Swiss Re supprime 1 560 emplois dans le monde

eFC logo

Swiss Re, le plus grand réassureur mondial, veut supprimer 10 % des 11 560 emplois qu'il compte dans le monde. Déjà, à l'occasion de la présentation des résultats annuels, le 19 février 2009, le groupe avait annoncé vouloir économiser au moins 200 millions de francs en 2009, autant en 2010, essentiellement par le biais d'une centralisation de la comptabilité et des services informatiques, mais aussi par des coupes claires dans les budgets des conseillers externes. Stefan Lippe, patron du groupe depuis le mois de février, semble partager l'avis d'Oswald Grübel, le nouveau patron de l'UBS : il ne faut pas s'attendre à une fin rapide de la crise, et il vaut mieux sortir la cognée au début de son mandat.

D'après un porte-parole, le groupe ne veut publier de détails qu'après avoir informé directement les employés concernés. Le nombre d'emplois concernés en Suisse n'est pas encore établi. Les partenaires sociaux seront informés parallèlement aux employés et le processus de consultation, obligatoire, sera entamé.

Toujours d'après ce porte-parole, le groupe s'efforcera de procéder à ces réductions d'effectifs à l'aide des fluctuations naturelles, de la mobilité interne et des retraites anticipées, mais ne pourra éviter entièrement les licenciements. La réduction du personnel intervient dans le cadre de la réorientation de Swiss Re. L'an passé, des milliards d'amortissements et de dépréciations avaient occasionné de lourdes pertes. Sous la direction du nouveau patron, le groupe veut se concentrer à nouveau sur son métier de base, qui est rentable, et vise un renforcement de ses fonds propres.

Il n'a pas été possible d'apprendre, pour l'instant, de quelle manière les mesures annoncées aujourd'hui auront un impact sur les propositions de postes publiées actuellement sur le site Internet du groupe. Il s'agit au total de 170 emplois, proposés pour les trois sites suisses.

Beliebte Berufsfelder

Loading...

Jobs suchen

Artikel suchen

Close