☰ Menu eFinancialCareers

La banque Sarasin, un cas d’étude pour la banque privée

Le private banking regorge d’opportunités pour les professionnels, surtout pour les plus expérimentés. L’exemple de la banque Sarasin en dit beaucoup sur l’état du marché.

Les pages d’annonces d’emploi concernant la banque privée, que ce soit on-shore ou off-shore, fleurissent dans la presse suisse. Les tensions sur le marché sont telles que les banques sont confrontés à de véritables difficultés pour conserver leurs équipes.

L’unité genevoise de la banque suisse Sarasin en a fait les frais ces derniers mois. Il y a d’abord eu un nouveau directeur, Kristinn Kristinsson, qui a remplacé Richard Bühler, démissionnaire. Ensuite, une petite équipe de gestion de fortune a démissionné, et s’est installée à son compte, emportant avec elle un certain nombre de clients. Les trois banquiers géraient environ un milliard de francs suisses, soit la moitié de la fortune sous gestion de la filiale, selon la presse genevoise. Ces chiffres n’ont pas été confirmés par la banque. Nous sommes en discussion avec cette équipe pour poursuivre notre coopération , a indiqué Harald Melzer, de la banque bâloise. Enfin, deux autres cadres sont partis, une pratique courante dans la profession, où les débauches sont régulières, en raison de la surenchère salariale.

Pression à la hausse sur les salaires

C’est vrai que nous cherchons à renforcer nos équipes à Genève , nous a confié Harald Melzer, en ajoutant que l’établissement employait pour l’instant une soixantaine de personnes dans la cité au bout du lac. La banque chercherait à reconstituer une équipe à Genève pour remplacer les partants. Le nombre n’est pas spécifié pour des questions de confidentialité. Une chose est sûre, il faudra savoir retenir les nouveaux, et cela passe évidemment par un salaire attractif. De manière générale, un professionnel avec cinq ans d’ancienneté peut compter sur un salaire annuel minimum de 200.000 francs suisses, bonus compris.

Une stratégie de croissance

Le nouveau directeur de Genève, qui a la double nationalité grecque et islandaise, cherche plus particulièrement des profils à l’aise sur le marché off-shore de l’Europe du Sud, des Balkans, de la Grèce, de la Turquie et du Moyen-Orient. La banque vient également de renforcer son équipe à Londres, où elle est présente depuis 1980, avec l’embauche de six gérants privés. La prochaine étape à l’étranger devrait être l’ouverture de bureaux au Qatar et à Bahrein, après l’implantation à Dubaï en 2005.

Fondée en 1841, la banque Sarasin est une des principales banques privées suisses. Elle gère actuellement 73 milliards de francs suisses, et est engagée dans une stratégie de croissance , selon Harald Melzer. D’ici à 2010, elle espère avoir 100 milliards de francs suisses sous gestion.

Kommentare (0)

Comments

Ihr Kommentar wird gerade geprüft. Nach erfolgreicher Prüfung wird es live gestellt.

Antworten

Pseudonym

E-Mail

Alle Informationen zu unseren Community-Richtlinien finden Sie hier