☰ Menu eFinancialCareers

M&A : plus de peur que de mal ?

Août n’aurait alors été qu’un cauchemar de courte durée ? C’est du moins la conclusion d’une étude récente du Financial News.

Le marché des fusions-acquisitions a connu un brutal coup de frein au mois d’août, en particulier en Europe, où le montant total des opérations s’élevait seulement à 55,3 milliards de rachats, contre 104 milliards un an plus tôt. Mais de là à céder au catastrophisme, il y a manifestement des limites.

Les acteurs du secteur ne semblent en effet avoir cure de la crise du subprime, qui a bousculé les marchés financiers cet été et continue de susciter beaucoup d’inquiétude. Un sondage réalisé par IntraLinks pour l’hebdomadaire britannique Financial News, en plein cceur de la tourmente du subprime, révèle que 84% des professionnels interrogés (348 banques, sociétés, cabinet d’avocats, fonds de private equity en Europe) cherchaient à embaucher du personnel, contre 69% en avril et 75% un an plus tôt.

Les répondants français ne démentent pas cette tendance puisque 77% d’entre eux cherchent à embaucher sur le court terme, contre 65% en avril et 62% en août 2006. Au total, 81% d’entre eux se déclarent optimiste pour les 12 prochains mois, un peu moins que leurs voisins (86%, 90% et 96% respectivement des Britanniques, des Italiens et des Allemands).

Avis nuancés

Il y a une forte demande de recrutement en M&A ces derniers mois. La demande est tirée par les banques, mais également par les boutiques qui ont besoin de se faire connaître auprès des candidats, constate Guy de Brabois, Manager de la division Investment Banking chez Robert Walters Paris. Les recrutements se font au niveau associate et VP (vice-president) principalement. On observe des promotions rapides liées à la pénurie de talents et à la volonté de retenir les salariés .

Enfin, l’étude du Financial News montre que la Grande-Bretagne et l’Allemagne sont toujours considérées comme les pays les plus actifs dans le secteur des fusions-acquisitions, devant la France. Les cabinets de conseil en recrutement basés Outre-Manche se veulent toutefois prudents. La plupart des banques ont fermé le robinet annuel du recrutement pour leur département M&A, nuance ainsi Neil Mc Kay, consultant chez le chasseur de tête anglo-saxon Sheffield Haworth. On peut cependant s’attendre à des recrutements stratégiques liés à des remplacements. Certains acteurs profiteront d’un éventuel ralentissement surtout pour promouvoir leurs éléments en interne .

commentaires (0)

Comments

Votre commentaire est en attente de modération. Il apparaîtra sur le site une fois validé

Réagissez

Pseudo

Adresse e-mail

Consultez notre règlement concernant notre communauté ici