UBS publie un dress code à destination de ses conseillers clientèle

eFC logo

La réputation d'UBS constitue notre bien le plus précieux. Adopter un comportement irréprochable implique également d'avoir une présentation impeccable. Les conseillers clientèle sont très souvent les premiers interlocuteurs de nos clients et sont perçus comme les représentants d'UBS , explique le géant bancaire suisse dans un document interne de 44 pages élaboré à l'intention de ses quelque 1 500 employés au contact de la clientèle, hommes comme femmes, dans le cadre d'un projet visant à améliorer l'image des 300 agences de Suisse.

Ainsi, la banquière est invitée à porter un tailleur jupe ou pantalon de couleur anthracite foncé, noir ou bleu, un chemisier blanc, et pas plus de sept bijoux. Les chaussures trop petites sont à prohiber, car il n'y a rien de pire qu'un sourire crispé . Le port de collants demeure obligatoire, même par temps chaud et les racines des cheveux teints doivent être toujours impeccables .

Prié de porter un costume foncé, avec une cravate rouge aux couleurs de la maison, le banquier, lui, doit proscrire gourmette, boucles d'oreilles, piercings et tatouages, ainsi que bottes western ou bottines (Le Monde.fr).

Trouver le juste milieu

Certes, dans la finance, l'habit fait le moine. Ainsi, un salarié d'une banque de détail se vêtira différemment d'un salarié d'une banque d'affaires. Dans les salles de marché où les opérateurs ne rencontrent pas la clientèle, la cravate et le costume ne sont pas de rigueur, excepté pour les responsables des lignes métiers comme les M&A, le coverage ou l'equity capital markets.

Les excentricités sont proscrites. Tout le monde a encore en tête le licenciement de Debrahlee Lorenzana, employée de chez Citibank et à qui des collègues reprochaient une tenue trop sexy qui les détournait soi-disant de leur travail !

Le secteur bancaire compte parmi les plus codifiés et les plus formels, confirme Aude Roy, conseillère en image personnelle et auteur d'un livre sur la tenue professionnelle. Mais je n'avais jamais vu un dress code comprenant ce niveau-là de détails (Le Temps.ch).

Un dress code qui détonne

En effet, le dress code de l'UBS ne suit pas vraiment l'air du temps. D'après une enquête menée dans 12 pays par le réseau Iris, la tendance est actuellement à plus de décontraction vestimentaire en entreprise, et ce malgré la crise qui pousse les entreprises à soigner une image de sérieux. Les raisons sont diverses : un souci de confort et de décontraction, des marques prônant des vêtements originaux, bon marché et confortables, et, enfin, une hésitation des employeurs à imposer un code vestimentaire strict (L'Express).

Sans oublier que les scandales récents de la finance ont poussé les cadres à ne plus vouloir ressembler à un banquier , en adoptant des tenues plus sobres. La crise a eu un impact fort sur les banquiers. Ils ont une image à réhabiliter, notamment les traders. Par conséquent, on voit moins de signes extérieurs de richesse par rapport aux années 2005-2006. La conjoncture économique joue sur les comportements. À l'heure actuelle, on ne sait pas vraiment si la crise est réellement terminée, les banquiers préfèrent donc se montrer discrets , confirme Anne de la Rochebrochard, directeur au cabinet de chasse de têtes Grant Alexander (Agefi Hebdo).

Close