TÉMOIGNAGE : « Comment j’ai quitté la finance à la fin de la quarantaine pour devenir... consultant »

eFC logo
TÉMOIGNAGE : « Comment j’ai quitté la finance à la fin de la quarantaine pour devenir... consultant »

Alors que l'avenir professionnel à la City de Londres devient de moins en moins certain, vous pourriez, comme moi, être séduit par l'idée de travailler à votre propre compte. Dans ce cas, bonne chance, à la condition d’y aller les yeux grands ouverts.

Après une longue carrière dans la gestion de portefeuille, je travaille maintenant principalement comme consultant / conseiller indépendant. J'ai la chance de me trouver actuellement dans un secteur qui cartonne (le machine learning – sachant que j’ai une formation en mathématiques appliquées). J’enseigne également dans le supérieur, intervient en tant que directeur non-exécutif et m’investit dans plusieurs activités (particulièrement bénéfiques pour l'âme).

Si vous souhaitez quitter votre emploi quotidien, vous devez également réfléchir très attentivement à vos clients et à votre proposition de valeur. Vous ne voulez pas que votre employeur actuel vous accuse de voler sa clientèle, mais si vous pouvez récupérer un client ou deux pendant que vous êtes dans un emploi à temps plein, cela vous aidera beaucoup.

Personnellement, je consacre beaucoup de temps aux ventes et au marketing. Je ne refuse jamais une demande d’intervention orale. - Je ne suis pas très bon pour faire de l’entrisme, mais je suis très à l'aise devant un public quel que soit le nombre de participants. Et comme je ne suis pas un vendeur dans l’âme, j'ai fait équipe avec quelqu'un qui l'est - il accepte l’échec aussi facilement que le succès.

J'ai également fait le tri dans mes titres honorifiques professionnels dans l'industrie financière et en ai ajouté quelques autres. Les gens aiment les badges. Je suis basé au Royaume-Uni et je conserve mon autorisation CF30 FCA par le biais d’un accord de représentation avec le cabinet d’un ami. Je peux donc me présenter avec quelque chose de plus qu’un consultant ordinaire.

Le travail indépendant présente des avantages certains. Je fais un travail de qualité et varié que d'autres valorisent et utilisent, et le revenu que je gagne est une considération secondaire. Sentir le flux, la concentration et la satisfaction de travailler dans quelque chose que j'ai choisi de faire est vraiment libérateur, et le fait de compter sur moi-même crée une véritable estime de soi. Soudain, le travail ne ressemble plus à une corvée.

Il y a aussi des inconvénients à faire cavalier seul. Le travail peut être sporadique. Parfois il y a des périodes de vaches maigres. La perte d'un revenu stable et substantiel est préoccupante. La perte de statut l'est aussi. Vous n'aurez aucun assistant personnel ni un nom d’employeur prestigieux sur votre carte de visite.

Pour cette raison, je vous déconseille fortement de devenir consultant sur un coup de tête. La nature erratique de votre revenu signifie que vous aurez besoin d’économies (et le plus sera le mieux). Par conséquent, épargnez vos bonus pendant que vous travaillez. Préparez votre famille à un style de vie plus austère. Parlez à votre femme (la mienne n'a pas entièrement souscrit à mon choix).

Je suis beaucoup trop jeune pour prendre ma retraite et, honnêtement, j’ai encore besoin de revenus. Si tout échouait, je devrais peut-être retourner dans le monde de l'entreprise J'espère que ce ne sera pas le cas, mais si je dois redevenir un jour « l’esclave » d’une entreprise, j'aurai beaucoup appris sur moi-même et devrais pouvoir me présenter sous un jour plus fort. Bonne chance si vous décidez de franchir le pas.

Richard Andrew est le pseudonyme d'un ancien gestionnaire de portefeuille londonien maintenant installé à Surrey, un comté dans le sud-est de l’Angleterre.

Vous avez un scoop, une anecdote, un conseil ou un commentaire que vous aimeriez partager ? Contact : tiochem@efinancialcareers.com

A lire aussi…

Close
Loading...