☰ Menu eFinancialCareers

Jeunes diplômés, voici d’après les meilleurs analystes actions ce qui est aujourd’hui requis pour exercer leur métier

Taille moyenne actuelle des rapports de recherche actions

Taille moyenne actuelle des rapports de recherche actions

Peut-être envisagez-vous de travailler dans la recherche actions ? Après avoir lu nos articles sur le sujet, vous vous posez encore des questions sur les qualités requises pour être analyste actions ? Bonne nouvelle : Bloomberg a interviewé des analystes actions seniors qui ont fourni des indications précieuses sur leur job. Voici ce que vous devez savoir…

1. Aujourd’hui, travailler dans la recherche actions consiste à identifier les grandes tendances macro-économiques également appelées « tendances séculaires »

Il est très difficile pour les clients de faire de l’argent à partir d’une recherche qui identifie un seul titre, expliquent les analystes. Depuis le commencement de la crise en 2007, tout tourne autour des grandes questions macroéconomiques.

« Il est éminemment beaucoup plus difficile de faire de l’argent à court terme sur la base d’un titre en particulier, explique à Bloomberg Stephen Penwell, directeur de la recherche nord-américaine chez Morgan Stanley. Vous devez identifier les tendances séculaires ».

2. Les meilleurs analystes n’écrivent pas de rapports sur des actions en particulier, mais travaillent en équipe pour rédiger des études exhaustives sur des industries mondiales

« Les analystes sont aujourd’hui plus tentés de produire en série des études exhaustives sur les tendances et les industries, avec l’éclairage de collègues répartis sur plusieurs continents », relève Bloomberg.

« Notre business consiste à relier des points, explique David Bleustein, responsable de la recherche actions US chez UBS. Nous pouvons vous dire comment une grève de dockers en Australie est susceptible d’affecter une compagnie de charbon aux États-Unis ».

3. Les analystes actions ressemblent de près aux analystes marché, avec un peu d’analyse en plus

Bloomberg fait référence à une étude réalisée au début de l’année auprès de 14 500 consommateurs au Brésil, en Russie, et dans d’autres économies des marchés émergents par Nielsen, la société d’analyse de marché de Credit Suisse. Elle incluait tout, depuis les achats de parfums jusqu’aux frais de la carte de crédit.

« Vous devez à présent être un bon enquêteur, note Stefano Natella, co-responsable de la recherche et analyse titres chez Credit Suisse. Nous recherchons des thèmes globaux qui sont en constants mouvements et couvrons tous les secteurs économiques ».

4. Les analystes actions ont besoin de trouver les grands thèmes et ensuite les sociétés alignées sur ces thèmes

« Vous devez identifier le thème qui peut rapporter de l’argent à vos clients et ensuite identifier les entreprises qui sont les plus en phase avec ce thème », conseille Kash Rangan, analyste des applications et systèmes de logiciels chez Bank of America.

5. Cela aide d’avoir des idées radicalement différentes des autres

Rod Lache, analyste vedette chez Deutsche Bank, revient sur l’importance d’être iconoclaste aujourd’hui. « Nous essayons d’être à contre-courant. C’est comme ça que vous faites de l’argent dans cette partie du marché », déclare-t-il à Bloomberg.

6. Les analyses sont toujours très importantes, mais ils sont moins bien payés alors qu’ils travaillent plus

Ici ou là, certains disent que la recherche actions est morte du fait qu’elle représente un coût et que rien n’oblige les clients à prendre en charge ce coût. Ce n’est pas vrai : « La baisse de la recherche à Wall Street est largement exagérée, déplore Noelle Grainger, directrice de la recherche actions Amériques chez JPMorgan. Il continue d’y avoir une demande pour les talents de grande qualité. Les investisseurs veulent toujours savoir ce qui se passe dans une industrie ».

Ce qui n’empêche pas les rémunérations de baisser : les commissions d’actions sont en baisse, il n’y a plus d’investissements passifs et les analystes actions sont moins payés. Aux États-Unis, les rémunérations sont en baisse de 20 % depuis 2007.

Et comme nous l’avons précédemment noté, les analystes ont vu leur emploi du temps se rallonger, surtout depuis qu’ils rendent visite aux clients en compagnie des investisseurs. La recherche actions se charge désormais de « marketer » la recherche en journée et de la rédiger en soirée, s’est plaint un analyste auprès de nous.

commentaires (0)

Comments

Votre commentaire est en attente de modération. Il apparaîtra sur le site une fois validé

Réagissez

Pseudo

Adresse e-mail

Consultez notre règlement concernant notre communauté ici