☰ Menu eFinancialCareers

Ce que les employeurs attendent de vous lors d’un entretien

C’est la partie la plus stressante du processus de recherche d’emploi : l’entretien. Lorsque vous êtes suffisamment chanceux pour que votre recherche d’emploi atteigne ce niveau, encore faut-il savoir comment s’y prendre. Pour vous aider à réussir ce tête-à-tête, comprendre ce qui se passe dans l’esprit de vos interlocuteurs peut vous permettre de vous démarquer. Après tout, ils interviewent des dizaines de professionnels de la finance qui veulent ce travail tout autant que vous.

Les entretiens ne se ressemblent pas. Bien qu’il soit impossible de prévoir tout ce que l’on vous demandera lors d’un entretien, vous pouvez vous préparer aux fondamentaux. Chaque intervieweur suppose que vous entamerez la conversation avec une pleine compréhension du poste et de ses responsabilités, et peut-être plus important encore, une certaine familiarité avec la culture et la philosophie de l’entreprise. Ils s’attendent à ce que vous ayez lu le rapport annuel de l’entreprise et que vous vous soyez familiarisé avec les dernières présentations stratégiques ou les déclarations du PDG.

Connaissez-vous vous-même ?

Bien connaître l’entreprise et le poste convoité ne suffit pas. Connaissez-vous vous même ? Le moyen le plus rapide de vous mettre à dos un intervieweur est de ne montrer aucun signe de ce que vous pouvez apporter de nouveau. N’importe qui peut mémoriser des faits et des chiffres, mais pouvez-vous voir plus loin, au-delà de l’évidence ? Souvent, un intervieweur vous demandera directement quelles sont vos forces et vos faiblesses. Ce n’est pas seulement une tentative pour vérifier votre honnêteté, mais aussi votre capacité à vous auto-évaluer. Aucune chance lors de l’entretien que pour que cette information soit obtenue subrepticement : on vous demandera probablement de fournir des preuves. C’est une question éliminatrice. Ne la négligez pas et passez du temps à la préparer.

Quant à votre curriculum vitae bien conçu et finement rodé, maîtrisez-le parfaitement : chaque poste, chaque rubrique, chaque paragraphe sera sujet à discussion.

Vous pouvez séduire votre interlocuteur avec des anecdotes préparées qui montrent où est-ce que vous avez utilisé vos points forts avec succès dans vos expériences professionnelles précédentes. Nul besoin d’être un héros dans vos histoires, mais utilisez-les pour illustrer des éléments importants de votre personnalité et de vos aptitudes.

Drapeaux rouges

Vous remarquerez peut-être qu’un intervieweur s’attarde sur certaines questions plus que d’autres. Si un enquêteur se concentre sur une question spécifique, cela signifie probablement que la réponse que vous lui avez donné le préoccupe. Une question répétitive peut signifier que vous n’avez pas fourni une réponse suffisamment proche de celle qu’il attendait. C’est le moment de jouer cartes sur table : relevez le défi ou l’entretien sera bientôt terminé.

Vous avez des questions pour votre interlocuteur ? Ils veulent voir si vous êtes un participant réfléchi et actif à la conversation. Ne gardez pas toutes vos questions pour la fin de l’entretien si l’opportunité de les poser se présente au cours de celui-ci. Soyez réactif et pleinement impliqué.

Feux verts

Le recruteur a une liste de « feux verts » mentaux qui s’allument à chaque fois que vous faites bonne impression. Il y en a beaucoup, et chaque manager a les siens. Mais en voici quelques-uns à garder en tête :

  • Optimisme : Est-ce que le candidat s’attarde sur les solutions plutôt que sur les problèmes ? A-t-il une attitude volontaire ? Est-il fier de décrire ses réalisations ?
  • Energie : Le niveau d’énergie est-il élevé tout au long de l’entretien ? Le candidat paraît épuisé après de longues heures de travail, ou bien affiche-t-il vigueur et endurance ?
  • Aptitudes verbales : Les réponses sont-elles limpides ? Sont-elles faciles à comprendre, posées, claires ? Le candidat maîtrise-t-il le vocabulaire et la grammaire pour communiquer efficacement ?

Il y en a beaucoup plus, mais tous ont un point commun : celui de savoir si vous êtes un candidat de qualité et si vous réussissez à vous présenter de la sorte. Faites-le, vous séduirez votre interlocuteur et, au final, vous-même !

commentaires (1)

Comments
  1. Pour de nombreuses fonctions en finance, on pourrait distinguer les recrutements par des cabinets de consulting, recrutement ou SSII de ceux effectués en direct par les banques. Dans le premier cas, mes nombreuses expériences me font penser que les RH respectent effectivement le cahier des charges de votre article. Dans le cas des recrutements directs, des entretiens menés de la même façon qu’en cabinet ont abouti à des résultats bien différents. D’où mon appel à témoin: quel seraient les différences de critères de recrutement selon un(e) RH qui aurait évolué dans ces 2 types de structures?

Votre commentaire est en attente de modération. Il apparaîtra sur le site une fois validé

Réagissez

Pseudo

Adresse e-mail

Consultez notre règlement concernant notre communauté ici