☰ Menu eFinancialCareers

Principales tendances d’évolution des métiers cœurs de l’assurance

assurance

L’Observatoire de l’Evolution des Métiers de l’Assurance vient de présenter son Baromètre Prospectif 2012, fruit d’une réflexion partagée par un panel de professionnels exerçant différents métiers et issus d’entreprises d’assurances diverses, tant par leur statut (sociétés traditionnelles, mutuelles, bancassureurs) que par leur taille.

Ces derniers nous livrent leur vision du contexte de l’assurance et des évolutions des différents métiers : conception et adaptation de produits (actuariat et marketing principalement), commercial (itinérant et sédentaire), gestion de contrats (souscription, production et indemnisation) et fonctions supports (comptabilité, administration, RH, informatique…). Voici ce qu’il faut retenir, sur la base des derniers chiffres disponibles de 2010 que l’Observatoire a comparé avec la période 2002-2010 :

« Globalement, cette famille de métiers, qu’il s’agisse du marketing ou de l’actuariat, est une famille qui continuera de croître car elle cristallise sur elle bon nombre des enjeux de la modernisation du secteur de l’assurance. Toujours plus de cadres ? Davantage de Bac+5 ? En tout état de cause c’est surtout l’émergence de domaines de spécialisation qui caractérisera les évolutions majeures des métiers de la conception et de l’adaptation de produits… et services associés », résume Norbert Girard, Secrétaire général de l’Observatoire.

« Les efforts importants réalisés par les entreprises pour fidéliser les jeunes commerciaux portent leurs effets même si l’on constate encore un phénomène structurel de turn-over sur ces métiers. En effet, ce n’est véritablement qu’au moment où un jeune recruté part sur le terrain que l’on peut vérifier son aptitude réelle à la vente, bien plus que par la seule détention d’un diplôme », relève Norbert Girard, qui constate par ailleurs une discrète augmentation du taux de recrutement de cadres (+0,7 point) qui correspond à des embauches de Bac+5 dans des postes de technico-commerciaux sur des marchés spécialisés (assurances collectives ou gestion de patrimoine par exemple).

« Les métiers de la gestion et de la distribution sont sans aucun doute les plus impactés par les transformations aujourd’hui à l’œuvre dans les entreprises d’assurances. La nouvelle posture adoptée par l’ensemble des assureurs en matière de relation-client induit une remise en question radicale des contenus d’activité et des manières de faire. Non seulement les organisations actuelles n’ont plus rien à voir avec celles d’il y a seulement cinq ans, mais elles continuent encore aujourd’hui d’évoluer, intégrant au fil de l’eau les technologies nouvelles », commente Norbert Girard.

Les profils de compétences recherchés dans ces nouvelles logiques de fonctionnement supposent désormais, outre un solide bagage technique, des compétences comportementales profusément partagées : pédagogiques, relationnelles, organisationnelles et, au sens large, commerciales… Bien que les niveaux <Bac+2 demeurent dominants (44,7%), par un effet générationnel, on note une décroissance régulière de cette population remplacée par des nouveaux entrants plus diplômés (11,6% des salariés ont un niveau ≥Bac+5, soit 3,9 points de plus qu’en 2002).

« Au final, il ressort que les fonctions support sont tout aussi concernées et impliquées par les restructurations des entreprises d’assurances. D’un côté, il semble prévisible que les métiers touchant au contrôle et au pilotage de l’activité assurantielle continueront de croître ces prochaines années, tandis que d’autres fonctions support telles “Administration” ou “Logistique” devraient connaître une baisse progressive de leurs effectifs parallèlement à une élévation des niveaux de diplômes », conclut Norbert Girard.

commentaires (0)

Comments

Votre commentaire est en attente de modération. Il apparaîtra sur le site une fois validé

Réagissez

Pseudo

Adresse e-mail

Consultez notre règlement concernant notre communauté ici