Le chef du personnel de l'UBS justifie les licenciements massifs

eFC logo

L'UBS a concrétisé son plan de suppression de 1 200 à 1 500 emplois. Selon Christophe Hubert dans une déclaration faite à la NZZ, le chef du personnel de l'UBS, la part du lion fut fournie par le département de gestion de fortune et la banque commerciale en Suisse. Les femmes et les emplois à temps partiel furent particulièrement touchés. Ces licenciements font partie des 8 700 suppressions d'emplois au niveau mondial, telles que les a annoncées le président du Directoire Oswald Grübel, lors de sa prise de fonction il y a trois mois. Entre-temps, selon Hubert, la plupart des salariés concernés ont été informés.

En Suisse, furent surtout touchées les fonctions de back-office et de support. D'après Hubert, la majorité des suppressions a lieu dans les fonctions de marketing, de support et de projets informatiques, de personnel et d'assistance du management.

Ces secteurs sont particulièrement touchés, du fait de la proportion élevée de postes à temps partiel que l'on y trouve. De plus, ces postes sont souvent occupés par des femmes, d'où les résultats observés.

Les critères sociaux n'entrent pas en ligne de compte, mais, si sur une équipe de dix personnes, seules sept peuvent conserver leur emploi, il est clair que la connaissance que l'on pourra avoir des situations personnelles, familiales par exemple, influencera les choix.

D'après Hubert, l'UBS a développé l'offre en matière de modèles alternatifs de temps de travail.

En plus du temps partiel, du congé sans solde, du job sharing ou de la retraite partielle, on peut maintenant acquérir jusqu'à dix jours de congés supplémentaires par an, en renonçant au salaire correspondant. Depuis le lancement du programme il y a un mois, ce sont plus de 400 employés qui ont opté pour l'un des schémas proposés. Hubert pense que ces 400 décisions ont permis d'éviter entre 20 et 40 licenciements.

L'UBS propose aux salariés touchés un coaching de plusieurs mois et un plan social. Le coût global se situe entre 100 et 140 millions de francs. Le responsable du personnel est particulièrement satisfait de voir entrer chaque jour de nouvelles offres d'emplois.

Ce sont en particulier des études d'avocats, des assurances ou des caisses d'assurance-maladie, qui s'enquièrent auprès de la banque au sujet des salariés disponibles. Les demandes sont réunies et publiées hebdomadairement dans un bulletin interne. D'après Hubert, le nombre de postes proposés n'est pas considérable, mais l'action aura permis de procurer entre 20 et 30 emplois pour l'instant.

Beliebte Berufsfelder

Loading...

Jobs suchen

Artikel suchen

Close