☰ Menu eFinancialCareers

Plus d’actions au détriment du cash pour les banquiers de l’UBS

UBS veut limiter la casse en rendant possible la revente d’une partie des actions d’ici fin 2008. Le numéro1 de la banque montre l’exemple.

L’information donnée par les médias anglo-saxons a été confirmée par l’UBS à son siège à Zurich. Sans entrer dans les détails, la porte-parole de l’UBS, Éveline Mueller, nous a indiqué que ces actions supplémentaires pourraient être vendues avant fin 2008. Une première pour la banque qui d’ordinaire les bloque pendant trois ans. Cette mesure ne concerne que l’Investment banking, nous a-t-elle précisé. À titre d’exemple, un banquier ayant touché 10 000CHF de bonus en 2006 a reçu 50% du montant sous forme de cash et 50% sous forme d’actions. En 2007, la partie cash est réduite à 40% et les autres 10% seront versés en actions. Ce sont ces 10% qui pourront être vendus avant la fin de l’année2008. En revanche, pas question de toucher aux 50% en actions restantes avant trois ans. Cette mesure est destinée à faire un geste en faveur des banquiers tentés d’aller voir ailleurs.

Marcel Ospel ne touchera pas de bonus

Les chiffres du 4e trimestre 2007 ne sont pas encore connus, mais il semble d’ores et déjà que la banque sera en perte pour l’ensemble de l’année 2007. Une grosse gifle pour cet établissement considéré comme la perle du monde bancaire suisse et numéro1 mondial de la gestion de fortune. Le président du conseil d’administration de la banque, Marcel Ospel, a déjà fait savoir qu’il ne toucherait pas de bonus en 2007. En 2006, son salaire (bonus compris) tournait autour de 27millions de francs suisses.

En Suisse romande, les quelque 2 200personnes travaillant pour l’UBS ne devraient pas trop s’inquiéter pour leur bonus 2007, en principe versé le mois prochain. Alain Robert, responsable Wealth Management et Business Banking pour la Suisse, a déclaré au cours d’un rendez-vous avec la presse locale que la crise du subprime n’aura pas d’impact sur les rémunérations des employés à Genève. Il n’en reste pas moins que la division Investment banking de l’UBS va être profondément réorganisée. La refonte concerne les activités dans l’immobilier et la titrisation, dont les effectifs devraient être divisés par deux. La restructuration concerne aussi les marchés des matières premières, avec une sortie de certains marchés européens du gaz et de l’énergie et la fermeture de l’activité Principal Finance aux États-Unis.

Kommentare (0)

Comments

Ihr Kommentar wird gerade geprüft. Nach erfolgreicher Prüfung wird es live gestellt.

Antworten

Pseudonym

E-Mail

Alle Informationen zu unseren Community-Richtlinien finden Sie hier