Produits structurés : un secteur plein de promesses

eFC logo

Véritable success story... Les banques suisses ont découvert dans ces produits un nouveau potentiel de croissance et sont à la recherche de personnel hautement qualifié.

Les grandes banques ont la possibilité d'embaucher des prix Nobel de mathématiques, nous ne pouvons pas suivre ! , s'exclamait ainsi récemment Pierre Darier, un des patrons de la banque LODH (Lombard Odier Darier Hentsch) pour illustrer l'engouement de la profession pour le secteur, qui emploie de plus en plus de personnes.

Ces mathématiciens travaillent en début de chaîne du processus de fabrication des produits structurés, nous a expliqué Klaus Biermann, du cabinet de recrutement Jessen & Smith à Zurich. On les appelle les quants, ce sont eux qui mettent au point les modèles mathématiques de placements , a-t-il précisé.

Opportunités dans les salles de marché mais aussi en banque privée

Ces nouveaux produits financiers, aux noms évocateurs et imagés souvent puisés dans le domaine sportif comme kick in goal , se retrouvent ainsi de plus en plus dans les portefeuilles de placement. Il en existe plus de 10.000 types.

Ainsi, fin 2006, 266 milliards de francs suisses étaient investis dans les produits structurés en Suisse. Cela représente environ 5,6% du montant global des fonds déposés dans les banques en Suisse. En une année, le volume de ces produits a explosé de 46,5% par rapport à la moyenne de 2005.

Les opportunités d'embauche se multiplient au rythme du développement du secteur dans les salles de marché mais aussi en gestion de fortune, un secteur qui s'intéresse de plus en plus près à ces produits. Les profils les plus appréciés sont des professionnels dotés de 3 à 5 ans d'expérience, avec une solide formation en maths (souvent niveau master), couplée à une formation bancaire.

Close