Credit Suisse : le bout du tunnel ?

eFC logo

L'annonce des résultats du deuxième trimestre de la deuxième banque helvétique a éclairci d'un coup l'horizon bouché du monde financier suisse. Des dépréciations minimes , un bénéfice dépassant largement les attentes des analystes (1,2 milliard de francs suisses contre 700 millions escomptés par le marché), un afflux net de nouveaux capitaux dans la gestion de fortune, une banque d'affaires bénéficiaire... Les observateurs se sont presque pincés pour y croire !

Est-ce que ces résultats viennent sonner le glas de la crise ? Pas si sûr...

Nous nous attendons à ce que les conditions de marché difficiles perdurent dans un avenir proche, voire un peu plus éloigné , a prévenu le patron de la banque, Brady Dougan, dans un communiqué. En outre, le bon rétablissement de Credit Suisse semble s'être réalisé en partie aux dépens de sa rivale UBS : Les décisions du management ont été bien meilleures au Crédit Suisse , ce qui leur a permis d'attirer un nombre considérable de clients d'UBS, a commenté un analyste londonien cité par Bloomberg. De quoi apporter un bémol sur la santé retrouvée du secteur bancaire suisse.

Crédit Suisse a prévenu qu'elle privilégierait une croissance organique. Une bonne nouvelle pour les professionnels du secteur car une telle stratégie génère de l'emploi. D'ailleurs, le numéro 2 suisse nous donne des signes positifs tangents. Le nombre d'employés du groupe (49 000) a augmenté de 300 personnes depuis la fin du premier trimestre et encore plus sensiblement depuis fin 2007 (45 600 employés à cette date). L'embauche a surtout concerné la gestion de fortune (relationship managers et fonctions support). En revanche, l'activité asset management devrait réduire le nombre de ses employés.

Beliebte Berufsfelder

Loading...

Jobs suchen

Artikel suchen

Close