☰ Menu eFinancialCareers

Mieux vaut-il travailler chez Credit Suisse ou UBS comme banquier privé ?

Credit Suisse a damé le pion à UBS dans le dernier classement des plus gros gestionnaires de fortune en termes de bénéfices avant impôts réalisé le mois dernier par la banque allemande Mainfirst Group. Cela reflète évidemment la bonne résistance du réseau Credit Suisse pendant la récession mais aussi par la même occasion la vulnérabilité de ses concurrentes comme UBS, Morgan Stanley et Bank of America , commente Christopher Wheeler, analyste chez Mainfirst et auteur de l’étude.

D’autres professionnels relativisent la position d’UBS dans ce classement. UBS a certes perdu de l’argent ces dernières années, mais elle reste un mastodonte en terme d’actifs sous gestion. Il ne faut pas la sous-estimer d’autant plus qu’elle domine toujours le classement mondial de la gestion de fortune , tempère Graham Harvey, directeur de la société de conseil londonienne Scorpio Partnership (Wealth Bulletin). Faut-il rappeler que le géant helvétique emploie près de 69 000 personnes dans le monde ?

UBS suffisamment attractive ?

Preuve de son attractivité, UBS a récemment annoncé le recrutement de cinq nouveaux professionnels venus étoffer son équipe distressed debt et tous issus de Credit Suisse. Mais pour ce faire, UBS n’a pas eu besoin de les débaucher puisqu’ils étaient tous sur le marché de l’emploi, étant donné qu’ils avaient quitté sa rivale Suisse l’an dernier. D’ailleurs, parmi les derniers banquiers recrutés, un nombre significatif d’entre eux avaient déjà quitté leur emploi précédent (eFinancialCareers UK).

Mais l’attractivité de l’UBS pourrait bien être de courte durée. Concernant la livraison des noms de ses 4 450 clients américains soupçonnés d’évasion fiscale, la banque suisse ne peut d’elle-même livrer les noms de clients sans violer le secret bancaire. Seule face au fisc américain, elle risque une condamnation judiciaire, la perte de sa licence et au total une faillite, mettant des milliers de personnes au chômage , explique Eric Jondeau, directeur de l’Institut banque et finance de Lausanne (Romandie.com).

GRS

Kommentare (0)

Comments

Ihr Kommentar wird gerade geprüft. Nach erfolgreicher Prüfung wird es live gestellt.

Antworten

Pseudonym

E-Mail

Alle Informationen zu unseren Community-Richtlinien finden Sie hier