Pourquoi Bank of America devrait embaucher quelques traders de plus à Paris

eFC logo
Pourquoi Bank of America devrait embaucher quelques traders de plus à Paris

Matthew Koder mérite une certaine reconnaissance chez Bank of America. À la suite de la mise en œuvre de son plan - recruter 70 banquiers pour revigorer le business M&A de BofA, les revenus M&A de la banque se sont envolés. En 2020 pourtant, elle pourrait concentrer ses embauches autour de nouveaux traders et vendeurs.

Une cinquantaine de managing directors ont rejoint la banque d’investissement de BofA en 2019. D’après les résultats de la banque au quatrième trimestre publiés le 15 janvier, les revenus de l’activité conseil en M&A ont progressé de 16 % par rapport à la même période en 2018 – plus que chez Goldman Sachs, JPMorgan ou encore Citi. Les marchés de capitaux actions (ECM) ont également dépassé les objectifs.

Cependant, si la banque d’investissement est en passe de devenir emblématique chez BofA, on ne peut pas en dire autant des activités vente et trading. Comme le montre le graphique ci-dessous, Bank of America a perdu des parts de marché à la fois en trading fixed income, devises et matières premières (FICC) et equities trading. Les revenus de BofA en trading FICC sont restés stables sur l’année, alors que dans le même temps, ceux de ses rivales progressaient. Les revenus actions en revanche ont chuté de près de 9 % - certes moins que chez Citi, mais plus que chez Goldman et JPMorgan.

Tandis que Matthew Koder dirige la banque de financement et d’investissement de BofA, c’est Fabrizio Gallo qui préside aux destinées de l’activité actions. Le trading fixed income est quant à lui mené par une troïka composée de Jim DeMare, Bernie Mensah et Sanaz Zaimi. Jim DeMare et Bernie Mensah dirigent conjointement le trading fixed income ; Sanaz Zaimi, basée à Paris et récemment partie en congé maternité suivant des sources bien informées, est à la tête des ventes fixed income. Les activités global markets et global banking sont sous la responsabilité de Tom Montag, président de BofA.

L’arrivée de nouveaux managing directors a un coût. Si les revenus générés par l’activité global banking de BofA ont augmenté de 9 % en 2019 par rapport à 2018, le revenu net de la division a enregistré une baisse de 3 % en raison de coûts plus élevés. Parallèlement, les bénéfices ont enregistré une légère baisse de 1% pour l’activité global markets, qui n’a poussé le recrutement de nouveaux personnels seniors.

BofA va-telle recruter de nouveaux traders en 2020 ? En privé, certaines sources évoque des départs – en particulier dans la division actions : la part de marché de BofA – environ 9 % au niveau mondial – y est très en retrait de celle des leaders du marché (Goldman Sachs, Morgan Stanley, JPMorgan), même si elle reste en tête d’une seconde division de plus en plus resserrée, et qui comprend également Citi.

En vente et trading fixed income, BofA navigue autour de la troisième place, selon les analystes de JP Morgan, derrière justement JPMorgan et Citi. Néanmoins, ces deux banques ont enregistré une croissance à deux chiffres de leurs revenus fixed income l’an dernier, tandis que ceux de BofA restaient stables, et que Goldman Sachs commençait à refaire son retard. Il y a sans doute une bonne raison au ralentissement de la croissance chez Bank of America : ses activités sont déséquilibrées par la prééminence du credit trading, qui compte pour 60% du total de ses revenus. Citi a réalisé une très bonne année en credit trading, mais Goldman Sachs a annoncé tout récemment que c’était le trading macro en particulier qui avait bien marché au quatrième trimestre. Cherchez l’erreur…

Have a confidential story, tip, or comment you’d like to share? Contact: sbutcher@efinancialcareers.com in the first instance. Whatsapp/Signal/Telegram also available. Bear with us if you leave a comment at the bottom of this article: all our comments are moderated by human beings. Sometimes these humans might be asleep, or away from their desks, so it may take a while for your comment to appear. Eventually it will – unless it’s offensive or libelous (in which case it won’t.)

A lire aussi…

Secteurs les plus recherchés

Loading...

Recherche emploi

Rechercher articles

Close
Loading...