☰ Menu eFinancialCareers

Le début du règne des cow-boys et des pirates ?

Affaires Kerviel et HBOS, irrégularités intentionnelles d’un petit nombre de traders chez Credit Suisse, la finance serait-elle devenue malhonnête ?

Le Credit Suisse a prévenu aujourd’hui qu’il était peu probable qu’il soit rentable au premier trimestre notamment en raison d’erreurs de pricing dans ses activités de marché résultant en partie, d’irrégularités intentionnelles d’un petit nombre de traders .

L’enquête en interne a confirmé que les contrôles n’avaient pas été efficaces. Les collaborateurs concernés ont vu leur contrat de travail résilié ou ont été suspendus et vont faire l’objet d’une procédure disciplinaire , a précisé la banque dans un communiqué.

Après l’épisode du trader fou chez Calyon l’été dernier et la récente mais non moins polémique affaire SG, le respect des procédures et autres règles de bonne conduite apparaît de plus en plus comme un leurre !

Trash’n’cash gang

Le feuilleton HBOS qui s’est déroulé hier ne dit pas autre chose. La cinquième banque britannique par sa capitalisation banque a perdu jusqu’à 17 % hier sur les marchés, sur la base de fausses rumeurs, pourtant démenties, de problèmes financiers massifs dans la foulée de la crise du crédit. La Financial Services Authority (FSA) vient de lancer une enquête sur d’éventuelles manipulations de cours, selon les informations du Times.

Un certain nombre d’avocats de la City ont de plus en plus la conviction que les banques sont visées, une par une, par des “short-sellers” peu éthiques, et que ces abus sont organisés par une bande de professionnels peu scrupuleux ( trash’n’cash gang ), a dénoncé l’éditorialiste Patrick Hosking dans le Times.

La finance n’est pas “morale” par nature !, rétorque Erick Tripoli, responsable du Trading compte propre chez Van der Moolen. Les rumeurs sont le propre du métier, il y en a 50 par jour, et tout le monde, sans exception, y va de son grain de sel.

commentaires (6)

Comments
  1. A la guerre comme à la guerre. Personne ne viendra vous pleurer si vos objectifs ne sont pas atteints par souci d’éthique.

  2. Je suis sidéré : chaque fois qu’on a ce genre d’actions lamentables, les lecteurs de eFinancialCareers les défendent?! Heureusement que je ne travaille pas en France. Le cynisme à deux francs et la fierté d’être malhonnête à condition de gagner plus que le voisin semblent être un système bien en place !

    Finalement Carla Bruni avait bien raison à propos des Français…

  3. Tout a fait d’accord avec Ouf

  4. Cette article est plus que ridicule.
    Le site se fait le porte-parole des banques. vraiment misérable.
    J’aimerai que l’auteur réponde à la question suivante: les banques sont-elles honnêtes sur le marché?
    Qui est honnête sur le marché?

    Prenez les exemples suivants :
    Rhodia (je n’ai jamais acheté d’actions, donc je suis neutre): Toutes les analyses remontant à deux mois conseillaient d’acheter à fond, toutes les banques ont sorti la même analyse, résultat: tout le monde achète, et l’action monte jusqu’à dépasser les 20 euros…
    Les résultats publiés sont bons, premier dividende, et là les banques retournent leur veste, et se mettent à shorter…qui se fait avoir?? le petit porteur…

    Moi je dis un trader, ou un fonds qui short les banques a raison. Des traider ou des fonds qui se mettent d’accord pour shorter à grande échelle ont raison… pkoi s’en priver?
    Les banques font la même choses avec les sociétés industrielles. Elles shortent même quand les resultats sont bons.

    La bourse, c’est la jungle, et les banques le savent bien.

    En ce moment pour etre riche, il faut shorter, et moi je le fait et ça rapporte un max…

    En bourse c’est sans pitié

  5. Cow-boys, pirates…décidemment, travailler en Finance, ramènerait il à la cour de récréation ses ouvriers traders?
    Dans l’économie réelle, celle qui produit des produits utilisables et utiles, ce genre de comportement aboutit en peu de temps à mettre une PMI en faillite.
    Ce n’est pas encore le cas dans l’Industrie bancaire.
    Néamoins, n’oubliez pas chers confrères les précédents des Banques de Law (XVIII° siècle), des assignats révolutionnaires basés sur les biens du clergé (1793-1799), de l’Affaire de Panama (1890), de l’Affaire Oustric (années 20), des caisses d’Epargnes US (nnées 80),… TOUS les excès ont été sanctionnés par des faillites retentissantes.
    ALors patience, de temps en temps la finance se moralise…

  6. Je me demande si sais une caractéristique unique des banques, mais être malhonnête ne porte à rien surtout au long terme. Je me demande encore comment il y a-til encore des gens qui perdent leur temps avec ça.

Votre commentaire est en attente de modération. Il apparaîtra sur le site une fois validé

Réagissez

Pseudo

Adresse e-mail

Consultez notre règlement concernant notre communauté ici