Goldman Sachs ouvre des bureaux à Milan et à Stockholm alors que le Brexit devient chaotique

eFC logo
stockholm

Le bureau de Goldman Sachs à Stockholm

Alors que Theresa May se rend à Bruxelles pour tenter de renégocier un accord qu'elle-même avait précédemment qualifié de non négociable, et avec la date fatidique du 29 mars qui se rapproche, les banques s'en vont. Bank of America se prépare à transférer du personnel à Paris et Goldman Sachs ouvre de nouveaux bureaux dans l’UE.

Goldman doit ouvrir son nouveau bureau à Stockholm et son nouveau bureau à Milan dans les prochaines semaines. Le bureau de Stockholm aura une capacité de 100 personnes. Celui de Milan aura une capacité de 130 personnes. Dans les deux cas, le nombre final d'employés reste à déterminer - et dépendra de l'issue des négociations sur le Brexit et des obligations qui en résultent pour les banques.

L’annonce de l’ouverture des nouveaux bureaux à Stockholm et à Milan intervient au moment même où Goldman finalise sa licence de courtage à Francfort. La banque doit s'installer dans un nouveau bureau dans la tour Marienturm à Francfort courant 2019. Entre-temps, la banque a déjà recruté en Allemagne dans les domaines des risques, de la conformité, de la trésorerie, des RH et de la technologie.

Outre Francfort, Milan et Stockholm, Goldman Sachs a également ouvert un nouveau bureau à Dublin et complète ses bureaux existants à Paris et à Madrid. Le petit bureau de Dublin a ouvert ses portes à la fin de l’année dernière et compte une douzaine de personnes, principalement spécialisées dans la gestion d’actifs et l’immobilier. L'équipe de vente de la banque pour les clients français et du Benelux a rejoint Paris durant l'été 2018. Les bureaux de Madrid, Milan et Francfort abritent déjà certains des banquiers ECM et DCM.

Cependant, la dispersion de Goldman Sachs en Europe ne consiste pas uniquement à déplacer les banquiers en contact direct avec les clients vers les marchés locaux. À Stockholm, où la société occupe un bâtiment juste en face du prestigieux Grand Hôtel, Goldman renforce également son équipe titres, suite à l’acquisition l'an dernier de Pantor, une société de logiciels de trading haute performance basée à Stockholm. L’acquisition de Pantor (environ 30 personnes) fait partie intégrante de la reconstruction complète de la plate-forme d’exécution algo de Goldman, supervisée par Michael Blum, de Chicago,ex- partner de KCG Holdings qui a rejoint Goldman cette année.

L'ajout de plusieurs centaines d'employés de Goldman Sachs en Europe continentale devrait faire tiquer au Royaume-Uni. Le salaire moyen par tête chez Goldman Sachs International à Londres est d'environ 400 000 £, ce qui donne à penser que le gouvernement britannique génère environ 830 M£ de recettes fiscales chaque année à partir des 4.700 employés de Goldman (plus l'assurance nationale de l'employeur, plus l'impôt payé par 1.200 autres employés dans le back-office).

La semaine dernière, le CEO de Goldman, David Solomon, a déclaré qu'un hard Brexit aurait « un impact sur les activités et les lieux où la banque investit, mais aussi sur les gens ». Pour le moment, toutefois, le nouveau personnel européen de Goldman est censé être un complément plutôt qu'un substitut du personnel de Londres. Preuve en est, Goldman ouvrira un nouveau bureau à Londres plus tard cette année et prévoit de l'occuper pleinement.

Vous avez un scoop, une anecdote, un conseil ou un commentaire que vous aimeriez partager ? Contact : tiochem@efinancialcareers.com

A lire aussi…

Close