☰ Menu eFinancialCareers

Le marché de l’emploi en finance sourit à nouveau aux RH

Certains professionnels de la finance se plaignent d’une reprise du marché de l’emploi trop timide. Il y a peut-être un signe positif auquel ils seront sensibles:le retour des embauches au sein des départements RH. Car à défaut d’être le reflet d’une embellie des recrutements du marché des cadres, ce phénomène est à tout le moins annonciateur de bonnes nouvelles en la matière.

Un marché très bien orienté

Et selon le baromètre semestriel de l’APEC – ANDRH, le marché de l’emploi des cadres RH est précisément très bien orienté : 8 % des entreprises interrogées, tous secteurs confondus, prévoient d’embaucher au moins un cadre RH au cours du deuxième trimestre 2011.

L’étude indique également que les offres d’emploi dans les RH ont bondi de 65% entre le 1er trimestre 2010 et le 1er trimestre 2011. Sur les 4250 offres enregistrées ce dernier trimestre, 6% concernent les banques et les assurances. Une proportion équivalente aux embauches de cadres, toutes fonctions confondues, dans ce secteur.

Autres secteurs demandeurs de professionnels RH:le conseil et la gestion des entreprises (17%), les activités informatiques (10%) et les intermédiaires du recrutement (6%).

Les cabinets de recrutements actifs aussi dans leur recrutement

Concernant ces derniers, nous avions souligné déjà en février la
politique expansionniste de certains cabinets en France à l’instar de Robert Walters ou de Hays. Ce dernier cabinet qui compte aujourd’hui environ 400 consultants en France, communiquait d’ailleurs lundi sur le lancement d’une vaste campagne de recrutement de 150 postes pour tous ses bureaux français.

Parallèlement, côté salaires, une tendance se dessine de plus en plus: les rémunérations des fonctions RH se construisent dorénavant avec une partie fixe et une partie variable, maintenant orientée vers les performances individuelles et non plus uniquement calculée sur les résultats annuels de l’entreprise, peut-on lire dans l’étude de rémunération 2011 publiée par le cabinet Hays (voir p78-81).

Même constat chez Robert Walters, pour qui le bonus discrétionnaire se banalise dans ces professions. Il représente typiquement entre 5 et 10% de la rémunération, selon la dernière étude de rémunération du cabinet, qui anticipe par ailleurs des salaires en hausse pour 2011 (voir p93).

commentaires (0)

Comments

Votre commentaire est en attente de modération. Il apparaîtra sur le site une fois validé

Réagissez

Pseudo

Adresse e-mail

Consultez notre règlement concernant notre communauté ici