☰ Menu eFinancialCareers

Les besoins en recapitalisation des banques françaises peut-être moins inquiétants que prévu

Les rumeurs se multiplient autour de la recapitalisation des banques françaises. Dernière en date : celle du Journal du Dimanche qui annonçait que BNP Paribas et Société Générale auraient prévu de lever 11 milliards d’euros (7 milliards pour BNP et 3 à 4 milliards pour SocGen) dans le cadre d’un plan européen de soutien aux banques, ce que les deux établissements français ont aussitôt démenti.

Mais avec, d’un côté, les rumeurs alarmantes de recapitalisation et, de l’autre, les réactions apaisantes des banques, pas toujours facile de faire la part des choses. C’est pourquoi nous vous invitons à tester les besoins de recapitalisation des banques de la zone euro en fonction de différents scénarios grâce à ce simulateur de stress tests élaboré par Thomson Reuters et qui fait beaucoup de bruit à la City en ce moment. Force est de constater que BNP Paribas et SocGen ne s’en sortent pas si mal…

Il n’empêche, dans le contexte de crise de la dette au sein de la zone euro et des tensions sur les refinancements des banques, les banques centrales ont eu beau indiquer qu’elles fourniraient à leurs systèmes bancaires et en quantité illimitée les liquidités nécessaires à leur bon fonctionnement, cela ne résout pas l’équation de la solvabilité des institutions financières et de leur conformité réglementaire , peut-on lire sur le Blog du Directeur financier de la DFCG.

Les métiers de la BFI inégalement exposés

C’est pourquoi les deux banques françaises ont indiqué qu’elles allaient poursuivre la réduction de la taille de leurs bilans. Ces mesures s’inscrivent dans le cadre de Bâle III et nous les avons initiées depuis longtemps, insiste-t-on chez BNP Paribas (Les Échos.fr). Nous en avons simplement accéléré l’amplitude et la cadence cet été . La Société générale a elle aussi annoncé une série de mesures visant à renforcer ses fonds propres de 4 milliards d’euros d’ici 2013, et à procéder notamment à des cessions d’actifs non stratégiques, principalement dans les pôles de gestion d’actifs et services titres et les services financiers spécialisés, sans indiquer toutefois de montant cible.

Enfin, dans la BFI, BNP Paribas et la Société Générale ont toutes les deux l’intention de réduire certains types de crédits en dollars, comme les crédits export ou le financement de bateaux ou d’avions qui sont devenus trop coûteux en fonds propres et en liquidités. Selon des données fournies par BNP Paribas, dans le nouvel environnement réglementaire, la part des fonds propres alloués aux marchés de capitaux va ainsi devenir prépondérante par rapport aux financements. Si les équipes dédiées à certaines activités de financement ont de quoi être inquiètes, celles travaillant sur les marchés peuvent encore donc dormir sur leurs deux oreilles… en attendant les détails des recapitalisations bancaires prévues fin octobre.

commentaires (2)

Comments
  1. “les stress tests, BNP Paribas et SocGen ne s’en sortent pas si mal”. Vous rigolez, pour info, Dexia les a passé haut la main ces fameux stress tests et on a vu le résultat deux mois plus tard!!!

  2. Ce n’était pas les mêmes stress tests….

Votre commentaire est en attente de modération. Il apparaîtra sur le site une fois validé

Réagissez

Pseudo

Adresse e-mail

Consultez notre règlement concernant notre communauté ici