☰ Menu eFinancialCareers

OPINION : « La certification CFA est-elle réellement utile pour vous aider à décrocher un emploi en banque d’investissement ? »

CFA new logo

En septembre 2006, alors analyste chez Goldman depuis 2 ans, j’ai reçu le texto d’un de mes collègues m’annonçant fièrement qu’il avait passé le niveau III de la certification CFA. Ce qui m’a rendue jalouse ! Je savais que cela représentait un vrai plus sur son CV car j’avais entendu dire que c’était extrêmement difficile à obtenir.

Puisqu’il avait trouvé le temps nécessaire pour passer cet examen, je me suis dit que je devais pouvoir le trouver moi aussi. On était déjà en septembre, je me suis donc inscrite pour passer le niveau I en décembre, et je l’ai obtenu ! Ensuite, en juin 2007, j’ai obtenu le niveau II et, en juin 2008, le niveau III.

Je peux donc vous parler du CFA en connaissance de cause.

Quel est le programme du CFA ?

À peu près tout ce qui touche à la finance.

Ce qui est bien dans le niveau I, c’est qu’il est très varié, extrêmement intéressant et pas si difficile. Pendant la préparation du niveau I, je me suis même découvert une passion pour les produits dérivés. Je suis, par ailleurs, passée de la division banque d’investissement aux marchés de capitaux quelques mois après avoir obtenu cet examen.

Le niveau II est réputé le plus difficile. Pour moi, je dois dire, il a été le plus ennuyeux. Que d’éléments à connaître dans le détail en comptabilité – ce n’est vraiment pas ma tasse de thé…

Le niveau III est très orienté vers la gestion d’actifs et la gestion de portefeuilles. De vrais conseils sont dispensés pour appréhender les portefeuilles d’actifs, choisir entre différentes classes d’actifs et gérer l’argent d’autrui.

En quoi le CFA peut vous servir ?

1. Il va ressortir sur votre CV.

Avoir la certification CFA est vraiment bien vu car, d’une part, ses modules sont très utiles aux différents secteurs de la banque et, d’autre part, le CFA Institute ne sélectionne que 35 à 45 % des candidats.

2. Vos chances de décrocher des entretiens vont augmenter.

Voici un exemple : un de mes collègues a passé sa licence au Liban, puis sa maîtrise dans une bonne université anglaise. Il a ensuite cherché un emploi mais n’a rien trouvé, il a alors décidé de passer le niveau I du CFA. C’est seulement après l’obtention de cette certification qu’il a été appelé pour passer des entretiens. C’est l’un des meilleurs vendeurs de produits dérivés que je connaisse – cela prouve bien que les banques ont du mal à sélectionner les meilleurs candidats.

3. Cela va vous aider à choisir la banque qui vous correspond.

Certains banquiers pensent que la certification CFA a plus de valeur si vous l’avez passée lorsque vous étiez déjà en poste plutôt qu’en tant qu’étudiant à l’université ou demandeur d’emploi… Peu importe ! Quel que soit le moment où vous la passez, il est certain que cela apporte une vraie valeur ajoutée à votre CV. C’est un véritable atout.

4. Vos chances de vous retrouver au chômage s’amenuisent (apparemment).

Selon les chiffres du CFA Institute, sur les 100 000 CFA Charterholders à travers le monde (c’est-à-dire ceux qui ont obtenu les niveaux I, II et III), seulement 4 % connaissent le chômage à un moment de leur vie professionnelle.

Devez-vous suivre des cours pour préparer l’examen ?

Non. Je n’en ai pas eu besoin et j’ai réussi les 3 niveaux du premier coup. Payer pour apprendre revenait, selon moi, à perdre beaucoup d’argent. De plus, lorsque je me retrouve avec d’autres personnes, j’ai tendance à bavarder ; c’est donc pour cette même raison que je n’ai pas participé non plus à des groupes de travail.

Quelle était ma stratégie ?

Le temps m’était compté. Les cours du CFA étant trop denses, je ne les ai même pas lus. Je me suis procuré les cours par correspondance Schweser : 5 livres, des CD, des fiches de révision et des annales. J’ai révisé assidûment chaque week-end (les deux jours). Durant la semaine, j’écoutais les CD en allant au travail. J’étais trop fatiguée le soir pour réviser après ma journée.

Juste avant chaque examen, j’ai pris une semaine entière pour réviser. J’avais, à ce stade, déjà parcouru le programme dans son ensemble une première fois et, pour ce faire, respecté un planning précis. En quoi consistait cette semaine de révisions ? Chaque jour : un entraînement à l’examen. Alors se sont dégagées très précisément les matières sur lesquelles j’avais des lacunes, que je m’appliquais à combler.

Quelle vie à côté ?

Ma vie privée ? Je l’ai oubliée… Je n’allais plus au restaurant que deux à trois fois par mois. Cependant, une fois le CFA obtenu, j’ai retrouvé le délicieux goût de la liberté… Le dernier examen remonte à juin 2008 mais encore aujourd’hui, 4 ans après, l’idée de cumuler un emploi à plein temps et la préparation du CFA me donne la nausée.

Cet article a été publié en anglais sur le blog de Banker Girl.

commentaires (1)

Comments
  1. merci pour ton partage d’expérience :)

Votre commentaire est en attente de modération. Il apparaîtra sur le site une fois validé

Réagissez

Pseudo

Adresse e-mail

Consultez notre règlement concernant notre communauté ici