☰ Menu eFinancialCareers

Perspectives 2010 : les secteurs en baisse

L’enquête conjoncturelle 2009-2010 de Genève Place financière révèle que si le service corporate (direction, contrôle-risque, juridique…) ne subit pas de modifications, force est de constater que les grands établissements réduisent l’opérationnel, conséquence de la baisse des volumes de transactions, et freinent sur leurs dépenses informatiques.

Back-office / fonctions centrales

Les grandes banques sont engagées dans une rationalisation de leurs fonctions support. Même la reprise d’ING Suisse par Julius Bär aura un impact sur les salariés. En fin de compte, moins de la moitié des salariés d’ING pourront garder leur travail dans les départements du back-office et des fonctions centrales , explique Klaus Biermann, à la tête d’un cabinet de chasse spécialisé dans les métiers financiers.

Les banques ne sont pas les seules concernées. En finance d’entreprise, 29 % des CFO en Suisse pensent transférer leur production ou leurs fonctions support à l’étranger , affirme Rolf Schönauer, responsable du pôle Services financiers chez Deloitte dans son dernier sondage trimestriel.

Enfin, les hedge funds qui pourraient venir de la City pour s’implanter à Genève ne délocaliseront probablement pas leurs équipes de back-office, fait savoir un recruteur.

IT Finance

Les conditions de recrutement des informaticiens des banques suisses vont se durcir considérablement. Comment faire confiance à ces techniciens qui mettent le nez dans les bases de données de la banque, regardent les noms de clients… s’interroge David Talerman, spécialiste de l’expatriation en Suisse. Un casse-tête en perspective pour les entreprises, qui, je pense, va rallonger les contrats de travail .

Secret bancaire

Les problématiques liées au secret bancaire vont incontestablement peser sur le private banking , affirme Blaise Goetschin, directeur général de la Banque Cantonale de Genève (Tribune de Genève).

Une récente étude menée par KPMG et l’université de Saint-Gall (HSG) auprès de hauts responsables des trente plus grosses banques privées helvétiques montre que le secteur de la banque privée est à l’aube d’une profonde mutation. Il est probable que le marché suisse des banques privées se rétrécira ces prochaines années, et la concurrence offshore pourrait devenir plus serrée pour séduire les clients suisses , souligne-t-on chez KPMG.

Bonus

À partir de janvier 2010, les bonus des banquiers suisses seront soumis à un cadre plus strict. Ceci ne s’appliquera qu’aux établissements détenant au moins 2 milliards de francs suisses de fonds propres. Le porte-parole de l’ASB, Thomas Sutter, regrette que la circulaire fasse la distinction entre les petites et les grosses banques . Pour sa part, l’Association suisse des assurances (ASA) s’inquiète des effets de cette circulaire sur la compétitivité de ses membres.

En attendant, les bonus versés en 2010 au titre de l’année 2009 devraient être supérieurs à ceux de l’année précédente. Et les salaires devraient augmenter du fait de nouvelles opportunités qui vont favoriser le turnover , souligne Guy de Brabois, Country Manager Switzerland chez Robert Walters.

Kommentare (0)

Comments

Ihr Kommentar wird gerade geprüft. Nach erfolgreicher Prüfung wird es live gestellt.

Antworten

Pseudonym

E-Mail

Alle Informationen zu unseren Community-Richtlinien finden Sie hier