous faites dans la vie ? constitue la question qui hante le plus les financiers dans les dîners. Par expérience, ils savent que leur réponse va au mieux jeter un froid poli, au pire provoquer un débat animé qui se conclura par une mise à l’amende des banquiers, forcément irresponsables et avides. À tel point que certains financiers ne se fréquentent plus qu’entre eux. D’autres reconnaissent que cette vindicte populaire figure parmi les facteurs qui les ont conduits à quitter la finance.

Mais voilà, une étude d’Eurostat devrait vous permettre de continuer à vous socialiser avec des non-banquiers et, qui sait, vous permettre même de retrouver un peu de fierté à exercer votre métier, tout du moins en France.

C’est officiel : les aides accordées aux banques françaises n’ont non seulement pas coûté un sou au contribuable (ça on le savait déjà), elles ont rapporté 2,39 milliards d’euros au budget de l’État, soit le gain financier le plus élevé de l’Union européenne, et de loin. De quoi fermer le clapet à vos détracteurs !

Et ceci grâce à un remboursement rapide des banques et une hausse des revenus générés par le paiement des coûts de garantie et la charge d’intérêts des instruments financiers acquis par les États (prêts et titres de dette).


Source : Eurostat, infographie publiée dans Les Échos

Ceci dit, pas non plus de quoi fanfaronner. Car le tableau est nettement plus noir ailleurs. Si vous avez des velléités de mobilité, mieux vaut éviter l’Irlande, l’Allemagne, et la Grande-Bretagne, où vous serez à court d’arguments face au banker bashing. Pour ces trois pays, les aides publiques aux banques accusent un coût de 67milliards d’euros, soit 97 % du montant net des dépenses réalisées à l’échelle européenne pour sauver les banques.

Si vous exercez déjà dans l’un de ces pays, un conseil : évitez la provoc comme ce trader qui a récemment perdu son job chez Deutsche Bank à Londres pour avoir nargué des personnels médicaux qui manifestaient contre les coupes budgétaires.

En attendant, la Fédération bancaire française (FBF) n’a pas manqué l’occasion de se faire mousser en publiant un communiqué hier à ce sujet, alors qu’elle travaille depuis décembre dernier à améliorer l’image des banques auprès du public avec une campagne dans la presse sur le thème Quand on vous disait qu’on vous cachait des choses au sujet des banques….

commentaires (6)

Comments
  1. Je pense que le mieux serait de faire profil bas, voire très bas.

    Que les contribuables ne perdent pas d’argent suite aux prêts accordés aux banques est une chose, que ces mêmes contribuables ne perdent pas leur emploi suite aux manoeuvres des banques en est une autre.

  2. Bravo pour ce commentaire Christophe qui ramène à la raison ceux qui se satisfont du remboursement du crédit des banques aux Etats: Il manqueraient plus qu’elles fassent défaut !!

    Pour les banques c’est le retour à la normale: profits, bonus, etc

    Pour l’économie réelle on en est loin…

  3. C’est aussi que donner de l’argent gratuit aux banques pour qu’elles puissent le prêter 3 ou 5% plus cher pour se refaire à bon compte, sans donner un kopeck de plus à l’investissement productif, c’est une manip’ qui à la fin est payée au prix fort par l’électeur, qui n’en a pas conscience.

    Les banquiers sont coupables, cent fois coupables, à fond responsables de l’actuelle situation et doivent à mon avis juste essayer de parler d’autre chose quand on met leur métier en cause.

  4. Quelle définition donne-t-on au “banquier” ? S’agit tous ceux travaillant dans une banque ?

    Certaines fonctions dans la banque ne disposent pas des rémunérations aberrantes donc on parle dans la presse et dont les missions ne consistent pas simplement à générer du PnL.

    Par conséquent, je n’hésite aucunement à parler de mon métier qui consiste à définir un prix pour des actifs traités sur le marché OTC.

    C’est un métier passionnant qui nécessite de la rigueur, de la précision du courage (papiers académiques à lire constamment) et bien entendu une certaine intelligence.

    Bon courage à tous …

  5. En tout cas, lors des dîners en ville les participant sont toujours très très interressés pour obtenir du conseil gratuit quant à leur choix d’investissement…

  6. Tout ceci me rappelle la “magnifique” campagne de pub de la FBF. Lamentable ! Cf. ce lien : http://bit.ly/m1Pqpl

    Au final, tout ceci reste du marketing.

Votre commentaire est en attente de modération. Il apparaîtra sur le site une fois validé

Réagissez

Pseudo

Adresse e-mail

Consultez notre règlement concernant notre communauté ici