☰ Menu eFinancialCareers

Licenciement : Êtes-vous le prochain sur la liste?

Cet article est le premier d’une série de trois articles abordant les situations de licenciements imminents et ce que vous pouvez faire. Dans le monde de la finance, les décisions de licenciements peuvent tomber du jour au lendemain. Mais, si vous êtes attentif, vous pourrez probablement percevoir des signes avant-coureurs.

Votre capacité à interpréter les signes d’un licenciement imminent vous sera particulièrement utile à cette période de l’année : les bonus ont en effet été versés et c’est le moment pour de nombreuses institutions financières de mettre de l’ordre.

Selon Ken Taber, avocat associé spécialisé en droit du travail pour le cabinet Pillsbury Winthrop LLP à New York, les sociétés sont souvent amenées à prendre des décisions plus importantes à la fin de l’année qu’en milieu d’année. La détermination du budget global a le même effet puisque c’est le moment de faire le point sur les activités florissantes et celles qui ne le sont pas.

Entre décembre et mars, un nombre d’employeurs plus important qu’à l’accoutumée appellent Ken Taber pour savoir comment se débarrasser des mauvaises branches. En fixant les bonus, les managers sont amenés à s’interroger sérieusement sur les personnes rentables ou non , explique-t-il.

L’orage approche

Les signes avant-coureurs peuvent prendre plusieurs formes, certains sont plus faciles que d’autres à détecter.

Si vous êtes sur le point d’être licencié – c’est tout particulièrement le cas à Wall Street-, l’employeur ne passera pas beaucoup de temps à gérer vos attentes , précise Michael Flood, managing partner chez Westwood Partners, cabinet de recrutement spécialisé en finance basé à New York. S’il réaffecte votre assistante, le message est assez clair.

La rumeur précède souvent l’annonce. On vous évite comme la peste au travail , indique Lee E. Miller, ancien avocat spécialisé en droit du travail et directeur général de NegotiationPlus.com, qui dirige des ateliers de négociations dans des sociétés comme Bear Stearns, Citigroup et HSBC. Le monde de l’entreprise ne peut pas garder un secret , explique Miller. Vous devez observer si votre patron et sa secrétaire vous évitent.

Soyez attentif aux changements qui surviennent dans le comportement de vos collègues : évitent-ils votre regard, sont-ils distants ou formels ? Les conversations spontanées ou informelles deviennent inexistantes ou se font beaucoup plus rares , indique Jay Gaines, Président de Jay Gaines & Company, société de recrutement basée à New York et qui compte parmi ses clients Morgan Stanley, Deutsche Bank, et la Federal Reserve.

Les réunions sont également un signe important. Si vous n’êtes plus invité aux réunions concernant les nouveaux projets, c’est mauvais signe , affirme Taber. Si vous découvrez que vous n’êtes plus convié à des réunions importantes avec le client, c’est également mauvais signe.

Lorsqu’ une information, généralement communiquée à l’oral, vous est transmise par email ou par écrit, votre emploi pourrait être en danger. Une consultante d’une institution financière a commencé à se douter que son départ était imminent, le jour où son patron a commencé à faire de la rétention d’informations, en particulier les critiques de ses collègues concernant son incapacité à travailler en équipe.

Parmi les autres signes avant-coureurs : une première réunion d’évaluation très poussée, le retrait du nom de l’employé des listes de distribution, la non prise en compte de son opinion et des sorties de groupe où il n’est pas invité.

Enfin, un moyen efficace de prévoir un licenciement est d’observer le déroulement du processus d’embauche. Quand quelqu’un est sur le point d’être licencié, que ce soit dans un mois ou dans un an et demi, on ne le consulte pas sur les nouvelles embauches et il peut même ne plus être convié aux entretiens avec les nouveaux candidats , précise Eugene Bedell, managing partner chez Jay Gaines & Company. Dans le cas où il serait convié, personne ne l’informera de la décision finale concernant ce candidat et du déroulement de l’embauche, dans le cas contraire, son opinion sera totalement ignorée.

Si vous reconnaissez votre situation dans l’un des exemples précédents, lisez le second article de cette série, la semaine prochaine, intitulé: Pouvez-vous sauver votre poste?

commentaires (0)

Comments

Votre commentaire est en attente de modération. Il apparaîtra sur le site une fois validé

Réagissez

Pseudo

Adresse e-mail

Consultez notre règlement concernant notre communauté ici