☰ Menu eFinancialCareers

Résultats trimestriels : les banques françaises résistent bien

L’impact de la crise des subprimes a été limité dans les établissements de l’Hexagone. Parmi les activités les plus touchées, la banque d’investissement et le leveraged finance.

Société Générale et BNP Paribas ont respectivement enregistré dans leurs comptes trimestriels des pertes de 400 et 300 millions d’euros liées à la crise financière, ce qui les place très loin derrière leurs homologues américaines et européennes dont les pertes se chiffrent déjà en milliards de dollars.

Sans conteste, BNP Paribas est la banque qui a le mieux surfé sur la crise, ce qui ne l’empêche pas de rester prudente : des provisions ont été passées sur son portefeuille de LBO en attente de syndication. A la Société Générale, qui enregistre pour la première fois depuis cinq ans une baisse de son résultat net trimestriel (-11,5%), on se félicite de la bonne résistance des activités banque de détail, services financiers et banque privée. Par contre, les performances de la gestion d’actifs et la BFI sont moins satisfaisantes. La bonne tenue des dérivés actions a cependant permis de limiter la casse.

Enfin, Lazard, absente des activités liées au marché subprime, enregistre de bons résultats. Reste une inconnue, Natixis, qui annoncera ses résultats en fin de mois. La banque d’investissement pourrait essuyer de lourdes pertes dans ses activités américaines.

Un impact limité sur l’emploi

Les recrutements ne sont pas conditionnés par les résultats d’un seul trimestre, mais de bons résultats sont encourageants pour notre politique de recrutement , fait remarquer Arielle Benavides, directeur des ressources humaines Europe pour le groupe Lazard.

A contrario, les professionnels des activités les plus exposées sont-ils menacés ? Il est encore tôt pour répondre mais cette question se posera en cas de réaction en chaîne, explique Michel Marchet, responsable CGT Société Générale et délégué syndical national du secteur bancaire. A moyen terme, s’il n’y aura pas d’incidence directe dans la banque de détail, des réductions d’effectifs en BFI ne sont pas à exclure dans les équipes basées à Londres .

commentaires (0)

Comments

Votre commentaire est en attente de modération. Il apparaîtra sur le site une fois validé

Réagissez

Pseudo

Adresse e-mail

Consultez notre règlement concernant notre communauté ici