La seule question à vraiment maîtriser dans les entretiens pour les postes en banque

eFC logo
La seule question à vraiment maîtriser dans les entretiens pour les postes en banque

2020 s’annonce comme une année mitigée pour les banquiers d’investissement. Si vous êtes banquier M&A, elle n’est pas idéale, surtout en Europe. Si vous êtes banquier sur les marchés de capitaux et que vous aidez vos clients à lever des fonds via l’émission d’actions ou de dette, c’est mieux : l’émission s’est montrée solide et, aussi surprenant que cela puisse paraître, les investisseurs sont déjà tournés vers 2021.

La situation d’aujourd’hui est radicalement différente de celle à laquelle nous étions confrontés en 2008 et 2009. Lors de la dernière crise financière, la visibilité sur l’avenir était nulle et les marchés de capitaux sont effectivement restés fermés pendant des semaines. Le secret, cette fois, tient au fait que certains deals sur les marchés de capitaux ont été bien plus faciles à concrétiser via Zoom qu’en présentiel. C’est particulièrement le cas pour les opérations avancées où les parties impliquées se connaissent bien et où il existe déjà une base de documentation. Ce type de deals a considérablement augmenté durant la pandémie.

L’activité continue des marchés de capitaux constitue l’une des raisons des recrutements en cours. Je suis basé à New York avec toute mon équipe et j’ai participé à de nombreux entretiens en ligne durant la crise sanitaire. La plupart des questions que je pose sont toujours les mêmes : je veux savoir ce que vous avez à raconter, pourquoi vous voulez ce poste. Mais une de mes questions est nouvelle, et elle est en passe de devenir la question ultime par rapport à la crise : la reprise du marché est-t-elle durable ?

C’est la grande question par les temps qui courent, et c’est celle que je pose à tous mes candidats pour leur donner l’occasion de s’exprimer. Le gros point cette année, c’est bien sûr la rapidité avec laquelle les marchés ont rebondi. Le S&P 500 vient de réaliser son meilleur trimestre depuis plus de 20 ans, mais cela peut-il durer ? C’est ce que tout le monde veut savoir.

Bien sûr, il n’y a pas de bonne ni de mauvaise réponse. Ce que j’attends des candidats, c’est qu’ils exposent les problèmes. Les marchés sont-ils irrationnels ou rationnels compte tenu des fondamentaux économiques et de l’intervention des banques centrales ? Cette intervention est-elle durable ? Avant de commencer un entretien pour un poste en front office, avec moi ou qui que ce soit d’autre, assurez-vous d’avoir bien exploré cette thématique et de pouvoir produire une argumentation structurée.

Personnellement, je pense que le climat pour les banquiers d’investissement tend à s’améliorer. Il y a des tonnes de capitaux disponibles et dans certains secteurs, bon nombre d’entreprises ont été relativement préservées. A mesure que la stabilisation s’installe, elles seront d’autant plus nombreuses à envisager des deals. Certes, tout ne se fera pas dans l’immédiat. Les deals M&A prennent des mois avant d’avant d’être finalisés et ils sont hypersensibles aux aléas du climat économique. Il faut un acheteur motivé et un vendeur motivé. L’acheteur doit être convaincu que les ventes et les revenus de la cible sont bons et le resteront. Le vendeur doit pour sa part être convaincu que les choses ne vont pas s’arranger et qu’il ne perdra pas au change en vendant maintenant. C’est une affaire délicate et multidimensionnelle ; les banquiers sont pris entre deux feux à tenter de maîtriser les variables.

Mais avant tout, pour que les deals M&A reviennent, il faut quelques semaines de stabilité. La situation actuelle aux Etats-Unis, surtout dans les états du Sud comme l’Arizona, le Texas ou la Floride, nous rappelle que le virus est toujours bien présent. Et aura pour effet de retarder la reprise des deals, sans l’empêcher pour autant. A mesure que nous avançons, il y aura forcément des hauts et des bas, deux pas en avant, un pas en arrière. Voilà à quoi nous attendre pour l’avenir.

Ed Jones est le pseudonyme d’un managing director à la tête d’une équipe du secteur Amérique du Nord dans une banque internationale de New York.

Crédit photo : Evan Dennis sur Unsplash

Have a confidential story, tip, or comment you’d like to share? Contact: sbutcher@efinancialcareers.com in the first instance. Whatsapp/Signal/Telegram also available. Bear with us if you leave a comment at the bottom of this article: all our comments are moderated by human beings. Sometimes these humans might be asleep, or away from their desks, so it may take a while for your comment to appear. Eventually it will – unless it’s offensive or libelous (in which case it won’t.) 

A lire aussi…

Secteurs les plus recherchés

Loading...

Recherche emploi

Rechercher articles

Close
Loading...