☰ Menu eFinancialCareers

Communication financière : un secteur qui a la côte

Si vous rêvez de combiner votre passion pour la finance avec vos dons en communication, la communication financière pourrait bien être faite pour vous. Mais attention : cette activité un peu à part et très bien rémunérée reste le privilège de quelques élus.

Une activité obligatoire

La communication financière est devenue une fonction obligatoire pour les groupes cotés en bourse, soumis à des obligations de communication régulière en matière d’information financière. Travailler dans la communication financière signifie en particulier avoir la lourde tâche d’assurer la transparence et la qualité de l’image financière de l’entreprise. Ceci implique d’être en contact régulier avec des publics multiples tels que les analystes financiers (qui publient des recommandations et des prévisions sur la société cotée), les investisseurs institutionnels, les actionnaires individuels, les médias ou l’Autorité des Marchés Financiers (AMF).

Un responsable de communication financière a ainsi des activités aussi diversifiées que l’organisation de réunions de publications de résultats, la diffusion de communiqués de presse, la participation à des road shows (rendez-vous particuliers avec des investisseurs institutionnels) et des ateliers sectoriels, la préparation et la supervision du rapport annuel et du document de référence déposé auprès de l’AMF ou encore l’orchestration de la communication financière autour des opérations de haut de bilan (introduction, émission, OPA, etc.). Au sein de l’entreprise, la communication financière implique donc un travail en équipe qui associe Direction Générale, Direction Financière, Direction Juridique, et opérationnels.

La communication financière est organisée sur la base d’un calendrier annuel réglementaire (chiffres d’affaires trimestriels, résultats semestriels et annuels, assemblée générale, etc.), mais est également rythmée par des évènements non récurrents tels que les changements de périmètre (acquisitions / cessions). Il faut avant tout bien comprendre toutes les composantes de la société afin d’assurer dans la durée un dialogue de qualité avec la communauté financière. Chaque public bénéficie de supports de communication personnalisés. Outre un site Internet et une ligne téléphonique dédiés, les actionnaires individuels se voient proposer de nombreuses visites de sites et reçoivent une Lettre aux actionnaires deux fois par an. Il n’y a donc aucune routine explique Alice Roux, qui travaille au département de communication financière du groupe PPR.

Si chaque entreprise est particulière du fait de son secteur d’activité ou de son modèle économique, les problématiques de la communication financière restent les mêmes pour toutes les sociétés ajoute-t-elle.

Tendance à la professionnalisation

La tendance est à la professionnalisation de la communication financière, qui est de plus en plus confiée à des spécialistes au sein des groupes ou des agences de communication. Selon Chantal Deschamps du cabinet indépendant de chasseurs de tête Vendôme Associés, la demande des établissements financiers et entreprises d’investissement nous semble plus importante que par le passé. Il existe un besoin de se rapprocher du client et donc une nécessité de plus en plus forte de qualifier cette relation. Compte tenu de la concurrence, les entreprises sentent le besoin de développer une communication financière indépendante des départements de l’analyse financière et des ventes .

Cette tendance devrait se poursuivre compte tenu des modifications de réglementations juridiques, comptables et financières. Les entreprises auront en effet de plus en plus besoin des agences et départements de communication financière afin d’expliquer à leurs interlocuteurs l’impact de ces bouleversements. Le métier s’est complexifié. La réglementation évolue chaque jour un peu plus et il devient donc indispensable de créer des organes de communication financière distincts précise Chantal Deschamps.

Si les besoins en spécialistes de la communication financière augmentent, il ne faut pas se leurrer : les places sont chères et la crise n’a pas épargné le secteur. Les candidats sont très nombreux sur le marché mais les offres restent très limitées. Dans les agences spécialisées dans la communication financière en particulier, seuls les professionnels sont restés : il y a peu de place pour les jeunes ou le middle management. La communication financière reste un métier étroit sur un petit marché réservé à quelques très bons spécialistes explique Chantal Deschamps.

Le profil idéal ?

Les parcours et formations dans ce domaine sont très variés. Pour Chantal Deschamps, tout dépend des degrés d’exigence de l’entreprise. Au niveau d’une direction relation-investisseur, on trouve souvent d’anciens analystes financiers. Certains profils ont fait leurs premières armes en tant que contrôleurs ou analystes financiers tandis que quelques jeunes diplômés ont déjà travaillé dans l’événementiel .

Dans tous les cas, il semble difficile de rejoindre directement le département de communication financière d’un grand groupe : un parcours professionnel préalable est très souvent recommandé. Parmi les formations appréciées, on peut noter Sciences Po, une école de commerce ou d’ingénieurs ou encore un DESS de marchés financiers ou de communication financière.

Les qualités requises sont multiples : il faut bien connaître la finance et les marchés, être capable de s’exprimer de façon claire, avoir d’excellentes aptitudes à la communication, avoir un bon relationnel et savoir gérer le travail en groupe. En raison de la complexité croissante des réglementations, il faut également se tenir informé des modifications juridiques, comptables et financières susceptibles de toucher l’entreprise.

Salaires élevés ?

Les rémunérations sont très variables d’une entreprise ou agence à l’autre mais dans la mesure où le domaine de la communication financière est en contact avec de nombreux interlocuteurs particulièrement importants pour l’entreprise, la fonction est en général très bien rémunérée.

Chantal Deschamps parle de salaires de 35.000 euros à l’entrée qui peuvent atteindre 50 à 60.000 euros pour une personne ayant 5 ans d’expérience. En haut de l’échelle, on trouve des salaires de 95 à 100.000 euros pour des personnes ayant une expérience en stratégie. A noter que les agences paient généralement moins bien que les entreprises.

Il y a une vie après la communication financière. Tout est possible : réintégrer un parcours financier plus traditionnel, une direction financière, intégrer une banque, un fonds, une agence de communication financière… Mais on peut aussi y faire une longue et passionnante carrière. A vous de voir.

commentaires (0)

Comments

Votre commentaire est en attente de modération. Il apparaîtra sur le site une fois validé

Réagissez

Pseudo

Adresse e-mail

Consultez notre règlement concernant notre communauté ici