☰ Menu eFinancialCareers

Bonus : le grand chamboulement chez UBS

L’UBS a annoncé les premières mesures visant à faire un sort à la notion traditionnelle de bonus annuel (communiqué de presse).

Le modèle prévoit qu’au-delà de la partie fixe de leur salaire, les principaux dirigeants ne percevront – au grand maximum – qu’un tiers du bonus alloué à la fin de l’exercice concerné, ceci pour partie en liquide et pour partie en actions de la banque. Le reste sera versé sur un compte bloqué, auquel le cadre n’aura accès qu’après trois exercices si lui et la banque ont affiché tous les deux une bonne performance pendant ce laps de temps. Si les résultats de la banque sont mauvais ou si l’employé a pris des risques excessifs ou inutiles, n’a pas atteint les objectifs fixés ou n’a pas respecté la législation, le solde du compte bloqué peut baisser , déclare la banque.

Peter Thorne, analyste du secteur chez Helvea à Londres, pense que le champ d’application des nouvelles mesures ne restera pas limité aux seuls cadres dirigeants : Un simple analyste ou une secrétaire ne seront probablement pas concernés, mais un trader gérant des positions importantes le sera sûrement. Selon le président du conseil d’administration de l’UBS, Peter Kurer, 2 à 3 % des collaborateurs du groupe seront concernés par le nouveau système bonus-malus (Romandie.com).

Le président du conseil d’administration ne percevra, lui, qu’un salaire fixe. Il en sera de même pour le chef contrôleur de la banque, mais ce dernier se verra attribuer un nombre fixe d’actions, bloquées pendant quatre ans, afin de l’inciter à viser une croissance à long terme de l’action UBS. Les administrateurs indépendants percevront également une rémunération fixe, comportant au minimum 50 % d’actions UBS, bloquées pendant quatre ans.

L’établissement a également confirmé les rumeurs selon lesquelles il chercherait actuellement à récupérer tout ou partie des bonus payés à ses dirigeants ces récentes années. La base juridique d’une telle action est actuellement à l’étude. Aussi une nouvelle Task Force a-t-elle pour mission d’inciter les cadres supérieurs à rétrocéder volontairement leurs récents bonus.

La fondation Ethos a salué ces mesures, tout en regrettant que le montant maximum d’un salaire n’ait pas été limité (communiqué de presse).

Si l’UBS met en place un système de bonus, qui ne donne lieu dans le meilleur des cas qu’à un tiers de paiement effectif mais laisse à l’employeur un droit de récupération du solde, il est clair que d’autres banques seront sous pression pour suivre son exemple. Ceci signifie qu’à l’avenir, et même en période faste, le gros bonus de fin d’année ne sera plus qu’un souvenir datant d’un monde révolu.

Kommentare (0)

Comments

Ihr Kommentar wird gerade geprüft. Nach erfolgreicher Prüfung wird es live gestellt.

Antworten

Pseudonym

E-Mail

Alle Informationen zu unseren Community-Richtlinien finden Sie hier