Pourquoi l'université de Saint-Gall compte parmi les meilleures grandes écoles d'Europe

eFC logo

Du fait de son enseignement concret, du réseau d'anciens et de son image, l'université de Saint-Gall (HSG) compte parmi les perles d'entre les grandes écoles d'Europe. Une enquête parmi les anciens élèves montre que les nouveaux diplômés se voient proposer en moyenne deux offres d'emploi, et que, malgré la crise, les salaires de début ont augmenté par rapport à leur niveau de 2008.

En dépit de tous les avantages que propose l'école, les étudiants doivent accepter un désavantage : autant la réputation de l'école est excellente auprès des patrons de l'économie et des économistes, autant elle est actuellement exécrable auprès du grand public. Dans la population locale de Saint-Gall, les préjugés sont anciens, et l'abîme entre ceux d'en haut et ceux d'en bas ne s'est pas refermé depuis le début de la crise. Mais, d'une manière générale, ce sont toutes les fabriques à élites comme par exemple HSG, la WHU de Coblence ou la Harvard Business School, qui sont critiquées, puisque ce sont elles qui ont fourni l'essentiel des cadres de l'économie, qui portent une responsabilité certaine dans le déclenchement de la crise.

Plus de 90 associations et initiatives d'étudiants gravitent autour de l'école. L'une d'entre elles est l'International Student Committee (ISC). Depuis 1970, deux douzaines de membres de l'ISC organisent annuellement le Symposium Saint-Gall, auquel participent des décideurs de l'économie internationale et 200 étudiants de plus de 60 pays. En mai 2009, le thème retenu était Revival of Political and Economic Boundaries . La presse économique mondiale était présente et John Elkann, l'héritier de Fiat, a expliqué devant le panorama alpin la reprise d'Opel.

Beaucoup de choses distinguent l'école de ses consceurs allemandes. Souvent, ce ne sont que des détails : le personnel de la cantine salue toujours de manière avenante et se réjouit d'un brin de causette, bien sûr en dialecte local ! La cafétéria propose quotidiennement un excellent Bircher Müsli fait maison et à 9 heures, le personnel fait sa pause-café avec des petits fours frais. La petite ville de 70 000 habitants offre peu de distractions aux étudiants : quelques bistrots sympathiques, des domaines skiables à proximité et le Bodensee pour les sports aquatiques. De toute manière, des distractions ne sont pas souhaitables en première année ; la sélection y est impitoyable, le taux d'échec atteint 30 %. Alors que les étudiants suisses peuvent entamer un cursus sans concours d'entrée, les 1600 étudiants étrangers, qui se présentent tous les ans, doivent passer un test et seuls les 320 premiers sont pris.

L'université est un établissement public. Les frais d'enregistrement s'élèvent à 770 € par an et sont ainsi tout à fait comparables à ceux des écoles allemandes.

Beliebte Berufsfelder

Loading...

Jobs suchen

Artikel suchen

Close