☰ Menu eFinancialCareers

Stratégistes, analystes et économistes courtisés par le marché

La Société Générale vient d’annoncer dans un communiqué le renforcement de ses équipes de Recherche Globale qui regroupent déjà 200 professionnels dans le monde dont des économistes, des stratégistes taux, change, matières premières, des analystes et des stratégistes crédit et actions, et des spécialistes quantitatifs et dérivés actions.

La banque en rouge et noir est ainsi parvenue à débaucher Klaus Baader (ex-Merrill Lynch) qui rejoint l’équipe londonienne de recherche économique, mais également Dylan Grice (ex-Dresdner Kleinwort) qui rejoint son équipe de Stratégie d’investissement mondiale – Alternative View à Londres, ou encore David Mendez-Vives (ex-Mitsubishi UFJ Securities) comme stratégiste inflation à Paris.

Les banques françaises se montrent d’autant plus friandes de ce genre de profils que ce n’est pas le travail qui manque en ce moment. Dans la perspective d’un retour des grosses opérations de fusions et acquisitions, stratégistes, analystes et gérants tentent ainsi de déterminer quelles pourraient être les prochaines cibles (Les Échos).

Guerre des talents

Si la SocGen est parvenue à débaucher des stratégistes dans des banques étrangères, l’inverse est aussi vrai. Ainsi, en juin dernier, SGCIB a perdu l’un de ses meilleurs stratégistes en la personne de James Montier, parti rejoindre l’équipe chargée de l’allocation d’actifs au sein de la société de gestion américaine GMO (Reuters).

Preuve que les hedge funds se disputent, eux aussi, les stratégistes. Ces derniers peuvent même devenir assistant gérant voire gérant. Je dois avouer que j’ai effectivement été surpris lorsqu’on m’a proposé dernièrement d’entrer dans des hedge funds, parfois même pour en prendre la direction ! J’ai refusé pour des raisons personnelles, mais j’espère que d’autres économistes ou stratégistes accepteront , explique Marc Touati, directeur général et directeur de la Recherche économique et financière de la société d’investissement Global Equities (Next Finance). Avis donc aux amateurs…

commentaires (1)

Comments
  1. C’est pas pour autant que les économistes sont demandés en France, avec Ph.D. et un expérience importante en analyste sectoriel, je n’ai aucune proposition depuis plus d’un an…
    je compte travailler pour un pays étranger, dommage la France…

Votre commentaire est en attente de modération. Il apparaîtra sur le site une fois validé

Réagissez

Pseudo

Adresse e-mail

Consultez notre règlement concernant notre communauté ici